Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !
Sommaire : 

Les paroles infantilisantes

📌

“Il fait froid, mets un pull !”, “Je parie que tu as oublié de déclarer tes impôts”, “cette nouvelle coupe ne te va pas du tout”, “tu sais, moi, je préférais ton ex à ton nouveau conjoint”, “tu fais mal ta lessive, puis le repassage, n’en parlons pas”, “tu devrais mieux manger”, “t’as pensé à dire merci j’espère”...

Ce genre de phrases sont typiques de l’infantilisation 😖. Personnellement, j’en ai assez de les entendre à mon âge, parfois ça fait même naître un tas de ressentiment et d’émotions négatives. Pendant ma vingtaine, j’ai demandé beaucoup d’aide à mes parents et je peux comprendre qu’on m’ait infantilisé durant cette période. Il m’arrive encore de demander un conseil et c’est normal de solliciter l’avis de nos parents, mais je le fais sans vouloir de l’aide. C’est ça qui me donne l’impression d’être adulte, enfin ! Toutefois, cela doit être mal interprété, car les comportements infantilisants continuent 🙄…

Des parents d’adultes, ça n’existe pas

On aimerait que la relation parents-enfants soit simple et naturelle, mais malheureusement, elle est comme toutes les autres relations ! Il faut revoir notre vision de la parentalité et des relations avec nos parents, une fois adultes. En effet, des parents d’adultes, normalement, ça n’existe pas, comme l’explique la psychologue, Béatrice Cooper-Royer 🧐. Ce qu’elle veut dire, c’est que le rôle d’un parent est d’accompagner pendant le processus d’autonomisation et jusqu’à ce qu’on prenne notre indépendance. À partir de là, les parents doivent considérer que nous sommes des personnes libres de nos choix.

Néanmoins, ce sont les liens affectifs qui viennent perturber les échanges et le rapport que l’on a entre adulte. On a peur de renier nos parents en leur disant de ne plus nous infantiliser, alors qu’il s’agit juste de poser nos limites 😦 !

Cet article peut vous intéresser >>> Adulte, mes parents divorcent, au secours ! Comment gérer ?

La relation parents-enfants (adultes) s’apprend

Poser ses limites, je dis que qu’il ne s’agit “juste” de ça, mais en réalité, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire 😅 ! On doit apprendre à agir d’une autre façon dans la relation parents-enfants pour se libérer de l’infantilisation. Ce n’est pas intuitif, ni pour eux, ni pour nous, de rentrer dans cette nouvelle phase de la relation. Ils auront toujours envie de nous traiter différemment, car nous sommes “là” grâce à eux ! Néanmoins, comme l’a analysé la psychologue, Marie Lafond, il faut pouvoir verbaliser cette nouvelle dynamique :

“Voir ses parents nous infantiliser peut créer un sentiment de frustration ou d’incompréhension. Mais si on ne leur dit rien, ils peuvent être enclins à ne pas changer leur comportement, à “faire comme ils ont toujours fait”. Il est important de leur rappeler que les choses ont changé.”

👉 La psychologue met aussi l’accent sur la lenteur du processus. Je m’en suis rendu compte quand j’ai essayé de parler à mon père et ma grand-mère de leur comportement. Une habitude ne peut pas changer du jour au lendemain, mais cela se fait étape par étape.

Comment ne plus être infantilisé par ses parents ?

On sait maintenant que verbaliser est une première étape pour se débarrasser de l’infantilisation. Cependant, il ne faut pas oublier qu’on doit utiliser la communication non violente et éviter de s’écrier à ses parents “foutez-moi la paix, je suis une adulte maintenant !” (même si c’est très tentant 🤭). Non, il vaut mieux faire une petite introspection pour déterminer ce qu’on ressent. Ainsi, on procède de la façon suivante :

👉 On exprime ses émotions, on dit ses besoins et on formule une demande : “Cela me blesse que tu ne me considères pas assez adulte pour faire cela. J’ai besoin que tu croies en moi et que tu me traites comme une personne responsable et indépendante”.

Comme je l’ai dit, cela prend du temps, donc il ne faut pas hésiter à réitérer à chaque fois qu’on se sent victime d’infantilisation. Mais surtout, il faut garder en tête qu’il y a deux choses à faire, en plus de la communication, pour être enfin traité comme une adulte.

Anticiper les sujets sensibles

Il y a des périodes où on sent que l’on est plus infantilisé que d’autres. Je dirais que c’est particulièrement le cas lorsqu’il y a des grosses retrouvailles en famille, notamment à Noël 🎄. J’ai réussi à me débarrasser de ma dissonance cognitive et je suis végétarienne désormais. Cependant, tous les membres de ma famille ne le voient pas d’un bon œil… Les commentaires sur ma façon de manger pleuvent pendant les fêtes, ce qui les rend très désagréables.

Il est nécessaire de prendre du recul pour se détacher de tout ça. On connaît les sujets qui posent problème et qui peuvent nous heurter. Il faut donc apprendre à se détacher de tout cela pour ne pas être blessée par ces remarques. Anticiper est la clé, on sera préparé mentalement et en plus, on pourra avoir de la repartie face à nos parents et notre famille !

S’éviter la régression

On a beau dire des parents, parfois, nous ne sommes pas mieux 😅. Je dois avouer que pendant longtemps, j’aimais régresser quand j’allais chez mes parents. Le retour au berceau familial me faisait me comporter comme une ado. Je ne faisais rien et je mettais les pieds sous la table. Quel plaisir de ne rien faire et d'être dorlotée ! Oui, mais voilà, comment oser demander de ne plus être infantilisée, si on se comporte comme une enfant 🫥 ?

Image tirée du film Tanguy

Un petit côté "Tanguy" quand on rend visite à ses parents...

Il faut avoir conscience de notre propre comportement pour savoir si on rentre dans le jeu de l’infantilisation. Certes, régresser peut être réconfortant, surtout si on a peur de s’éloigner de ses parents. On a le droit d’avoir besoin d’eux, peu importe notre âge ! Néanmoins, on doit aussi agir comme des adultes quand on est en leur compagnie 😬.

Se protéger avant tout

Même si c’est un long chemin, tout le monde n’est pas capable de sortir de l’infantilisation, à cause, de parents toxiques. Même si on a envie de faire évoluer nos relations familiales, on peut se heurter à des ressentiments, des incompréhensions, voire des refus, comme le dit Marie Lafond :

“Quand le système familial est un peu plus brutal, ou que les parents ne sont pas prêts à considérer leur enfant comme un adulte avec ses particularités, il peut être utile d’avoir des points de refus non négociables. Les critiques sur l’aspect physique, par exemple, peuvent être très violentes. Quand on essaie de s’accepter, et que sa famille se permet de juger son poids, il est possible de dire : “Je ne veux plus qu’on me fasse des remarques sur mon physique”, sans aucune obligation d’expliquer pourquoi. Même en famille, on a le droit de dire clairement ce que certains refusent d’entendre.”

Essayer plusieurs solutions

Il est capital de se protéger pour ne pas être perpétuellement en souffrance. Certaines personnes arrivent à couper les ponts, mais il y a des solutions moins brutales. On peut se dire qu’on rendra moins souvent visite à sa famille et ses parents pour prendre de la distance. Si les fêtes de fin d’année sont un moment difficile, alors pourquoi ne pas envisager de les faire seule ou avec son conjoint ?

Je ne considère pas mon entourage comme nocif, mais cette dernière proposition est l’une des solutions que j’envisage pour faire comprendre que je suis véritablement adulte et indépendante et que j’ai ma propre vie désormais. Mais ce qui va marcher pour moi n’est pas la solution pour toutes. La famille est un écosystème tellement particulier qu’il faut tenter plusieurs choses différentes. De plus, il est important de garder à l’esprit que vouloir changer une mère envahissante ou un père autoritaire est impossible. C’est à nous de faire un travail pour pouvoir se positionner en tant qu’adulte et s’extraire de ce noyau, si cela nous fait souffrir.

L'avis de la rédaction : des relations complexes

Si vous avez lu cet article, c'est probablement que vous aussi, votre famille vous traite comme une gamine. Vous l'aurez compris, ce n'est pas simple et vous pouvez même prendre part au processus si vous jouez le jeu de la douce régression... Chaque famille, chaque relation est unique, avec son histoire, ses traumatismes, nous ne saurions que trop vous conseiller de prendre rendez-vous avec un psychologue afin d'en parler. Ensemble, vous pourrez comprendre les rouages de vos relations et mettre en place de nouvelles habitudes qui vous permettront d'être plus heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : tf1info.fr / madmoizelle.com / psychologies.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

On récolte ce que l'on sème, est-ce toujours vrai ?

Pour moi, cette expression a toujours sonné comme quelque chose de négatif. Comme une punition. Je l'entendais comme une menace : "si tu sèmes de mauvaises graines, tu n'auras qu'une mauvaise récolte." Sans doute quelque chose en moi pensait n'avoir rien de bon à semer. Des années plus tard, je comprends enfin que non seulement que récolter ce que l'on sème, ça peut être très positif, mais quand plus, il vaudrait mieux que ça le soit, parce que visiblement, on récolte TOUJOURS ce que l'on sème.

Pourquoi je me sens toujours coupable ? Comment arrêter ?

Le sentiment de culpabilité vous ronge, alors que vous n’avez rien fait de mal. Vous avez souvent l'impression que c'est de votre faute, que vous auriez pu agir différemment, en faire plus, etc. Pourquoi vous blâmez-vous alors que vous êtes innocent ? Comment arrêter de vous auto-flageller sans raison ? On vous explique tout !

9 podcasts érotiques pour faire grimper la température 🔥

Le porno n’a jamais trop été ma tasse de thé. En revanche, j’ai découvert les podcasts érotiques et je dois avouer que ça m’a plu ! Déjà, parce qu’ils sortent du schéma classique très hétéronormé, on explore des points de vue érotiques pour les femmes, pour les personnes LGBTQ+, etc. On retrouve des témoignages, des fictions, des jeux de rôles… Chacun peut vraiment y trouver son compte ! Donc enfilez vos écouteurs et préparez-vous à découvrir des moments auditifs qui vont faire grimper la température !

Je n'ai pas d'amis... Pourquoi ? Est-ce que c'est grave ?

Non pas que je passe mes journées seule, dans mon coin, sans décrocher un mot. J'ai bien deux ou trois personnes à appeler si je veux sortir boire un verre, mais je n'ai pas d'amis. Pas de "deuxième famille" comme on dit. Est-ce volontaire ? Est-ce qu'un trop mauvais caractère repousse tous ceux qui m'approchent ? Ou tout simplement la vie, qui nous éloigne de certaines personnes lorsqu'on grandit ? Je n'ai pas d'amis, est-ce vraiment grave ?

Je ne supporte pas les enfants de mon conjoint, au secours !

Vous avez enfin trouvé l'homme idéal. Il correspond à toutes vos attentes et votre bonheur serait total si seulement... il n'avait pas ses enfants que vous ne supportez pas ! 😤 Pour certains c'est un sujet tabou, mais pour vous, ce rôle de belle-mère est une plaie. Véritables monstres, ils vous insultent ou vous ignorent et c'est mal, mais ses enfants vous ne les aimez pas pire, vous les détestez et vous prenez à rêver d'une vie dans laquelle ils n'existeraient pas ("et si on partait vivre à l'étranger ?"). Tatata on se reprend, belle-mère ou marâtre, on a le droit au bonheur amoureux !

La météo intérieure, un exercice simple et très éclairant

Vers la fin de l'adolescence, j'avais inventé un jeu de mots, avec une partie de mon prénom, que j'écrivais très souvent : Lau rage ⛈️. Très colérique, je trouvais que cette combinaison me correspondait parfaitement. Ça grondait, ça éclatait en moi. C'était l'orage. Sans le savoir encore, je faisais état de ma météo intérieure. La métaphore la plus efficace pour faire le point sur ses émotions.

Votre horoscope directement chez vous

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici