Le cerveau reptilien responsable de nos comportements primaires, mythe ou réalité ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Oh la la, j’ai une de ces envies de sucre, ça doit être mon cerveau reptilien qui m’envoie ce message”. Quand j’ai entendu cette phrase, j’avoue que j’ai été surprise 😯. J’avais déjà eu connaissance du cerveau reptilien, mais je ne m’étais jamais penchée dessus. Il fait partie d’une théorie populaire et son rôle serait de dicter nos comportements vitaux : se nourrir, boire, se reproduire... Mais a-t-on vraiment un cerveau reptilien ? Les recherches récentes en neurosciences remettent tout en question.

Le cerveau reptilien responsable de nos comportements primaires, mythe ou réalité ?
Sommaire : 

La théorie triunique

Le cerveau reptilien prend place dans la théorie établie dans les années 1960 par le Dr Paul D. Maclean. C’est la théorie triunique qui explique que le cerveau est organisé en 3 grandes parties 🧠 :

  • le cerveau limbique : comprenant l’hippocampe, l’amygdale et l’hypothalamus,
  • le néo-cortex : comprenant deux hémisphères cérébraux,
  • le cerveau reptilien : qui est présent depuis 500 millions d’années chez les espèces animales.

Ces trois parties communiqueraient entre elles, mais fonctionneraient comme des organes indépendants. Le cerveau reptilien est souvent nommé « cerveau instinctif », puisqu’il gère les fonctions vitales de l’organisme et nos instincts : manger, boire, se reproduire... Cela paraît tellement plausible, pourquoi n’existerait-il pas 🤔 ?

Le cerveau organisé en 3 grandes parties selon la théorie du Dr Paul D. Maclean

La déconstruction du cerveau reptilien

Le concept du cerveau reptilien a longtemps été populaire, néanmoins, depuis quelques décennies, il est démenti. En effet, avec le développement des connaissances de l’organisation anatomique et fonctionnelle de notre cerveau, on sait désormais que nous n’avons pas de cerveau reptilien 🤯. Notamment grâce aux études menées sur les cerveaux des reptiles.

Des fonctions plus complexes

En effet, les scientifiques ont étudié les cerveaux des reptiles, ceux à quoi on comparait le cerveau reptilien de l’homme. Il est vrai que leur cerveau est plus simple et qu’il y a une partie qui répond aux fonctions vitales. Les reptiles ont un répertoire mental moins riche que les mammifères, cependant ils ont quand même des comportements élaborés.

🦎 Ces derniers sont associés au cerveau dit “supérieur” et possèdent des fonctions comme la mémoire ou la navigation spatiale explique le chercheur en neurosciences, Xavier Leinekugel.

Une réponse facile

Malgré les évolutions de la science, le cerveau reptilien reste encore une théorie très populaire. Pourquoi aime-t-on dire qu’on a un cerveau reptilien 🧐 ? C’est parce qu’il renvoie à notre dualité, nous sommes à la fois animales et savantes ! Et en plus de cela, la théorie triunique correspond bien au schéma freudien avec le “moi”, le “surmoi” et le “ça”.

➜ Le sociologue Sébastien Lemerle explique qu’on s’y retrouve rapidement, car c’est une réponse facile à toutes les questions qu’on peut se poser à propos de nos agissements. Le cerveau reptilien serait responsable de nos comportements toxiques, voilà pourquoi cette théorie a longtemps été appréciée.

Les émotions, les grandes responsables

Alors comment expliquer nos comportements primaires ou nos mauvaises réactions ? Les émotions sont la réponse. Aroa Gomez Marin, neuropsychologue, explique que les zones cérébrales provoquant une émotion sont multiples. Il n’y a pas qu’une partie qui est responsable de nos émotions, comme le cerveau reptilien le sous-entendait. Les émotions peuvent se déclencher sans la moindre intervention de la pensée ou du raisonnement. Nos lointains ancêtres ont pu avoir la vie sauve grâce à elles, mais dans notre quotidien, cela peut entraîner des réactions inappropriées.

Cet article peut vous intéresser : La roue des émotions : je ressens donc je suis

Accepter sa part reptilienne

Le cerveau reptilien a longtemps été un moyen de se comprendre. Désormais, il est nécessaire de se tourner vers nos émotions enfouies pour décrypter nos comportements ou nos peurs. On peut voir le cerveau reptilien comme une conception métaphorique : on parle donc d’accepter notre “part reptilienne”. C’est-à-dire que l’on doit accepter les aspects que l’on refuse pour vivre mieux et aller vers le bonheur.

➜ Il faut alors apprendre à gérer nos émotions et se tourner vers nos pensées pour décrypter des peurs irrationnelles comme la zoophobie ou la thalassophobie.

Livre comment apprivoiser son crocodile

📖 Le livre "Comment apprivoiser son crocodile" de Catherine Aimelet-Périssol peut nous aider à décoder le sens caché de nos émotions.  - "Comment apprivoiser son crocodile"

L'avis de la rédaction : cherchez du côté de vos émotions !

Vous l'aurez compris, le cerveau reptilien n'est pas la raison de vos comportements impulsifs ou excessifs, il va plutôt falloir creuser du côté de vos émotions et de votre gestion de celles-ci. Si vous rencontrez des problèmes relationnels au quotidien, que certaines de vos réactions vous handicapent, n'hésitez pas à contacter un psychologue afin de mettre en place ensemble de nouveaux comportements qui vous permettront de vous épanouir.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : franceculture.fr / passeportsante.net / cerveauetpsycho.frlafabriquedeladanse.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Le mot de la rédactrice en chef !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe



Vous nous suivez sur Instagram ?

Pour mieux se connaître

Comment trouver et prendre du temps pour soi ?

Pour mieux se connaître

Les podcasts Wengood

Comment gérer la difficulté à s'exprimer pleinement et librement ?


Comment gérer la difficulté à s'exprimer pleinement et librement ? Par Stéphane Masson, coach professionnel certifié

septembre 2021 · Wengood

10:26

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.





Plus d'articles pour mieux se comprendre et s'accepter !

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Tout beaux, tout chauds, nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

15 citations pleines de soleil pour se réchauffer le cœur !

Quoi de plus agréable que de voir les rayons du soleil traverser une pièce, que de sentir sa chaleur dans notre dos ou que de trouver l'ombre quand il se montre trop pressant. Le soleil, on l'aime et il nous manque tellement en plein cœur de l'hiver, que l'on a convoqué les plus grands intellectuels pour lui rendre hommage.

6 aliments pour avoir un bronzage au top du top cet été !

Pendant l'été, rien ne vaut un joli teint hâlé. Pas de marques de bronzage disgracieuses, de coup de soleil douloureux ou encore de peau qui pèle. Bronzer oui, brûler non ! En plus d'une bonne crème solaire, l'alimentation joue aussi un rôle important pour la protection de la peau et un joli bronzage. Explications. 🌞😎

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Vous avez aimé la plume de Camille ? Découvrez ses dernières réalisations

Comment trouver le courage de parler après avoir vécu le pire ?

Nous avons une vie normale et voilà que tout peut basculer du jour au lendemain à cause d’une agression. Qu’elle soit physique ou sexuelle, on n’est plus jamais la même. Il est difficile de faire face au traumatisme et encore plus de dénoncer cet acte immonde. Pourtant, certaines femmes le font, comme Sarah Abitbol ou encore Florence Porcel. Comment ont-elles eu le courage de parler après l’innommable ? C’est la question que l’on s’est posée et dont on a eu envie de parler, pour aider des victimes à ne pas rester dans le silence.

Mon / ma conjoint·e me parle mal, comment réagir ?

Un désaccord pointe le bout de son nez et ça ne loupe pas : une dispute éclate. On ne peut pas toujours être sur la même longueur d’onde dans le couple et c’est normal. Nous sommes tous et toutes différents ! Cependant, lorsque des paroles blessantes et dénigrantes pointent le bout de leur nez, il ne faut pas laisser passer ça. Comment réagir lorsque notre conjoint.e nous parle mal ? Le respect est l’un des piliers du couple, le jour où celui-ci s’amenuise et disparaît, il faut agir avant que ça ne s’aggrave. Explication.

Le diktat des vacances réussies : on se met la pression, non ?

Quand je décide de partir en vacances, j’ai envie que tout soit réussi. Je veux profiter à fond, visiter tout, faire un maximum de photos, découvrir de nouveaux lieux tendances et évidemment partager tout cela sur les réseaux sociaux. On est nombreuses à faire ça et faire en sorte de rentabiliser nos vacances ! En même temps, le reste de l’année, on travaille et on court partout… Cependant, il faut dire que c’est une mauvaise habitude et que ça ne fait qu’entretenir le diktat des vacances réussies. Et si cette année, on se lâchait la grappe pour véritablement profiter ?

Le biais d'autocomplaisance ou comment gonfler un peu trop son ego

On connaît tous et toutes une personne qui a toujours tendance à se jeter des fleurs quand elle réussit un truc, mais à accuser la terre entière quand elle se plante. Moi, en tout cas, j’en ai une en tête ! Ce n’est pas un cas isolé, car beaucoup de gens ont la même chose, cela s’appelle le biais d’autocomplaisance. Qu’est-ce que ce phénomène psychologique qui nous pousse à dire “c’est pas moi, c’est les autres” ? Évidemment, c’est problématique, je vous explique tout.