Ces parents qui en demandent trop à leurs enfants

Le rôle de parent est exceptionnel, mais très ingrat. Je suis jeune maman, mais je le sais : quoi que je fasse, je ferai des erreurs. C'est comme ça. Parce que bien qu'on veuille le meilleur pour nos enfants, parfois, on se plante, on va trop loin, on en fait trop et on leur en demande trop. Ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas s'améliorer, bien au contraire.

Sommaire : 

L'hyper-éducation : entre attentes et exigences

Aujourd'hui, et depuis une trentaine d'années, l'enfant est placé au centre de la famille. Être un bon parent demande donc que nous nous impliquions à 100% dans l'éducation de nos enfants. Inimaginable de les laisser vivre leurs vies à l'école, d'autant plus que l'avenir se fait de plus en plus incertain. Si nous voulons le meilleur pour eux, si nous voulons assurer leur avenir et faire d'eux des adultes accomplis, impossible de les lâcher. 

😙 L'hyper-éducation se définit donc comme une attention excessive portée à l'éducation de ses enfants. Sauf que voilà, si les attentes peuvent être louables, le résultat est souvent désastreux. Entre exigence et laisser-aller, il y a un équilibre à trouver.

Pourquoi on en demande trop ?

C'est souvent inconscient, mais en devenant parents, on essaie toujours un peu de se réparer soi-même, de donner ce qu'on n'a pas pu avoir ou de retrouver son enfance perdue. Bref, on a tous des raisons qui nous sont propres pour pousser nos enfants à en faire toujours plus :

  • J'étais mauvaise élève et je veux que mon enfant fasse mieux
  • Au contraire, j'étais bonne élève ou championne de tennis et je n'en attends pas moins de mon enfant
  • Je pense que pour faire sa place dans la société, il faut avoir de bonnes notes, faire de longues études et de nombreuses activités
  • Je trouve que mes propres parents ne m'ont pas assez poussée quand j'étais enfant et aujourd'hui je le regrette, je pense que j'aurais pu être quelqu'un de mieux
  • Je pense qu'il faut placer la barre haut et être la meilleure quoi qu'on fasse

Bienvenue dans un monde de compétition

Ce n'est pas un scoop, année après année, le chômage ne cesse de grimper et il faut s'imposer pour trouver un job : la compétition règne. De toute façon, dès leur plus jeune âge, à l'école, les enfants sont dans un univers de compétition : notes, contrôles, concours, pourquoi donc trouver anormal de les pousser toujours plus ? 

Nombreux sont ceux qui attendent de leurs enfants qu'ils se dépassent, qu'ils soient performants, ils leur mettent donc la pression dans le but d'assurer leur avenir. Mieux vaudrait donc un enfant performant, qu'un enfant épanoui. Sauf que voilà, le surinvestissement de ces parents n'est pas toujours récompensé... bien au contraire.

Trop exiger de ses enfants, des conséquences néfastes

Trop exiger de ses enfants, leur imposer une réussite absolue, a souvent des conséquences dommageables, voire graves sur eux.

1. La fatigue

Il n'est pas rare aujourd'hui de voir des enfants débordés par de multiples activités. J'ai dans mon entourage une jeune fille qui, en plus de l'école, passe sa semaine à jongler entre les devoirs, le baseball, le karaté, le piano et les cours d'anglais en soutien scolaire. Je me demande quand est-ce qu'elle prend le temps de respirer, de jouer comme une enfant, de voir ses amis ? Si votre enfant est agité ou semble très souvent fatigué, attention, il a sans doute trop d'activités. Enfants et adolescents ont besoin de beaucoup de sommeil et aussi et surtout de faire des pauses pour être simplement des enfants.

2. La peur de décevoir

Ne pas réussir à satisfaire les attentes de ses parents est très angoissant pour un enfant. Parfois, cette crainte est si ancrée qu'elle peut être la source de symptômes physiques, type maux de tête, d'estomac, vomissement, avant un contrôle ou une compétition. La peur de décevoir ses parents est un sentiment tenace qui peut laisser de profondes blessures, qui demeurent jusqu'à l'âge adulte, comme le manque de confiance en soi ou l'auto-dénigrement. Les commentaires négatifs, voire humiliants, les comparaisons avec les autres renforcent cette peur de décevoir et sont aussi cause de tristesse et abîment, à la longue, votre relation parents/enfant.

>>> Cet article devrait vous intéresser : Apprendre à décevoir ses parents pour s'en libérer

3. L'échec scolaire

Les mauvaises notes, l'échec scolaire est parfois la seule solution que trouve l'enfant pour résister, se rebeller contre les attentes idéalistes de ses parents. C'est une façon pour lui d'exister par lui-même.

4. Le stress

Pousser son enfant à toujours plus se dépasser est source de stress pour lui, et conduit même parfois au burn-out. En effet, la pression, la fatigue, l’accumulation d'activités, le manque de sens (les enfants font ce que leur demandent leurs parents sans forcément comprendre le but), peuvent conduire au burn-out ou à d'autres troubles psychologiques : instabilité émotionnelle, anxiété, dépression.

5. Le manque d'affection

Tout le monde, et les enfants d'autant plus, a besoin d'affection. L'hyper-éducation a souvent un impact très grave sur la relation affective entre les parents et les enfants. Même à la maison, l'enfant n'a plus vraiment son identité d'enfant, mais reste un élève, un compétiteur. Dans la relation parents/enfant, l'attachement et la confiance sont indispensables : aidons nos enfants à tracer la route qui correspond à leur personnalité, plutôt que de les faire taire en leur imposant un chemin qu'on imagine idéal pour eux.

>>> Cet article pourrait vous aider : 10 astuces pour donner confiance à son enfant

L'avis de la rédaction : tout est question d'équilibre

Être trop exigeant. Ne pas l'être assez. En éducation comme ailleurs, tout est question de juste milieu. N'espérons pas avoir le meilleur enfant, n'attendons pas de lui qu'il soit parfait, c'est irraisonnable. Nous ne sommes pas des parents parfaits, alors ne fantasmons pas nos enfants. Laissons-les commettre des erreurs et conseillons-les afin qu'ils trouvent leur propre voie. Le plus beau cadeau que l'on puisse faire à son enfant, c'est de lui apprendre à avoir confiance en lui. En le protégeant, en l'aidant à prendre des initiatives et en l'approuvant, on lui donne les bases d'une bonne estime de lui.

Contacter un coach familial

Sources : Ces mamans qui veulent trop - Canal Vie - Pourquoi trop de parents tombent dans le piège de "l'hyper-éducation" - Atlantico

Plutôt parents exigeants ou surprotecteurs ? Et si vous étiez un parent hélicoptère ? Faites le test !

Mais aussi : 

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Les commentaires

Nos derniers articles

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs...

Lire

Personnalité INFP : qui êtes-vous ? quel métier est fait pour vous ?

Le questionnaire MBTI (Myers-Briggs Type Indicator) est un questionnaire de personnal...

Lire

Infidélité : faut-il sauver son couple ou se sauver soi ?

J’ai la chance de n’avoir jamais connu l’infidélité, mais je sais que si ça m’arrivai...

Lire

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est diff...

Lire

Comment avoir un orgasme ? 6 conseils pour jouir !

Combien de fois ai-je entendu de copines me dire qu’elles n’arrivaient pas à avoir d’...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici