Happycratie et injonction au bonheur : bonjour les dégâts !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Vous devez être heureux et heureuse, sinon vous avez raté votre vie. C’est ce qu’on nous dit tout le temps, non ? Du moins, on nous fait comprendre que si on n’est pas en quête du bonheur et qu’on ne le ressent pas pleinement, on a loupé quelque chose. Cependant, l’ironie du sort, c’est que réfléchir de cette manière nous précipiterait vers la souffrance. Qu’en est-il alors ? L’injonction au bonheur serait-elle ce qui cause notre malheur ? On en parle.

Happycratie et injonction au bonheur : bonjour les dégâts !

L’Happycratie : une véritable industrie du bonheur

L’Happycratie est un terme né grâce au livre d’Eva Illouz et Edgar Cabanas : 

Couverture du livre d'Happycratie

"Happycratie – Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies"

Le but de cet ouvrage est de dénoncer la psychologie positive de l’industrie du bonheur et du développement personnel. Tout cela use et abuse de techniques destinées à nous rendre plus heureux et plus heureuse. Il suffirait d’écouter les experts pour être enfin épanoui ! Bien sûr, c’est en théorie 🙄. En réalité, cela cache un commerce bien fructueux, qui brasse des millions d’euros et qui affirme pouvoir faire disparaître toutes les émotions négatives qui nous habitent… 

📌

Il y a qu’à voir comment le titre musical de Pharrell William a été sur-utilisé, que ce soit dans le marketing, la pub, le développement personnel… On voit aussi des choses aberrantes comme des postes de “Chief Happiness Officer” afin que des personnes soient chargées de combattre le mal-être au travail avec de la positivité toxique.

L’injonction au bonheur diffusée par les gourous de la psychologie positive est creuse, elle existe juste pour être en phase avec le néo-libéralisme, c’est un anesthésiant social. Comme un pansement sur une plaie qui n’a pas été désinfecté, elle ne règle pas le problème, au contraire, elle l’empire 🤕. 

La pression à s’épanouir

En effet, une étude menée par le chercheur néerlandais, Egon Dejonckheere, prouve bien que forcer le bonheur est toxique. L’étude se concentre sur les pays nordiques, censés être les plus heureux et pourtant, avec un fort taux d’anxiété chez les habitants. En effet, ces derniers ressentent beaucoup de pression pour s’épanouir et cela a des conséquences dévastatrices 😅. 

Plus on nous dit d’être heureux.se, plus cela devient source d’angoisse. On se met alors à ressentir de la culpabilité par rapport au fait qu’on ne se sente pas épanoui et on se compare aux autres. Ces derniers semblent plus heureux, mieux lotis et donc on se dévalorise

👉 Bien évidemment, les réseaux sociaux sont un frein au bonheur, puisqu’il accentue cet effet de comparaison. 

Bref, c’est une sorte de complexe d’infériorité liée au bonheur ! Au lieu de nous concentrer sur les émotions actuelles, on se focalise sur celle que l’on “devrait” ressentir, ce que la société attend de nous. Cela creuse forcément un fossé et une dissonance cognitive, on a l’impression que le bonheur est inaccessible 🙃… 

L’optimiste aveuglant 

Il faut que l’on se détache de l’injonction au bonheur pour se focaliser un peu plus sur l’instant présent, sur ce qu’on ressent à l’instant T et nos petits bonheurs quotidiens. Cela compte bien plus que l’étalage de joie et l’étage de la réussite de notre vie. Ce n’est que de la poudre aux yeux, ça nous enferme juste dans plus de souffrance, en particulier si on a des troubles psychiques. 

D’autant plus que l’Happycratie véhiculée par notre société nous aveugle. On est maintenu dans une bulle artificielle qui atténue nos capacités d’indignations. Il est normal de s’indigner, de militer, de contester quelque chose qui ne nous convient pas. C’est le seul moyen de lutter contre ce bonheur irréel que l’on veut appliquer sur nous comme un traitement miracle. On a le droit de souffrir, d’aller mal et il ne faut pas aller contre ses émotions au risque de les empirer. 

L’avis de la rédaction - Une illusion plutôt qu’une solution

Beaucoup de personnes sont persuadées qu’en appliquant des méthodes de développement personnel que tout ira mieux dans leur vie. Comme l’a dit Camille, c’est une illusion plutôt qu’une solution. Il faut plutôt partir à la racine de notre insatisfaction et comprendre ce qui nous fait souffrir. C’est un travail long et complexe qu’il est souvent nécessaire de faire avec un thérapeute. Il vaut donc mieux ignorer les conseils de la psychologie positive pour se concentrer sur soi et sur son passé.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube