Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?
Sommaire : 

Prendre du recul sur sa famille

Qui n’a jamais eu une vieille tante ou un grand-père critique 😅 ? On a l’impression que ce sont toujours les mêmes qui viennent balancer leur avis. Et c’est un peu le cas, surtout que les membres de notre famille qui émettent un jugement, sont souvent ancrés dans l’époque où ils ont vécu leur jeunesse. Ce sont des personnes qui ont leurs insécurités et leurs histoires, qu’ils reportent sur nous 😣. 👋Arrêtons de projeter nos propres peurs sur les autres !

Parole d’évangile, mes fesses !

Il faut prendre du recul en se disant que leurs critiques ne sont pas parole d’évangile 😬. On a souvent l’impression qu’ils détiennent la vérité, car on est leur descendance, mais ce n’est pas le cas, ça reste des êtres humains avec des failles ! La psychothérapeute Heather Garbutt donne donc ce précieux conseil en expliquant qu’il est nécessaire de se détacher de leur opinion et de s’accrocher à la sienne. Ce n’est pas parce qu’ils pensent et disent quelque chose que c’est mieux que notre vérité, et toc 🤧 !

Ne pas être en quête d’approbation

“- Tu as vu, j’ai acheté une nouvelle robe, tu aimes bien ? 
- Je trouve qu’elle te moule trop le ventre et puis toi alors, arrête de dépenser tes sous dans des vêtements ! Pfff, tu ne sais même pas épargner. Comment tu feras le jour où tu auras un pépin hein ?"

Quand ce n’est pas un complimerde, c’est une critique bien formulée et ardente qui sort ! Eh oui, quelle idée d’avoir encore acheté une robe et d’oser la montrer ? Cependant, le problème de cet échange (à peine inspirée de ma réalité 😅), c’est qu’il y avait une quête d’approbation.

Un reflex à bannir

Alors certes, cela reste minime comme quête d’approbation, mais cet exemple montre bien que l’on ne doit pas se soucier du regard de notre famille. Vouloir obtenir cette validation, c’est en quelque sorte, demander la permission de faire quelque chose ✅ (ou de porter cette nouvelle robe). On cherche à se conformer aux normes et aux codes établis par notre famille et surtout par les voix autoritaires qui sont souvent les plus âgées. Or, c’est un vieux reflex que l’on doit bannir pour ne laisser grandir que notre confiance en soi.

👩‍👧 Devenir adulte, c’est apprendre à se détacher de cette approbation et ne plus avoir besoin d’être réassurée par l’entourage familial.

Ne pas (ou ne plus) idéaliser la famille

J’ai longtemps idéalisé ma famille, ayant grandi avec toute la magie des films de Noël des années 90 😪. Quand on commence à grandir et surtout à s’émanciper, la réalité frappe. Les secrets de famille remontent à la surface et on prend conscience que sa famille est loin d’être parfaite ! Apprendre à se détacher en ne l’idéalisant plus permet aussi de se mettre à distance des critiques émises dans ce cadre-là. Ainsi, on arrive à se construire pour soi et pas à travers le regard de notre entourage.

"On déteste parfois sa famille de chair, on aime toujours sa famille d'esprit." Maurice Chapelan

Il ne faut pas non plus négliger le fait qu’il peut y avoir des personnes toxiques dans notre famille. Une fois que l’on retire la vision idéalisée, on apprend à repérer ces individus, toujours prêt à dégainer une critique. Il ne faut pas hésiter à s’en éloigner, pour son propre bien, voire à couper les ponts si on sent que c’est nécessaire pour aller mieux. Cela n'empêche pas d'avoir un autre type de famille, notamment amicale 🤗.

Cet article peut vous intéresser >>> 3 étapes pour se débarrasser d'une relation toxique

Se recentrer sur soi

C’est bien là le cœur de la solution pour se défaire de la critique familiale ! Les avis extérieurs ne font qu’alourdir et complexifier notre réflexion, ce qui exacerbe l’anxiété et les coups de déprime 😞. C’est pourquoi, le fait de se recentrer sur soi peut largement nous aider à ne plus prendre au premier degré les critiques négatives.

Poser ses limites

On a déjà bien assez d’injonctions sociales compliquées à gérer au quotidien, alors si on rajoute celles que l’on entend au sein du foyer familial… Il ne faut pas hésiter à poser ses limites auprès des membres qui sont les plus critiques. Cela permet de s’affirmer, même si on ne fait pas toujours entendre sur le moment 🙃. À la longue de reprendre les gens, cela finit par rentrer, enfin, c'est ce que j’ai constaté.

Ne pas (les) juger pour autant

Le plus dur est de ne pas en arriver à l’amertume et à juger à notre tour. Ce qu’il faut garder en tête, c’est qu’il y a aussi des personnes qui critiquent par peur. En particulier nos parents, qui souhaitent qu’on s’en sorte au mieux et qui sont dans l’incertitude constante de notre épanouissement. Certes, la critique est un très mauvais moyen de protéger et de préserver la sécurité, mais il faut en parler avec eux et ne pas garder notre rancœur.

La psychothérapeute Heather Garbutt nous rappelle aussi que la critique est une façon d’être pour certaines personnes et qu’au final ça n’a pas grand-chose à avoir avec nous. C’est pour ça, autant de détacher de ce genre de mots et faire notre vie comme bon nous semble, après tout on ne vit pas pour eux, mais pour nous 😌.

L'avis de la rédaction : des critiques qui font mal...

Les critiques répétées sur plusieurs années, surtout quand elles proviennent de la sphère familiale font très mal. Elles laissent parfois des traces indélébiles en nous, c'est pourquoi il faut sortir de cette spirale. Si votre famille vous blesse, vous fait vous sentir mal, moins que rien, alors il est urgent de prendre rendez-vous avec un psychologue afin d'en discuter. Ensemble, vous pourrez mieux comprendre votre situation et décider de nouvelles habitudes qui vous permettront de sortir de cette condition.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Saint Valentin avec soi-même : 10 idées de cadeaux à se faire !

Ahhh la Saint-Valentin, avant j’y prêtais beaucoup d’importance, que je sois célibataire ou en couple. Désormais je m’en fiche totalement et pourtant j’ai quelqu’un qui partage ma vie ! En fait, je préfère même être solo ou avec mes copines ce jour-là, comme ça aucune pression sur mon couple ! Depuis quelques années, j’adore même me faire des petits cadeaux, la Saint-Valentin est une excuse de plus pour m'auto-gâter 🙈. Alors voici 10 idées de cadeaux à se faire pour une Saint-Valentin avec soi-même !

L'importance des preuves d'amour, parce qu'un "je t'aime" ne suffit pas toujours !

Si Zazie était capable d'envoyer valser les preuves d'amour en or plaqué, nous ne sommes pas toutes faites de ce bois et pour certaines, recevoir des preuves d'amour est tout simplement essentiel. Mais pourquoi ? En couple, a-t-on vraiment besoin de preuves d'amour ? Pour ma part, je rejoins plutôt le poète Pierre Reverdy qui disait "il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour." Oui, mais lesquelles ?

Aromantisme : une vie sans amour, c'est possible ?

Aromantisme, voilà un terme que l'on n’entend pas souvent ou qui, comme l'asexualité, est sujet aux clichés ou aux fantasmes. L'aromantisme, en théorie, est plutôt simple : il s'agit de ne ressentir que peu ou pas du tout d'attirance romantique pour l'autre. L'aromantisme c'est donc une vie sans amour ? Pas exactement.

Je suis attirée par une femme, suis-je bisexuelle ?

J'étais là tranquille à prendre une pause-café avec mes collègues, quand la nouvelle est arrivée. J'étais subjuguée, troublée ! Cette fille est magnifique, elle dégage un truc qui attire indéniablement... sauf que je suis déjà en couple... avec un homme ! 😲 Qu'est-ce qui m'arrive ?

Dédoublement de personnalité : Qu'est-ce que le trouble dissociatif de l'identité ?

Quand on pense au dédoublement de personnalité, un exemple bien connu de la littérature nous vient en tête : "L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde". Pourtant, cela n’a rien de romanesque, il est bien concret, même s’il est plus méconnu que d'autres troubles comme la schizophrénie. En psychologie, il porte le nom de trouble dissociatif de l’identité (TDI). Qu’est-ce que c’est exactement ? Quels sont les symptômes de ce trouble ? Qu’est-ce qui en est à l’origine ? Explication.

Votre horoscope directement chez vous

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici