7 principes de l'éducation positive à garder en tête avec ses enfants

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Fais pas ci, fais pas ça”, avec l’éducation positive on oublie la chanson de Jacques Dutronc ! Encourager plutôt que punir, interdire ou imposer, sont les grands principes de cette éducation. Très controversée par certaines personnes qui la jugent laxiste, elle est pourtant un moyen d’éduquer nos enfants avec bienveillance. Il n’est pas toujours simple d’être parent, alors autant que ça se passe en douceur pour tout le monde. Voyons donc quels sont les 7 commandements de l’éducation positive pour que nos enfants soient heureux, et nous aussi !

7 principes de l'éducation positive à garder en tête avec ses enfants

Les 7 principes de l’éducation positive

1. Adopter le lâcher-prise

Pour pratiquer l’éducation positive, il faut commencer par se dire que les parents parfaits n’existent pas. Il ne faut pas s’accrocher coûte que coûte dans ses principes éducatifs et observer son enfant. C’est un moyen d’être à son écoute et de ne pas être parasité par des règles rigides qui ne correspondent pas à son enfant

👉 Les phrases du type “il faut absolument”, “un enfant doit se comporter comme ça”, “ça ne se fait pas”, etc. sont à proscrire ! Elles sont à remplacer par “de quoi mon enfant a besoin ?”, “qu’est-ce que je choisis de faire ?” 🙊 “Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants” : voici la phrase qui résume tout !

2. Mettre la communication non violente au centre

La communication non violente (CNV) est un énorme pilier de l’éducation positive. Il s’agit d’amener ses enfants à comprendre et non pas à agir par peur de la punition. Il faut donc être à leur écoute, expliquer et ne pas imposer des règles dures. Il faut se “connecter” cœur à cœur à son enfant en décryptant ses besoins et en formulant une demande précise. Et ce n’est pas du laxisme, c’est juste changer son regard et sa façon d’être pour davantage de bienveillance.

👉 Il est nécessaire de sortir du rapport de force pour avoir un rapport sain avec son enfant.

3. Donner l’exemple à ses enfants

Véronique Maciejak, autrice du livre "Rester zen avec la parentalité positive", explique ceci : “la meilleure façon de transmettre à nos enfants des valeurs qui nous sont chères est de les appliquer au quotidien”. En effet, difficile de demander à ses enfants de faire des choses que l’on ne fait pas nous-mêmes ! Les enfants sont très observateurs, ils nous regardent évoluer tous les jours et se calquent sur notre façon de faire. Quand les parents en demandent trop, les enfants le remarquent, et voient que ce n'est pas notre comportement naturel.

🤚Par exemple, il ne faut pas exiger des excuses d’un enfant. Il faut que, spontanément, nous nous excusions auprès d’eux lorsque nous avons été injustes. Ils en feront de même lorsqu’il le faudra !

4. Arrêter de culpabiliser

Tout comme apprendre le lâcher-prise, il faut arrêter de culpabiliser. Oui, tout n’est pas parfait, mais nous faisons de notre mieux en tant que parents. Rien ne sert de ressasser le passé en repensant à ce qu’on aurait pu faire de mieux. L’important est d’identifier là où on estime avoir fait une erreur pour en tirer tous les enseignements possibles. Cela nous permettra de ne pas la reproduire et donc de nous améliorer. Il faut regarder devant nous !

5. Soigner les blessures de sa propre enfance

C’est effectivement le meilleur moyen de comprendre son comportement face à ses enfants. Il faut s’interroger sur son passé d’enfant pour comprendre nos réactions en tant que parents.  Encore une fois, le parent parfait n’existe pas mais nous avons tous en nous des fêlures qu’il ne faut pas reporter sur nos enfants. C’est malheureusement le meilleur moyen de lui transmettre des choses toxiques.

6. Se faire plaisir

Sur le même principe que le point précédent, il est important de soigner son propre bien-être en tant qu’être humain. C’est comme ça qu’on évite d’être des parents toxiques pour ses enfants, en étant bien dans sa tête. Certes, être parent demande une énergie incommensurable ! Il faut toujours être à l’écoute et comprendre les besoins de ses enfants, c’est pourquoi il est nécessaire de prendre du temps pour soi. C’est le meilleur moyen de se faire plaisir et d’éviter l’épuisement !

😵 Puis tant qu’on y est, il faut en profiter pour se plaindre puisque ça fait du bien !

7. Profiter de l’instant présent et relativiser

Être dans la course perpétuelle pour respecter un planning ne sert à rien. Ce n’est pas profiter de la vie et de ses enfants. Lorsqu’ils nous font des câlins, il est nécessaire d’en profiter pleinement sans se dire qu’on va être en retard sur l’horaire du coucher. Prendre du recul et relativiser sont essentiels pour mieux vivre sa parentalité. La pleine conscience permet de se reconnecter à soi, à ses envies et à ses enfants.

👉 Comment être un parent positif ? Grâce à Isabelle Filliozat et la parentalité positive.

L'avis de la rédaction : pas de culpabilisation

Eduquer ses enfants, les voir grandir, apprendre… Quelle aventure ! On parle beaucoup de parentalité positive qui est très à la mode mais attention, elle contribue également à culpabiliser davantage les parents qui n'étaient déjà pas en reste de ce côté-là. Ne pas crier, ne pas punir, ne pas dire "non", n'est pas toujours facile, la personnalité de l'enfant compte beaucoup, tout comme celle des parents. Si vous rencontrez des difficultés avec vos enfants, n'hésitez pas à vous tourner vers un spécialiste.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Cool parents & Apprendre à éduquer 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube