Réseaux sociaux : un frein au bonheur ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Bonheur et réseaux sociaux ne sont pas vraiment liés et pourtant difficile de dire aujourd'hui que nous serions heureux si nous étions déconnectés. C'est bien le problème avec les réseaux sociaux. On entretient avec eux une relation amour/haine qui booste notre moral autant qu'il le brise. Entre la course aux likes, la comparaison et le temps perdu... et si les réseaux sociaux étaient un frein à notre bonheur.

Réseaux sociaux : un frein au bonheur ?

Le "whaou" du bonheur

Le bonheur, c'est une sensation de bien-être qui dure dans le temps. Ses principales composantes sont la sérénité et la capacité à être bien avec soi-même, autrement dit la richesse de son monde intérieur. Deux aspects assez lointains des réseaux sociaux. En effet, partager des moments de vie sur les réseaux découle d'un besoin d'exister, d'être vu, de se sentir validée et aimée par les autres. C'est donc à celui qui postera le plus de photos, toujours plus originales, plus belles ou plus provocantes. 

Parce qu'en faisant défiler un feed, assez monochrome où des centaines de couchers de soleil côtoient d'autres centaines de petites rues pavées, ce qu'on recherche en fait, c'est l'effet wahou. Une quête vide de sens, à laquelle on participe aussi bien souvent et qui ne favorise ni la sérénité ni l'intériorité... Bye-bye le bonheur. 👋

Un frein au bonheur ?

Sur les réseaux sociaux, la notion d’influence est très importante, la comparaison aux autres va alors être au cœur de chaque interaction. Nos amis sont-ils plus beaux que nous ? Mieux habillés ? Ont-ils des activités plus passionnantes que les nôtres ?... Les likes et commentaires notent alors notre estime de soi. Comme si un like équivalait à un point dans sa « note personnelle ». 👋 7 choses que je gagne en arrêtant de me comparer aux autres

Imaginez un monde régi par les réseaux sociaux à la manière de l’épisode « Nosedive » de la série Black Mirror. L’histoire est simple, tout le monde vit dans un système de notations qui régule la société, chacun doit plaire aux autres pour augmenter sa note et ainsi obtenir plus de privilèges comme un appartement plus grand, une place dans un avion… Un calvaire non ? Quand un moment difficile dans notre vie apparaît, nous avons envie de disparaître de la toile et de la vie sociale. Cette disparition sur les réseaux sociaux est encore plus difficile quand les plus forts narguent les plus faibles avec leur bonheur affiché sur le net.

📌
Tout n'est pas noir ou blanc. Les réseaux ont à la fois du positif et du négatif sur notre santé mentale. Il est crucial de trouver un équilibre dans cette utilisation. Il peut être utile de définir des limites de temps, de prendre des pauses régulières et de faire attention au type de contenu auquel on s'expose. Il peut également être bénéfique de se rappeler que ce que les gens partagent sur les réseaux sociaux n'est souvent qu'une petite partie de leur vie réelle, et qu'il n'est pas sain ni réaliste de se comparer constamment aux autres. Il est important de se poser les bonnes questions et de se rappeler qu'on ne voit sur les réseaux que ce que les gens veulent laisser voir 😉.

Un accélérateur à harceleurs

Les réseaux sociaux permettent également de se cacher. De nombreuses personnes s'en servent pour faire du harcèlement sur internet. En ligne, ils se sentent protégés par l'anonymat… Et pourtant, derrière son écran, la personne harcelée va se sentir plus bas que terre, voire tomber en dépression ou pire encore, se suicider. Notez que même si sur les réseaux sociaux, la liberté d’expression prime, la diffamation et les injures sont punies par la loi. Pour ne pas se perdre, il est donc important de faire la part des choses entre la vie privée et la vie sociale. Notez qu’il est très important d’éduquer les enfants sur les dangers liés à la technologie tels que les smartphones ou les tablettes, comme la dépression qui peut arriver en cas d’usage massif des réseaux sociaux.

Et du plaisir quand même…

Les réseaux sociaux nous permettent de nous intégrer socialement, ce qui nous rassure. Le manque d’estime de soi et de confiance en soi peut également être comblé grâce aux réseaux sociaux, en réparant une blessure narcissique. Prendre des photos du moment passé serait une façon de se procurer du bonheur, pour immortaliser à vie cet événement. Réaliser des clichés ne nous déconnecte pas de la réalité, au contraire, nous serions encore plus engagés dans l’activité et nous apprécierions mieux le moment. Comme en toutes choses, les excès ne sont jamais bons et il faut surtout apprendre à avoir du recul !

>>> Cet article pourrait vous plaire : 6 comptes insta à suivre pour se sentir bien

L'avis de la rédaction : oui... avec modération !

Les réseaux sociaux peuvent affecter notre bonheur mais ils peuvent également nous apporter un plaisir. Vous pensez être accro aux réseaux sociaux ou vous connaissez quelqu’un qui est susceptible de l’être ? N’hésitez pas à en parler à nos psychologues diplômés.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Vous connaissez le secret du bonheur ? Parce qu'en fait, le bonheur, ça s'apprend !

Et aussi :

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Je ne suis pas très famille, est-ce ok ? Suis-je une horrible personne ?

Je n’habite pas très loin de chez mes parents et pourtant je ne les vois pas si souvent. Idem pour mes beaux-parents et quelques-uns de mes oncles et tantes. Nous nous entendons bien et je crois pouvoir dire qu’en cas de besoin, nous serions là les uns pour les autres. C’est simplement que je ne ressens pas le besoin de passer du temps régulièrement avec eux. Cela fait-il de moi quelqu’un de pas « très famille » ? Ou même pire, une mauvaise personne ?! Parlons-en.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube