Le parent parfait n'existe pas, et c'est tant mieux !

Mis à jour le par Lauriane Amorim

18 livres sur l'éducation positive plus tard, je me retrouve, les vêtements recouverts de purée verte, en train de crier sur mon bébé qui n'en finit pas de cracher. Après m'être fait une tonne de reproches, j'ai décidé de laisser tomber : je ne serai pas un parent parfait... de toute façon, je suis sûre que ça n'existe pas !

Le parent parfait n'existe pas, et c'est tant mieux !

Parent parfait : quand la pression est trop forte

Quand on devient parent, force est de constater qu'il n'y a pas de mode d'emploi, pas de guide du parent parfait. On se jette alors sur tout ce qu'on peut trouver pour essayer d'avoir le petit être le plus équilibré possible. Éducation bienveillante (et sa culpabilité 😅), Montessori... Tout y passe pour devenir un bon parent et avoir un peu de chance de ressembler aux parents des réseaux sociaux qui rayonnent avec leurs enfants étincelants. 

Eh oui, la compétition est lancée et la remise en question est permanente. Mon enfant n'est pas obligé d'obéir, si je lui explique simplement les choses ça devrait fonctionner... sauf que ça ne fonctionne pas et mon cerveau bourré d'idées toutes faites sur l'éducation vrille complètement 🤯 !

👋 Cet article peut vous intéresser : Êtes-vous un parent hélicoptère ?

On a le droit de faire des erreurs en tant que parents !

La psychologue et autrice, Harriet Lerner, a dit : "La perfection n'est pas un objectif humainement possible. Essayer d'être parfait peut seulement mener à l'échec et au sentiment d'être insuffisant." Cela est particulièrement vrai en matière de parentalité ! Il faut arrêter tout de suite de chercher à atteindre la perfection. Quand on n'y arrivera pas, on finira par rejeter la faute sur son enfant. On a connu plus parfait 🤐 !

Vous savez quoi ? Je crois que l'on a le droit de commettre des erreurs avec ses enfants. Plein d'erreurs même. Vous pouvez crier, parfois, dire que vous ne voulez pas faire de la pâte à modeler, de temps en temps, vous pouvez vous agacer, mais la limite à ne jamais franchir, c'est la violence psychologique, physique ou verbale et bien évidemment la maltraitance.

Pas un parent parfait, juste un parent qui dédramatise

Quand on est parent, il faut accepter de lâcher prise. Si le parent parfait n'existe pas, l'enfant parfait non plus. L'enfant que l'on a en face de soi n'est pas celui du livre sur l'éducation que l'on vient de terminer, alors il faut accepter et faire preuve de plus de souplesse. 

Avant, j'étais excédée quand la nounou me faisait une remarque. Quand par exemple, elle me disait que la purée n'était pas assez mixée, que mon fils ne supportait pas qu'on lui dise non, où qu'il riait quand d'autres enfants pleuraient. Maintenant, j'écoute et j'oublie. Hors de question de passer la soirée à chercher des solutions sur les forums, à me remettre en question, à m'inquiéter. 

Avec les enfants, la réalité est souvent loin de ce qu'on imagine et même si l'amour prime nous avons toutes nos propres limites. L'éducation, plus que tout autre, est un domaine où l'on apprend en tâtonnant. Mais si, au lieu de partir dans une quête sans fin de conseils éducatifs, de réponses précises, de méthodes efficaces, on laissait simplement un peu plus de place à la spontanéité ?

L'avis de la rédaction : comment devenir imparfaite ?

La quête du parent parfait est vaine et entraîne une pression sur tous les membres de la famille : les enfants eux-mêmes doivent devenir de bons enfants pour répondre aux exigences de perfection de leurs parents. Pour le bien-être de tous, il est urgent de devenir (ou de rester) une mère imparfaite. Celle qui accepte que son enfant soit frustré, en colère et crie. Celle qui ne propose pas forcément des activités extraordinaires pendant les vacances scolaires. Celle qui continue sa discussion d'adulte quand son enfant réclame son attention. Celle qui cultive son grain de folie et surtout celle qui se fout du regard des autres. Être bonne avec ses enfants, c'est aussi leur montrer que l'unicité, l'imperfection de chacun est une beauté et on ne le dira jamais assez mais une mère heureuse a forcément des enfants heureux, pour peu que l'on prenne du recul. Alors oui aux câlins et stop aux obligations !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube