Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

Qu’est-ce que l’auto-compassion ?

On peut définir l’auto-compassion par le fait de SE donner du soutien et de reconnaître notre souffrance avec empathie. Au lieu d’être dans une position sévère et punitive de notre propre comportement, il faut faire preuve de bienveillance avec soi. On doit donc apprendre à se tendre la main à soi-même, sans nier notre souffrance et sans s’auto-flageller 🤕.

On m’a souvent dit que les paroles que j’avais envers moi, notamment envers mon corps, je ne les dirais jamais à propos du corps d’une autre personne. Et c’est vrai ! J’ai longtemps été très dure envers moi-même, mais je sais que c’est à cause de la grossophobie que j’ai internalisée 😔. Sauf qu’avec la thérapie, j’ai compris que ce n’était pas du tout constructif, bien au contraire.

👋 Parlons aussi de l’autodérision, est-ce de la malveillance envers soi-même ?

Pourquoi faire de l’auto-compassion ?

C’est une manière d’être plus apaisé·e avec soi-même et de générer moins de souffrance au quotidien. On est nombreux·ses à avoir une mauvaise image de nous et avoir une estime assez basse. Même si l’auto-compassion et la confiance en soi sont deux choses différentes, elles peuvent s’améliorer grâce à l’écoute de soi 👂.

C’est un moyen d’avoir une valeur personnelle stable et qui ne dépend pas du contexte, comme l’estime de soi. On peut se sentir confiant·e dans son domaine d’expertise et l’être beaucoup moins lorsqu’on est dans une autre situation. Alors que l’auto-compassion est quelque chose de durable, qui va s’ancrer en nous et qui va empêcher les émotions négatives et la rumination mentale de nous atteindre.

👋 Tant qu’à y être, on arrête aussi l’autosabotage : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve !

Une notion souvent confondue

En revanche, l’auto-compassion est plus mal perçue que la confiance en soi. Les gens pensent souvent que si on fait preuve d’empathie avec soi, c’est synonyme de faiblesse mentale. Bien au contraire ! Il ne s’agit pas de tout s’autoriser, mais d’envisager d’autres manières de se sentir bien et même de se motiver. Avec la compassion, on peut être ferme, sans pour autant se fustiger si on n’y arrive pas 🤗. L’auto-compassion est d’ailleurs aussi confondue avec :

  • Le déni: on ne refuse pas la réalité, mais on porte un regard plus doux sur nos émotions.
  • La complaisance : il s’agit de penser qu’on ne fait jamais d’erreur, or la bienveillance c’est être dans le non-jugement de nos difficultés.
  •  La pitié : on ne souhaite pas amplifier notre détresse auprès des autres pour avoir un coup de main ! On veut juste reconnaître ce qui nous fait du mal.

Comment pratiquer l'auto-compassion ?

Maintenant que l’on comprend pourquoi l’auto-compassion est essentielle, il faut pouvoir l’appliquer dans notre vie de tous les jours. Selon la chercheuse en psychologie, Kristin Neff, il y a 3 piliers que l’on peut garder en tête pour se rappeler les pistes à envisager :

  • 👉 L’écoute de soi : on apprend à reconnaître ses émotions, à les accueillir et à les accepter. Cela en va de même pour nos émotions, sans être dans l’amplification et le déni, il faut faire un constat simple.
  • 👉 La bienveillance : on peut la traduire par la gentillesse pure envers soi-même. On souhaite se comprendre et reconnaître ce qui nous fait du mal.
  • 👉 L’humanité commune : en nous comprenant, on sera plus à même de comprendre les autres et c’est un moyen de sortir de la solitude.Les 3 piliers de l’auto-compassion selon Kristin Neff

Les 3 piliers de l’auto-compassion selon Kristin Neff

Comment fait-on pour appliquer les 3 piliers qui vont construire notre auto-compassion ? En se posant des questions à propos de ses émotions et en s'auto-rassurant 👇 : 

  • Qu’est-ce que je ressens là maintenant ?
  • Comment l’émotion s’exprime dans mon corps ?
  • Quel mot je mets sur mon émotion ?
  • C’est normal de ressentir des émotions, même celles qui sont négatives.
  • J’ai assez d’espace en moi pour accueillir toutes mes émotions.
  • Cette émotion est difficile à vivre, tu es courageuse de l’endurer.
  • Je comprends à quel point mes émotions peuvent me couper des autres.
  • ...

👋 Besoin d’un coup de main pour comprendre ? Voici la roue des émotions !

Le meilleur exercice d’auto-compassion

Comme je l’ai dit en introduction, être compatissant·e avec soi, c’est être son/sa propre meilleur·e ami·e. C’est le meilleur exercice pour être bienveillant·e envers nous-même ! Je reprends mon propre vécu avec l’image que j’ai de mon corps. Avant, lorsque je me regardais dans le miroir, toutes les pires phrases me venaient à l’esprit 😢 : gros tas de graisse, ton ventre mou est horrible, ta peau est dégueulasse, comment peut-on t’aimer avec un corps pareil…

Et encore, je vous épargne le pire ! C’était des phrases automatiques, dès que je rencontrais ma propre image. L’exercice que j’ai fait, a été de penser à ma meilleure amie. Comment réagirais-je si je l’entendais dire ça à propos d’elle-même ? Je serais offusquée et je contre-balancerais toutes ses phrases en lui disant qu’elle est belle, que son corps mérite de l’amour, que ce n’est pas parce qu’il est différent, qu’il ne faut pas le respecter, que tous les corps sont beaux, etc.

Illustration d'une fille qui se fait un calin à elle-même

Avec l’auto-compassion, on se réconforte comme on réconforterait quelqu’un qui nous tient à cœur.

Voilà la clé, dès que j’entends une pensée violente, je la contredis automatiquement, comme si j’étais une autre personne. Cela m’aide à prendre du recul et à me débarrasser de mes fausses croyances. Et même si aujourd’hui, j’ai encore du mal à aimer mon corps, je ne suis plus dans l’ultra-violence et j’arrive même à me trouver belle ! Bien sûr, je parle beaucoup du physique, mais l'auto-compassion marche avec toutes les autres variables. Cela nous aide vraiment à sortir de la toxicité qu'on s'inflige pour être plus en paix avec soi.

7 minutes pour apprendre à s'aimer

Si vous voulez aller plus loin avec un exercice de méditation, la professeure de yoga, Mélissa Parain, vous propose sur notre chaîne, une méditation de 7 minutes dans l'auto-compassion : 

null

L'avis de la rédaction : avoir une cohabitation apaisée

Quoi de pire que de cohabiter avec quelqu’un que l’on n’aime pas ? Le problème, c'est que la seule personne avec qui on va être en contact toute notre vie, c’est nous-même. Il est donc important d’être bienveillante envers soi pour ne pas accumuler trop de souffrance. Cependant, il est compliqué d’appliquer l’auto-compassion quand ça fait des années que l’on se déprécie. Il existe des thérapies visant justement à mettre en place des exercices que l’on peut appliquer au quotidien pour combattre nos pensées négatives. N’hésitez donc pas à consulter l’un de nos praticiens pour vous aider à avancer sur le chemin de l’auto-compassion.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : "S'aimer" de Kristin Neff

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube