Quelles sont les différences entre un baby blues et une dépression post-partum ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Fatiguée, triste, au bout du rouleau... Depuis l'arrivée de bébé, c'est difficile. Si c'est un constat que vous vous êtes déjà fait, peut-être vous posez-vous la question : est-ce "juste" un baby blues ou est-ce une dépression post-partum ? La frontière peut être floue, bien que les deux se manifestent après l'accouchement. Alors comment savoir la différence entre les deux ? On vous en dit plus.

Quelles sont les différences entre un baby blues et une dépression post-partum ?
Sommaire : 

Baby blues ou dépression post-partum : quelles différences ?

L’accouchement et l’arrivée d’un bébé chamboulent le quotidien et le corps d’une femme. Et entre la chute d'hormones et les nouvelles responsabilités lourdes à porter, dur de passer ce cap en restant de marbre et imperturbable. En tout cas, ce sont des choses à avoir en tête et à savoir lorsqu'on attend son premier enfant 😮.

C’est la raison pour laquelle on entend souvent parler de baby blues ou de dépression post-partum, mais elles n’ont pourtant pas grand-chose en commun. L'une est plus légère et disparaît plus facilement, tandis que l'autre s'installe dans le temps et se mesure grâce à l'échelle d'Édimbourg. Voyons les différences en détail 👇 : 

1. Première différence : Les causes

Le baby blues a une cause physiologique, à savoir, la chute des hormones de la grossesse. La dépression post-partum n’a, elle, par contre aucune cause physiologique mais bien psychologique. Elle est souvent due à une accumulation de facteurs : fatigue, manque de repère ou de soutien, sentiment de solitude, déception face à son bébé.

2. Deuxième différence : Les symptômes

Dû à la chute des hormones, le baby blues se manifeste surtout par des émotions qui partent dans tous les sens, comme passer du rire aux larmes, sans pouvoir se contrôler. On a l'impression d'être sur des montagnes russes 🎢! 

Par contre, s’agissant de la dépression post-partum, comme son nom l’indique, elle s’exprime par des symptômes dépressifs tels que :

  • Une anxiété généralisée, 
  • Un sentiment d'épuisement mental, 
  • Des troubles du sommeil, 
  • Des pleurs constants, 
  • Un sentiment de dévalorisation ou une grande culpabilité,
  • Un manque d'intérêt pour tout,
  • Des symptômes physiques (hyperventilation, mal de tête, etc.)
  • Des difficultés à prendre soin de soi ou de son bébé,
  • Un désordre alimentaire (perte d'appétit ou au contraire, fringales),
  • De l'irritabilité ou de l'agressivité,
  • Des idées noirs, voire suicidaires...

3. Troisième différence : La durée des symptômes

Tout comme on reconnait une déprime d'une dépression par la durée des symptômes, il en va de même pour le baby blues et la dépression post-partum. Le baby blues survient dans les premiers jours qui suivent l’accouchement et peut durer quelques jours, voire quelques semaines, grand maximum. 

Quant à la dépression post-partum, elle s’installe dans la durée, on la compte en mois et même en années, si malheureusement, elle n'est pas traitée. Elle survient généralement entre la 6ème semaine et les 12 mois qui suivent la naissance du bébé. 

Et les papas ? 🧔

Bien que les hommes ne subissent pas le même changement hormonal et la même charge mentale, ils peuvent quand même être concernés par la dépression pendant la période du post-partum. Cette période est tellement délicate, surtout dans le cas d'un premier enfant, que les changements peuvent aussi les impacter négativement.

Quel traitement pour la dépression post-partum ?

Comme le baby blues disparaît assez rapidement, les patientes n'entament généralement pas un suivi psychologique, bien que cela soit possible. En revanche, pour la dépression post-partum, il est primordial d'être suivi par un psychologue ou un psychiatre pour éviter le burn out parental

📌 À savoir 📌

Si vous ne recevez pas de soutien pendant un baby blues, ce dernier peut s’éterniser. La conséquence ? À terme, votre santé mentale va être impactée et le baby blues peut se transformer en dépression post-partum, alors attention !

Dans le cas d'un suivi avec un psychiatre, celui-ci pourra proposer un traitement médicamenteux adapté, car il est bon de rappeler qu'une dépression est une maladie. Ce sont les neurotransmetteurs de notre cerveau qui n'arrivent plus à faire passer les hormones, il est donc parfois nécessaire d'avoir cette aide. Dans le cas d'un suivi avec un psychologue, il sera possible d'entamer une thérapie adaptée suivant les maux de la patiente.

👉 Quoi qu'il en soit, qu'il s’agisse d’un baby blues ou d’une dépression post-partum, il ne faut, de toute façon, pas hésiter à se confier, afin de résoudre le problème le plus rapidement possible. Sachez que vous pouvez commencer par parler de votre dépression à votre médecin traitant, c'est déjà un énorme premier pas. 

L'avis de la rédaction - Nous sommes uniques !

Dans un cas comme dans l’autre, il faut éviter de trop anticiper les choses, car dépression post-partum et baby blues sont impossibles à prédire à l’avance. Chaque grossesse et chaque contexte sont différents, l’arrivée d’un bébé, n’est pas en soi une cause de dépression. Néanmoins, si vous avez un terrain dépressif ou si vous ressentez des symptômes, contactez un thérapeute dans les meilleurs délais.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

Mais aussi : 

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube