Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que l’auto-compassion ?

On peut définir l’auto-compassion par le fait de SE donner du soutien, de reconnaître notre souffrance avec empathie. Au lieu d’être dans une position sévère et punitive de notre propre comportement, il faut faire preuve de bienveillance avec soi. On doit donc apprendre à se tendre la main à soi-même, sans nier notre souffrance et sans s’auto-flageller 🤕.

On m’a souvent dit que les paroles que j’avais envers moi, notamment envers mon corps, je ne les dirais jamais à propos du corps d’une autre personne. Et c’est vrai ! J’ai longtemps été très dure envers moi-même, mais je sais que c’est à cause de la grossophobie que j’ai internalisée 😔. Sauf qu’avec la thérapie, j’ai compris que ce n’était pas du tout constructif, bien au contraire.

>>> Parlons aussi de l’autodérision, est-ce de la malveillance envers soi-même ?

Pourquoi faire de l’auto-compassion ?

C’est une manière d’être plus apaisée avec soi-même et de générer moins de souffrance au quotidien. On est nombreuses à avoir une mauvaise image de nous et avoir une estime assez basse. Même si l’auto-compassion et la confiance en soi sont deux choses différentes, elles peuvent s’améliorer grâce à l’écoute de soi 👂.

C’est un moyen d’avoir une valeur personnelle stable et qui ne dépend pas du contexte, comme l’estime de soi. On peut se sentir confiante dans son domaine d’expertise et l’être beaucoup moins lorsqu’on est dans une autre situation. Alors que l’auto-compassion est quelque chose de durable, qui va s’ancrer en nous et qui va empêcher les émotions négatives et la rumination mentale de nous atteindre.

>>> Tant qu’à y être, on arrête aussi l’autosabotage : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve !

Une notion souvent confondue

En revanche, l’auto-compassion est plus mal perçue que la confiance en soi. Les gens pensent souvent que si on fait preuve d’empathie avec soi, c’est synonyme de faiblesse mentale. Bien au contraire ! Il ne s’agit pas de tout s’autoriser, mais d’envisager d’autres manières de se sentir bien et même de se motiver. Avec la compassion, on peut être ferme, sans pour autant se fustiger si on n’y arrive pas 🤗. L’auto-compassion est d’ailleurs aussi confondue avec :

  • Le déni: on ne refuse pas la réalité, mais on porte un regard plus doux sur nos émotions.
  • La complaisance : il s’agit de penser qu’on ne fait jamais d’erreur, or la bienveillance c’est être dans le non-jugement de nos difficultés.
  •  La pitié : on ne souhaite pas amplifier notre détresse auprès des autres pour avoir un coup de main ! On veut juste reconnaître ce qui nous fait du mal.

Comment pratiquer l'auto-compassion ?

Maintenant que l’on comprend pourquoi l’auto-compassion est essentielle, il faut pouvoir l’appliquer dans notre vie de tous les jours. Selon la chercheuse en psychologie, Kristin Neff, il y a 3 piliers que l’on peut garder en tête pour se rappeler les pistes à envisager :

  • 👉 L’écoute de soi : on apprend à reconnaître ses émotions, à les accueillir et à les accepter. Cela en va de même pour nos émotions, sans être dans l’amplification et le déni, il faut faire un constat simple.
  • 👉 La bienveillance : on peut la traduire par la gentillesse pure envers soi-même. On souhaite se comprendre et reconnaître ce qui nous fait du mal.
  • 👉 L’humanité commune : en nous comprenant, on sera plus à même de comprendre les autres et c’est un moyen de sortir de la solitude.Les 3 piliers de l’auto-compassion selon Kristin Neff

Les 3 piliers de l’auto-compassion selon Kristin Neff

Comment fait-on pour appliquer les 3 piliers qui vont construire notre auto-compassion ? En se posant des questions à propos de ses émotions et en s'auto-rassurant 👇 : 

  • Qu’est-ce que je ressens là maintenant ?
  • Comment l’émotion s’exprime dans mon corps ?
  • Quel mot je mets sur mon émotion ?
  • C’est normal de ressentir des émotions, même celles qui sont négatives.
  • J’ai assez d’espace en moi pour accueillir toutes mes émotions.
  • Cette émotion est difficile à vivre, tu es courageuse de l’endurer.
  • Je comprends à quel point mes émotions peuvent me couper des autres.
  • ...

>>> Besoin d’un coup de main pour comprendre ? Voici la roue des émotions !

Le meilleur exercice d’auto-compassion

Comme je l’ai dit en introduction, être compatissante avec soi, c’est être sa propre meilleure amie. C’est le meilleur exercice pour être bienveillante envers nous-même ! Je reprends mon propre vécu avec l’image que j’ai de mon corps. Avant, lorsque je me regardais dans le miroir, toutes les pires phrases me venaient à l’esprit 😢 : gros tas de graisse, ton ventre mou est horrible, ta peau est dégueulasse, comment peut-on t’aimer avec un corps pareil…

Et encore, je vous épargne le pire ! C’était des phrases automatiques, dès que je rencontrais ma propre image. L’exercice que j’ai fait, a été de penser à ma meilleure amie. Comment réagirais-je si je l’entendais dire ça à propos d’elle-même ? Je serais offusquée et je contre-balancerais toutes ses phrases en lui disant qu’elle est belle, que son corps mérite de l’amour, que ce n’est pas parce qu’il est différent, qu’il ne faut pas le respecter, que tous les corps sont beaux, etc.

Illustration d'une fille qui se fait un calin à elle-même

Avec l’auto-compassion, on se réconforte comme on réconforterait quelqu’un qui nous tient à cœur.

Voilà la clé, dès que j’entends une pensée violente, je la contredis automatiquement, comme si j’étais une autre personne. Cela m’aide à prendre du recul et à me débarrasser de mes fausses croyances. Et même si aujourd’hui, j’ai encore du mal à aimer mon corps, je ne suis plus dans l’ultra-violence et j’arrive même à me trouver belle ! Bien sûr, je parle beaucoup du physique, mais l'auto-compassion marche avec toutes les autres variables. Cela nous aide vraiment à sortir de la toxicité qu'on s'inflige pour être plus en paix avec soi.


Pour aller plus loin, vous pouvez découvrir le livre de Kristin Neff, qui a mis l’auto-compassion au cœur de ses recherches, “S’aimer” :

S'aimer de Kristin Neff

L'avis de la rédaction : avoir une cohabitation apaisée

Quoi de pire que de cohabiter avec quelqu’un que l’on n’aime pas ? Le problème, c'est que la seule personne avec qui on va être en contact toute notre vie, c’est nous-même. Il est donc important d’être bienveillante envers soi pour ne pas accumuler trop de souffrance. Cependant, il est compliqué d’appliquer l’auto-compassion quand ça fait des années que l’on se déprécie. Il existe des thérapies visant justement à mettre en place des exercices que l’on peut appliquer au quotidien pour combattre nos pensées négatives. N’hésitez donc pas à consulter l’un de nos praticiens pour vous aider à avancer sur le chemin de l’auto-compassion.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : lapsychologiepositive.fr / self-compassion.org / esantementale.ca

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici