Peur des animaux : comment vaincre la zoophobie ?

“Ah … Tu amènes ton chien pour la rando...”. Quand j’ai entendu mon collègue dire cette phrase et commencer à le voir paniquer, j’ai compris qu’il était mal à l’aise à l’idée d’être en contact avec mon chien. Au-delà même, il m’a expliqué qu’il souffrait d’une peur viscérale des chiens. Cette phobie fait partie de la grande famille de la peur des animaux appelée la zoophobie. Pourquoi peut-on souffrir de cette peur ? Comment vaincre cette phobie ? Explications sur cette peur répandue.

Sommaire : 

Qu’est-ce que la zoophobie ?

La zoophobie désigne la peur irrationnelle d’un ou de tous les animaux. Elle n’est pas rare, les spécialistes estiment même qu’il s’agit d’une phobie les plus répandues dans le monde. Par exemple, 4% à 6% de la population mondiale est arachnophobe et 2% a peur des animaux non dangereux comme les chiens. Tous les animaux peuvent donc faire l’objet d’une phobie, mais il y a des peurs moins rares :

  • les araignées (arachnophobie)
  • les souris (musophobie)
  • les serpents (ophiophobie)
  • les chats (ailurophobie)
  • les chiens (cynophobie)
  • les pigeons (ornithophobie)

⚠️ Le psychologue clinicien Michel Naudet explique qu’une phobie a des répercussions handicapantes sur la vie de tous les jours. Il ne faut donc pas confondre la zoophobie avec le fait de détester les animaux ou d'être juste mal à l'aise. 

Les comportements associés à la zoophobie

Les personnes phobiques des animaux évitent tous les lieux où il est possible de croiser un animal comme les zoos, chenils, étables, fermes, etc. Cependant, parfois, la peur se manifeste à la simple vue d’une photographie ou d’un dessin d’un animal. La peur est caractérisée par des sueurs froides, des tremblements, le poul qui s’accélère, des vertiges, etc. D’autres troubles comme des insomnies peuvent apparaître, ce qui empêche vraiment la personne de vivre sereinement.

➜ Une zoophobie est, en général, très ciblée et ne varie pas au cours du temps. 

Comment se développe la zoophobie ?

Un traumatisme dans l’enfance

La zoophobie est une peur commune chez l’enfant. En effet, Sigmund Freud disait que cette phobie est quasi naturelle chez les plus jeunes car ils sont apeurés par une forme de vie différente. La peur des animaux s’installe et reste à l’âge adulte lorsqu’il y a eu un traumatisme vécu durant l’enfance, notamment entre l’âge de 5 et 10 ans (morsure d’un animal par exemple).

Une peur primaire

Néanmoins, l’origine de certaines zoophobies reste plus inexpliquée, comme l’arachnophobie. La peur des araignées reste une des phobies les plus répandues, pourtant peu de gens ont été confrontés à une araignée réellement dangereuse. Michel Naudet explique que cela pourrait correspondre à une transmission intergénérationnelle de la peur

➜ Depuis l’origine de l’humanité, les hommes ont été confrontés à des animaux dangereux, un arachnide a donc été “enregistré” comme mortel.

Comment ne plus avoir peur des animaux ?

L’anticipation liée à la peur

Comme toutes les phobies, la peur des animaux est liée à l’anxiété d’anticipation. Nous redoutons de croiser un animal et donc nous allons tout faire pour éviter une situation où nous pourrons éventuellement nous sentir en danger. Il y a donc une appréhension permanente de la peur, y compris quand l’animal n’est pas là. Par exemple, si la personne entend des aboiements de chien au loin ou si une toile d’araignée est aperçue dans une maison.

Une thérapie pour soigner la zoophobie

Comme pour toutes les phobies, la thérapie cognitive et comportementale (TCC) est la plus adaptée. La technique de cette thérapie consiste à “désensibiliser” progressivement le patient de l’objet de sa peur.

  • la partie cognitive : va faire prendre conscience au patient l’irrationalité de ses craintes
  • la partie comportementale : va permettre d’exposer très progressivement le patient à l’objet de ses peurs

Bien sûr, la thérapie est très progressive donc il faut au moins prévoir une dizaine de séances pour apaiser la phobie. Les techniques d’exposition sont lentes, d’abord dans l’imagination puis sous formes d’images, puis d'observation.

➜ Pour une meilleure gestion de l’anxiété, il est intéressant de faire aussi des séances d'hypnose, de consulter un sophrologue ou de pratiquer la relaxation grâce à la méditation.

L'avis de la rédaction : une phobie handicapante, dangereuse ? Alors il est temps de consulter

Cette phobie peut être handicapante, voire même dangereuse. Prenons un exemple, si voir une araignée courir sur votre tableau de bord vous fait perdre vos moyens et le contrôle du véhicule, alors il faut réagir et traiter cette phobie. Contactez un psychologue pour traiter cette phobie, les différentes thérapies proposées sont très efficaces. 

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : femmeactuelle.fr

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Les commentaires

Nos derniers articles

La mythomanie : mentir pour se valoriser

« Il ment comme un arracheur de dents ! », vous faites face à un mythomane dans votre...

Lire

Peur d'aimer

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur ...

Lire

Fou rire nerveux

Dans une situation inappropriée, vous vous pincez les lèvres pour vous retenir de rir...

Lire

Pensée positive : quand le positif attire le positif ! 😄

C'est prouvé, penser positif apporte du positif et voir tout en noir ne vous apporter...

Lire

Vous allez adorer lire ces livres à la plage

Lire un bon livre, c'est toujours une chouette expérience. C'est reposant, inspirant ...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici