Le diktat des vacances réussies : on se met la pression, non ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Quand je décide de partir en vacances, j’ai envie que tout soit réussi. Je veux profiter à fond, visiter tout, faire un maximum de photos, découvrir de nouveaux lieux tendances et évidemment partager tout cela sur les réseaux sociaux. On est nombreuses à faire ça et faire en sorte de rentabiliser nos vacances ! En même temps, le reste de l’année, on travaille et on court partout… Cependant, il faut dire que c’est une mauvaise habitude et que ça ne fait qu’entretenir le diktat des vacances réussies. Et si cette année, on se lâchait la grappe pour véritablement profiter ?

Le diktat des vacances réussies : on se met la pression, non ?
Sommaire : 

Une logique de performance

Petit rappel historique, ça ne fait jamais de mal : c’est en 1936 que le Front Populaire instaure la loi des congés payés pour tous les travailleurs. C’est un acquis social majeur pour le loisir et où on ne doit pas travailler, enfin ! Les vacances symbolisent la rupture avec le quotidien, on laisse tous les tracas de la “vraie” vie derrière nous 😪…

Ce qu'on sait moins, c’est que les vacances s’inscrivent aussi dans une logique de performance économique. Eh oui, on sait que faire des pauses régulières nous permet d’être plus efficaces, donc les vacances suivent la même logique. En donnant aux travailleurs des moments de break, l’économie sait qu’ils seront plus performants au retour des vacances.

👉 Il y a donc cet aspect de rentabilité humaine sous-jacent qui nous influence sur la façon dont on profite de nos vacances 😥…

Montrer notre réussite

Cette logique de performance et de réussite, on a, quelque part, envie de les afficher. Eh oui, qui n’a jamais eu envie de montrer qu’il ou elle passait ses vacances de Noël dans un merveilleux chalet en alternant raclette et ski ⛷️ ? Qui n’a jamais eu envie de séjourner sur une île paradisiaque avec de l’eau transparente, pendant les vacances d’été 🌴 ? Moi j’avoue que j’aimerais bien avoir la possibilité de faire ça au moins une fois dans ma vie. Cependant, difficile de répondre à ces clichés parce qu'ils ne sont pas à la portée de tout le monde, et ce, même si on a une bonne performance au travail.

Ces injonctions inconscientes ne sont pas forcément atteignable, ce qui peut être rageant 😖. Alors évidemment, quand on y parvient, on a envie de le montrer. C’est un gage de réussite d’avoir pu s’offrir des vacances ! C’est d’autant plus vrai lorsqu’on répond convenablement aux inconditionnels de la saison.

La pression des réseaux sociaux

Montrer sa réussite, c’est d’autant plus vrai avec les applications de nos smartphones 📱. De plus en plus d’études prouvent que les réseaux sociaux sont un frein au bonheur. Ils sont même responsables de l’apparition de certaines maladies mentales comme la dépression, surtout chez les plus jeunes… Effectivement, on se compare sans cesse en ouvrant Instagram, Facebook, Twitter, bien sûr, les vacances n’échappent pas à cette règle. À la longue de voir des photos, et maintenant des vidéos, des vacances parfaites des autres (enfin en théorie), on a aussi envie de goûter à cette douce utopie et de s’en vanter aussi 😬.

👉 Chez certaines personnes, ça provoque même un sentiment de frustration et d’amertume… On finit par complexer de ne pas faire quelque chose de "grandiose" pendant les vacances, on dit qu’on ne fait pas “grand-chose", rien de spécial cette année. Alors qu’il n’y a aucune honte à avoir, donc autant se libérer de ces émotions négatives.

Se libérer du diktat des vacances réussies

À force de se mettre la pression à réussir nos vacances, tant pour répondre aux codes sociaux qu’à nos propres fantasmes, je crois qu’on passe à côté de ce qui peut véritablement nous faire du bien 😥. On devrait déjà toutes commencer par faire une digital detox au moment des vacances 📵. Voir la fausse perfection de la vie des autres contribue à nous faire du mal et à nous faire penser qu’on ne réussit pas assez bien ce qu’on fait, vacances comprises.

Véritablement profiter de nos vacances

Je dirais bien de ne rien prévoir, mais poser trois semaines et perdre des jours pour rester enfermée dans son appartement, je ne sais pas si ça peut plaire à tout le monde. Bien sûr, si c’est ce qui nous fait du bien, n’hésitons pas ! Il m’est arrivé de rester une semaine chez moi sans partir, juste pour me reposer 😴. C’est à chacune de voir ce qui lui convient, mais l’essentiel est de ne pas prévoir un programme précis et de vouloir trop en faire. Que ce soit pour un voyage à l’autre bout du monde ou pour une semaine dans le lot hein ! Eh oui, on doit apprendre à lâcher prise aussi sur la façon dont on vit nos vacances.

#ZeroObjectifActive : On est soumise à des objectifs professionnels et même personnels tout au long de l’année, alors ne nous imposons aucun objectif pour nos congés 😎.

Changer d’état d’esprit

Oui, ça fait peur, surtout à cause de l’ennui, mais ne rien faire peut être tant bénéfique pour l’esprit ! Ce qui est important, c’est de changer d’état d’esprit entre le moment où on est au travail / productive et le moment où on est en vacances. C'est-à-dire qu’on doit mettre totalement de côté l’aspect travail et ne pas penser en termes de rentabilité. 

Pour cela, on doit apprendre à ne pas idéaliser nos vacances, car au moindre imprévu, on sera déçu que ça ne colle pas à notre vision. En prenant du recul sur cette vision de perfection, on apprendra à mieux savourer nos moments OFF. Ça permet de se faire passer en priorité et de créer une vision différente de nos vacances 🤗 !

👋 Besoin d’en savoir plus ? N’hésitez pas à consulter notre article pour savoir comment profiter de son été simplement.

L'avis de la rédaction : tant pis si ce n'est pas instagramable !

Cette année, on ne se prend pas la tête, on profite simplement et ça, c'est à chacune de décider du comment. Mer, montagne, bouquiner dans le jardin sous un arbre, buller, penser, siester etc. Il y a tant de façons de se détendre que c'est à vous de choisir et tant pis si ce n'est pas instagramable ! Si vous n'arrivez pas à vous relâcher, que vous revenez de vacances fatiguée ou que vous vous sentez simplement au bout du rouleau, n'hésitez pas à contacter un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : lefigaro.fr / psychologies.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube