Pourquoi se plaindre fait autant de bien ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Vous connaissez la citation "quand je me regarde, je me déprime, quand je me compare, je me rassure." Eh bien souvent, j'ai vraiment l'impression de beaucoup me plaindre, de râler parce qu'il fait trop froid, parce que les gens ne marchent pas assez vite, parce que le conducteur devant ne met pas son clignotant, parce que je suis fatiguée... Mais je me rends compte que mon entourage se plaint aussi beaucoup. Il faut dire que ça fait un bien fou, à condition de respecter quelques règles.

Pourquoi se plaindre fait autant de bien ?

La plainte, une soupape

La vie n'est pas parfaite, il serait donc irréaliste de penser que l'on peut la traverser sans se plaindre. Tout le monde se plaint. Et c'est tant mieux ! C'est vrai, si on est de mauvaise humeur, ou en colère, autant le faire savoir, ça évite la positivité toxique et ça permet de prendre du recul sur une situation. À force de me plaindre parce que la vinaigrette de mon déjeuner se renversait dans mon sac, j'ai fini par acheter un contenant pour l'emporter. C'est tout bête, mais en ne refoulant pas cet énervement, cette frustration, je me suis attardée sur un problème et je l'ai réglé. Ce n'était certes pas un très gros problème, mais se plaindre pour avancer, pour être plus constructive, ça fonctionne avec tout type de problèmes.

😌 En se libérant d'un poids, on détresse un peu et on est plus à même d'avancer. En plus, râler a cela de bien que ça crée du lien. Si nous sommes plusieurs à souffler et à nous plaindre de la même chose, il y a de forte chance pour que la conversation s'engage. On vous le disait, se plaindre, c'est chouette !

L'art et la manière de bien se plaindre

Pour que la plainte soit efficace et ne nuise pas à notre cerveau, encore faut-il bien la manier.

1. Se plaindre à la bonne personne

La montre connectée que vous venez de vous offrir ne fonctionne pas comme vous le voulez. Inutile de passer des heures à vous en plaindre à votre partenaire et à souffler chaque fois que votre regard tombe sur elle. Soyez efficace et allez vous plaindre au service après-vente. Vous en sortirez avec, peut-être, une nouvelle montre, l'ego regonflé et un sentiment de puissance.

2. Priorisez vos plaintes

Si vous voulez être entendue, n'attaquez pas avec une liste de reproches. Votre train n'est pas arrivé à l'heure ? Nul besoin donc de se plaindre aussi du prix des sandwichs, de la propreté des toilettes et de la climatisation. Ce sont des motifs mineurs d'agacement, ce que vous voulez c'est une compensation contre le retard, concentrez-vous là-dessus !

3. Évitez la spirale négative

Se plaindre, râler ça fait du bien, mais il faudrait, la plupart du temps, que ce soit aussi constructif. On évite donc de râler auprès de personnes négatives, qui vont nous enfoncer dans ces lamentations et ne pas nous aider à trouver des solutions. Évitons d'être défaitiste et prenons du recul, lâchons prise ou changeons ce qui doit l'être. Surtout qu'il a été prouvé que lorsqu'on se plaint fréquemment, le cerveau à tendance à retenir et à s'adapter cette habitude et à faciliter ce comportement. Au fil du temps, on sera donc plus tenté de voir le négatif, quelle que soit la situation.

>>> Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi je n'arrive jamais à voir le positif ? Je vois tout en noir

L'avis de la rédaction : attention aux plaintes passives

Tout comme le tabagisme, la plainte peut aussi être nocive... même si on ne la pratique pas. Nous sommes des êtres sociaux et empathiques et notre cerveau, avec le processus des neurones miroirs, a tendance à s'adapter à l'ambiance et aux humeurs de ceux qui nous entourent. SI nous passons nos journées avec des personnes qui ne cessent de se plaindre, on risque d'en subir les effets négatifs : immobilisme, mauvaise humeur, pessimisme, déprime. Éloignez-vous, fuyez les personnes qui se plaignent sans arrêt et débarrassez-vous de ces relations toxiques.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! #BornToBeMe 

Contacter un coach bien-être

Source : Il est bon de se plaindre (mais faites-le bien) - Slate - Cessez de vous plaindre, c'est mauvais pour la santé -Huffington Post

C'est décidé, j'arrête de râler au bureau et j'agis !

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube