Le parent parfait n'existe pas, et c'est tant mieux !

Mis à jour le par Lauriane Amorim

18 livres sur l'éducation positive plus tard, je me retrouve, les vêtements recouverts de purée verte, en train de crier sur mon bébé qui n'en finit pas de cracher. Après m'être fait une tonne de reproches, j'ai décidé de laisser tomber : je ne serai pas un parent parfait... de toute façon, je suis sûre que ça n'existe pas !

Le parent parfait n'existe pas, et c'est tant mieux !

Parent parfait : quand la pression est trop forte

Quand on devient parent, force est de constater qu'il n'y a pas de mode d'emploi, pas de guide du parent parfait. On se jette alors sur tout ce qu'on peut trouver pour essayer d'avoir le petit être le plus équilibré possible. Éducation bienveillante (et sa culpabilité 😅), Montessori... Tout y passe pour devenir un bon parent et avoir un peu de chance de ressembler aux parents des réseaux sociaux qui rayonnent avec leurs enfants étincelants. 

Eh oui, la compétition est lancée et la remise en question est permanente. Mon enfant n'est pas obligé d'obéir, si je lui explique simplement les choses ça devrait fonctionner... sauf que ça ne fonctionne pas et mon cerveau bourré d'idées toutes faites sur l'éducation vrille complètement 🤯 !

👋 Cet article peut vous intéresser : Êtes-vous un parent hélicoptère ?

On a le droit de faire des erreurs en tant que parents !

La psychologue et autrice, Harriet Lerner, a dit : "La perfection n'est pas un objectif humainement possible. Essayer d'être parfait peut seulement mener à l'échec et au sentiment d'être insuffisant." Cela est particulièrement vrai en matière de parentalité ! Il faut arrêter tout de suite de chercher à atteindre la perfection. Quand on n'y arrivera pas, on finira par rejeter la faute sur son enfant. On a connu plus parfait 🤐 !

Vous savez quoi ? Je crois que l'on a le droit de commettre des erreurs avec ses enfants. Plein d'erreurs même. Vous pouvez crier, parfois, dire que vous ne voulez pas faire de la pâte à modeler, de temps en temps, vous pouvez vous agacer, mais la limite à ne jamais franchir, c'est la violence psychologique, physique ou verbale et bien évidemment la maltraitance.

Pas un parent parfait, juste un parent qui dédramatise

Quand on est parent, il faut accepter de lâcher prise. Si le parent parfait n'existe pas, l'enfant parfait non plus. L'enfant que l'on a en face de soi n'est pas celui du livre sur l'éducation que l'on vient de terminer, alors il faut accepter et faire preuve de plus de souplesse. 

Avant, j'étais excédée quand la nounou me faisait une remarque. Quand par exemple, elle me disait que la purée n'était pas assez mixée, que mon fils ne supportait pas qu'on lui dise non, où qu'il riait quand d'autres enfants pleuraient. Maintenant, j'écoute et j'oublie. Hors de question de passer la soirée à chercher des solutions sur les forums, à me remettre en question, à m'inquiéter. 

Avec les enfants, la réalité est souvent loin de ce qu'on imagine et même si l'amour prime nous avons toutes nos propres limites. L'éducation, plus que tout autre, est un domaine où l'on apprend en tâtonnant. Mais si, au lieu de partir dans une quête sans fin de conseils éducatifs, de réponses précises, de méthodes efficaces, on laissait simplement un peu plus de place à la spontanéité ?

L'avis de la rédaction : comment devenir imparfaite ?

La quête du parent parfait est vaine et entraîne une pression sur tous les membres de la famille : les enfants eux-mêmes doivent devenir de bons enfants pour répondre aux exigences de perfection de leurs parents. Pour le bien-être de tous, il est urgent de devenir (ou de rester) une mère imparfaite. Celle qui accepte que son enfant soit frustré, en colère et crie. Celle qui ne propose pas forcément des activités extraordinaires pendant les vacances scolaires. Celle qui continue sa discussion d'adulte quand son enfant réclame son attention. Celle qui cultive son grain de folie et surtout celle qui se fout du regard des autres. Être bonne avec ses enfants, c'est aussi leur montrer que l'unicité, l'imperfection de chacun est une beauté et on ne le dira jamais assez mais une mère heureuse a forcément des enfants heureux, pour peu que l'on prenne du recul. Alors oui aux câlins et stop aux obligations !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube