Avoir de la répartie, ça s'apprend !

“Zut, j’aurais dû dire ça !”. Combien de fois me suis-je répétée cette phrase ? Sans doute trop de fois pour que je puisse compter. Eh oui, le sens de la répartie n’est pas donné à tout le monde. Le ping-pong verbal exige de la rapidité, mais aussi, de ne pas tomber à côté ! Bien trop souvent tardive et bancale, mes réparties ne tiennent pas la route. Alors comment avoir de la répartie ?

Sommaire : 

Pourquoi manque-t-on de répartie ?

Les émotions, les grandes fautives

Si comme moi, vous manquez de répartie, c’est peut être parce que vous êtes hypersensible ou débordée par les émotions : malaise, vexation, déstabilisation, stupéfaction… Tous ces petits sentiments qui nous font perdre nos moyens et qui nous empêchent de répliquer ! Il faut donc être à l’écoute de soi pour être en capacité de bien répondre à quelque chose de cinglant.

😌 Être attentive permet de mieux gérer ses émotions pour ne pas être facilement déstabilisé.

La peur de parler

En plus d’avoir un manque de confiance, il se peut qu’on ait des peurs sociales dont nous n’avons pas conscience. On s’en rend bien souvent compte lorsqu’il faut prendre la parole en public, cela s'appelle de la glossophobie. Moins on a l’habitude d’être dans l’échange, plus on risque de ne pas savoir comment réagir et répliquer face à une personne qui a l’habitude de dialoguer.

Cultiver le sens de la répartie

Prendre confiance en soi

Injures, phrases insidieuses ou ironiques, autant de mots qui sont lancés à notre attention et qui nous déstabilisent. Cela provoque immédiatement des émotions négatives, et même, des réactions physiques : bouche sèche, transpiration, rouge aux joues, etc. Nous sommes figés par quelque chose qui a touché une corde sensible et nous perdons tous nos moyens.

Peut-être est-ce à cause de plusieurs années de dévalorisation de soi ou d’un égo totalement absent ? C’est pourquoi, il est important de prendre confiance en soi et de se dire que l’autre ne vaut pas mieux que nous. Pourquoi nous taire face à une personne qui a voulu nous rabaisser. Autant croire en soi et répliquer !

💔 Certains mots peuvent être une brûlure pour l’âme, si nous n’avons pas confiance en nous. Ils peuvent nous marquer pendant plusieurs années.

Apprendre à écouter l’autre

Celles et ceux qui ont une capacité de répartie remarquable sont dans l’écoute active de l’autre. Ils sont attentifs à nos mots mais au-delà de cela, ils analysent notre langage corporel et non verbal. Ils ont donc la possibilité de voir rapidement s’ils ont une personne qui a confiance en elle en face d’eux, d’où l’importance d’avoir un minimum d’égo. De plus, apprendre à bien écouter l’autre permet d’avoir une forte concentration et de saisir tout ce qui nous est dit. 

👩💬 Il faut laisser notre interlocuteur s’exprimer pleinement pour pouvoir repartir vite et bien. Mais c’est comme tout, cela prend du temps pour l'apprendre, c’est un véritable exercice d’éloquence.

L’éloquence, ça se cultive

Au-delà donc de faire un effort sur soi et d’être à l’écoute de l’autre, il faut entraîner son cerveau à avoir de la conversation. En effet, c’est un muscle et comme dans tout sport, avoir de la répartie s'acquiert avec le temps. On peut noter des petites phrases auxquelles on pense dans un carnet ou son téléphone. Les films, séries ou livres peuvent être aussi une grande source d’inspiration puisque ce sont des professionnels du dialogues qui les écrivent. Il ne faut pas hésiter à s’en inspirer !

🎭 Faire de l’improvisation aide énormément à améliorer son éloquence. Pourquoi ne pas faire un peu de théâtre ou essayer de s’entraîner avec une amie pour améliorer sa répartie ?

Comment améliorer ses répliques ?

Retourner l’arme de l’adversaire

Sans doute la réplique la plus utilisée, il faut pouvoir se servir de ce que l’autre a dit pour retourner son propos contre lui.

➜ Bill Clinton rappelle à Hillary qu’avant de le connaître elle avait vécu une idylle avec un pompiste :

  • “Dire que si tu l'avais épousé, tu ne serais pas la femme du président mais celle d'un pompiste…”
  • “Si je l’avais épousé, c'est lui qui serait devenu président, pas toi.”

➜ Face-à-face Mitterrand-Chirac, en 1988.

  • Jacques Chirac :

“Nous sommes deux candidats à égalité dans ce débat, vous n’êtes pas aujourd’hui le président et moi, votre Premier ministre.”

  • François Mitterrand :

“Certainement, monsieur le Premier ministre.”

En rajouter dans l’autodérision

Attention, il faut apprendre l’autodérision pour ne pas se moquer simplement de soi mais jouer avec soi.

➜ Attablé dans un café, Paul Verlaine n'arrête pas de fouiller dans ses poches. Intrigué, le patron lui demande :

  • "Vous avez perdu quelque chose ?"
  • "Non, je regarde simplement si j’ai encore soif."

Dire la vérité

Utiliser la vérité est très efficace. Souvent basée sur le physique ou un trait de caractère, elle fait généralement mal. Il faut donc l’utiliser à bon dosage lorsque quelqu’un veut nous faire du mal.

➜ Diogène, à un chauve qui l’insultait :

  • "Je ne vais pas être insolent envers toi, mais je félicite tes cheveux d’avoir abandonné une sale tête.”

➜ En 1949, François Mitterrand se présente aux élections cantonales dans la Nièvre. La veille du scrutin, son adversaire lui lance :

  • “Dimanche, je passerai comme une lettre à la poste !”
  • “La poste est fermée le dimanche.”

La réponse laconique

Le laconisme réduit la réponse à son expression la plus épurée et la plus efficace. Elle laisse généralement peu de place à une autre réponse.

➜ Le roi Philippe II de Macédoine dit aux spartiates :

  • “Si je gagne cette guerre, vous serez mes esclaves.”
  • “Si.”

➜ Un journaliste interroge Jeanne Moreau :

  • “Quel est le point commun entre tous les hommes que vous avez aimés ?”
  • “Moi”.

Utiliser l’absurde

L’absurde ne vient pas spontanément, c’est une des répliques les plus difficiles à faire. C’est pourquoi il faut bien s’entraîner à l’art de l’éloquence !

  • Alexandre Vialatte :

“L’homme n’est que poussière ? C'est-à- dire l’importance du plumeau.”

  • Sacha Guitry :

Il ne faut pas frapper un ennemi à terre ? Mais alors… quand ?”

Jouer sur les mots, avoir le dernier

C’est un bon moyen de clouer le bec à son interlocuteur et cela met automatiquement fin à la discussion

➜ Dans un salon du XVIIIe siècle, un censeur royal se vante devant Madame du Deffand :

  • "C'est moi qui distribue la gloire !"
  • "Et vous la distribuez si généreusement que vous n’en gardez point pour vous."

L'avis de la rédaction : entraînez-vous !

Avoir de la répartie, ça s'apprend même si c'est plus naturel pour certaines personnes que pour d'autres. Entraînez-vous et vous vous prendrez vite au jeu ! Et si ce manque de répartie vient d'un profond manque de confiance en vous, contactez un coach, vous trouverez ensemble comment reprendre confiance en vous. 💪

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Source : psychologies.com 

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Les commentaires

Nos derniers articles

La mythomanie : mentir pour se valoriser

« Il ment comme un arracheur de dents ! », vous faites face à un mythomane dans votre...

Lire

Peur d'aimer

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur ...

Lire

Fou rire nerveux

Dans une situation inappropriée, vous vous pincez les lèvres pour vous retenir de rir...

Lire

Pensée positive : quand le positif attire le positif ! 😄

C'est prouvé, penser positif apporte du positif et voir tout en noir ne vous apporter...

Lire

Vous allez adorer lire ces livres à la plage

Lire un bon livre, c'est toujours une chouette expérience. C'est reposant, inspirant ...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici