Faire de l'autodérision : attention à la malveillance !

Mis à jour le par Lauriane Amorim

L'autre jour, on faisait des comptes avec des amis. Entre traumatisme et blocage, il se trouve que j'ai un véritable souci avec le calcul (mental) et ce qui devait arriver, arriva, j'ai fait une énorme erreur sur un calcul simple (pour les autres). Très gênée face aux regards, mi amusés, mi moqueurs de mes amis, je me suis défendue sur un ton léger, avec un injuste "ce qui est sûr, c'est que vous ne m'avez pas choisi pour mon QI !" Aïe ! J'ai visiblement dépassé les limites de l'autodérision. Rire de soi, OK, mais jusqu'où ?

Faire de l'autodérision : attention à la malveillance !

Une échappatoire à la gêne

Si le ridicule ne tue pas pour moi, il n'en reste pas moins mortel. C'est sûr, je ne vais pas mourir parce que je trébuche sur le trottoir et que les passants se moquent de moi. Néanmoins, le sentiment de honte va me mettre terriblement mal. Bref, je ne le vis pas bien et à l'intérieur de moi, c'est mon estime de moi qui meurs à petit feu

C'est pour cela que j'aime bien pratiquer l'autodérision, ça me permet de m'échapper de ma gêne. Une petite pirouette et hop, on a le sentiment de mieux gérer ses émotions négatives ! D'ailleurs la psychologie l'a bien compris, puisque bon nombre de psy, dont Albert Ellis, disent que c'est un moyen efficace de gérer le stress et l'anxiété.

De plus, c'est un moyen de rire de ses erreurs et de ses défauts, comme le dit aussi le psychologue, Carl Rogers. Donc il y a des avantages, mais l'autodérision est difficile à maitriser 🤧. 

Le signe d'un manque de confiance en soi

En effet, pour bien pratiquer l'autodérision, il faut connaître ses forces et ses faiblesses. Bon, visiblement, mes faiblesses, je les connais. Je sais que je ne suis pas douée pour les maths. Je suis lucide sur ce sujet. Cependant, de là, à dire que je suis idiote avec mon QI riquiqui, ça va trop loin. Le psychothérapeute américain, Nathaniel Branden, explique qu'en effet, c'est une utilisation de l'autodérision destructive. C'est un signe d'un gros manque de confiance en soi et on bascule dans l'auto dénigrement.

Avec mon exemple, ça montre que je me rabaisse. Je suis méchante envers moi-même et en plus, je mets tout le monde mal à l'aise et pire encore, j'invite les autres à dépasser les limites et à me manquer de respect. 

Un manque de respect 

Eh oui, si moi-même, je ne me respecte pas, comment attendre des autres qu'ils ne soient pas blessants ? Ma peur des chiffres est un sujet qui me touche parce qu'il me rappelle ces minutes d'angoisses interminables quand en 6ème, Mme Rigaud m'humiliait devant la classe entière, attendant que je donne la réponse, en un claquement de doigts, à ce foutu 56 x 9, alors que mon cerveau était complètement bloqué et que mon corps s'enfonçait désespérément sous la table. 

👉 Si je me moque de moi-même sur ce sujet, mon entourage pourra penser que ça va, ils peuvent me vanner là-dessus, sauf que non, ce n'est pas le cas, ça me vexe et ça me blesse. En fait, il est important de comprendre que rire de soi ne doit pas être un mécanisme de défense pour empêcher les attaques. Rire de ses bourrelets parce qu'on a peur que quelqu'un d'autre le fasse, c'est être malveillant envers soi-même 🤕. 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Je n'aime pas mon corps, comment faire la paix avec moi-même ?

Rire avec soi, pas de soi 

En fait, avec l'autodérision, il y a des règles à respecter, on rit de bon cœur et en évitant de blesser son ego ou de fragiliser notre relation avec les autres, on ne rit pas de sujets sensibles, qui nous tiennent à cœur et on ne rit pas lorsqu'on est en désavantage.

Tout comme il faut éviter de rire des autres, on évitera de rire de soi, mais plutôt avec soi. L'autodérision n'est pas simple, mais c'est un formidable outil de sociabilisation qui permet de briser la glace, d'apaiser des tensions et de susciter l'empathie. C'est pourquoi il est intéressant de bien la pratiquer. Et pour ce faire, il faut bien se connaître. Savoir identifier ses forces et ses faiblesses, discerner ses limites. 

Prendre confiance en soi

La condition sine qua non pour apprendre à rire de soi sans se moquer de soi, c'est de se regarder avec bienveillance. Nous sommes souvent très dures avec nous-même, laissons-nous vraiment tranquilles et acceptons d'être incomplètes, imparfaites, faillibles. C'est en acceptant d'avoir des faiblesses que l'on pourra passer de la susceptibilité au rire. 

Au lieu d'avoir toujours en nous, cette petite voix qui nous répète à quel point on est nulle, à quel point on pourrait mieux faire, ayons une petite voix qui nous soutient, une petite voix complice et amicale

L'avis de la rédaction : rire de soi pour prendre confiance en soi

 Rire de ses erreurs et de ses maladresses montre au monde que vous savez qui vous êtes, que vous vous assumez et ça, c'est de la confiance en soi ! Cependant, si le regard des autres vous fait souffrir, que vous avez honte, que vous vous sentez mal ou que vous pensez vous maltraiter verbalement avec une autodérision trop forte, il est nécessaire de faire le point. N'hésitez donc pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin d'en parler. Au fil des séances, vous apprendrez à mettre en place de nouvelles habitudes qui vous permettront de vous épanouir.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Et aussi :

Sources : Livres "The Six Pillars of Self-Esteem" par Nathaniel Branden / "Imparfaits, libres et heureux : Pratiques de l'estime de soi" par Christophe André

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Je ne me sens plus désirée, comment faire monter la température ?

C'est l'été et la température va monter... du moins à l'extérieur, parce que chez moi, ce n'est plus trop ça. Quinze ans de relation ont fini par émousser le désir. Un bisou par habitude, une caresse par là et l'amour quand on y pense. S'il existe des relations platoniques et épanouies, je ne veux pas être de celles-ci. Je vais faire monter la température dans mon couple et je vais le faire maintenant ! 🔥

Ma soeur est jalouse de moi... Comment gérer sa jalousie ?

“T’es la préférée de toute manière”. Cette phrase, je l’ai entendue maintes et maintes fois dans la bouche de ma sœur. Sa jalousie nous a longtemps pourries la vie, pourtant je ne souhaitais qu’une chose : qu’on soit proches et unies. Elle m'a déversé sa rancœur au visage pendant de nombreuses années jusqu’à ce que ça devienne ingérable. Je n’en pouvais plus de ressentir à la fois autant de colère et de culpabilité. Apaiser 30 ans de jalousie n’a pas été évident, mais il existe des solutions pour ne pas en arriver à ce point. Je n’ai pas voulu que la jalousie me fasse couper les ponts avec ma sœur !

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Isabelle Vuillemin, coach, explique le Reiki pour calmer les angoisses

Le Reiki, une forme ancienne de thérapie énergétique, a longtemps été reconnu pour sa capacité à équilibrer le corps et l'esprit. En canalisant l'énergie universelle, le Reiki aide à évacuer les émotions négatives, y compris les angoisses qui peuvent souvent nous submerger. Isabelle Vuillemin, coach, nous explique comment le Reiki peut vous permettre de calmer vos angoisses. Retrouvez un sentiment de calme et de sérénité intérieure grâce à cette pratique holistique. Explication.

Comment faire 10.000 pas par jour en étant en télétravail ?

Chères toutes, je suis comme beaucoup d'entre vous, en ce moment je vis et travaille à la maison, sauf que cette année, j'ai décidé de rester en forme et donc de faire les 10.000 pas quotidiens recommandés pour les non-sportives, comme moi (6.000 pour les sportives) Je n'ai pas vraiment le moral et j'ai une activité sédentaire depuis chez moi... Mission impossible ? Pensez-vous !

Faut-il être prêt·e à tout, vraiment tout pour réussir ?

À l’heure où notre société encense la réussite et le pouvoir, nous rêvons tous et toutes de reconnaissance et de succès, mais comment parvenir à garder le cap ? Comment garder les pieds sur terre et la tête froide ? Comment ne pas renier ses valeurs et tout son être ? Faut-il être prête à tout pour réussir ? Même s'il n'y a pas de réponse universelle, je peux vous donner quelques conseils pour éviter que vous vous perdiez en route. Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

La science du bonheur : les secrets du bonheur [ Dr JEAN DORIDOT, Psychologue et hypnothérapeute ] 🥳

8 février · Wengood

9:13


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube