Je m'attache à mon plan Q, help, je fais quoi ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai eu une période où j’étais célibataire pendant ma vingtaine, entre deux relations longues, ça ne fait pas de mal ! Forcément, j’ai eu des histoires sans lendemain et des PQR comme on aimait les appeler avec mes amies (plan Q régulier). Sauf qu’à force de coucher avec la même personne, de partager des soirées, voire de la complicité, j’ai fini par m’attacher… Est-ce grave de s’attacher à une relation purement charnelle ? Faut-il le dire à la personne ? Comment réagir quand ce n’est pas réciproque ? Je vous fais part de mon expérience.

Je m'attache à mon plan Q, help, je fais quoi ?
Sommaire : 

Se poser les bonnes questions à propos de la relation

Avoir un coup d’un soir ou une relation exclusivement basée sur le sexe, il n’y a aucun mal à cela. Cependant, la récurrence de rapports sexuels avec la même personne peut nous conduire à éprouver des sentiments pour elle. Tout s’embrouille dans notre tête, on ne sait plus ce qu’on désire et ce qu’on ressent. 

Il faut donc se poser les bonnes questions :

  • Est-ce que l’on aime être en couple ou être avec cette personne ?
  • Est-ce que l’on éprouve de l’attirance en dehors des moments d’intimité ?
  • Est-ce que l’on s’intéresse vraiment à lui/elle ?
  • Est-ce que lui/elle s’intéresse à nous ?

On peut être capable de faire l’amour sans sentiments amoureux. On peut aussi avoir l’impression de ressentir de l’amour, quand on est justement en train de faire l’amour (cela porte bien son nom 😂) ! C’est bien ça le souci d’une relation uniquement basé sur l’intimité, quand elle est récurrente, on finit par ne plus savoir ce qui se passe en nous.

Quand nos sentiments sont confirmés

Après cette phase d’introspection, plus de doutes, on sait que l’on commence à tomber amoureuse et que nos sentiments sont véritables. Mais à partir de là, comment faire ? Car si l’autre personne couche avec nous, cela ne veut pas dire pour autant qu’elle ressent des sentiments amoureux. La réponse universelle que j’aime dire face à ce genre de situation, c’est  : observation et communication.

1️⃣ Observation

Il faut être attentive aux comportements de notre PQR pour déceler s’il y a une réciprocité potentielle. Les petites attentions tendres sont le signe qu’il ou elle éprouve aussi quelque chose nous. Par exemple, on ne prépare pas le petit-déjeuner à son PQR pour passer la matinée ensemble. D’ailleurs j’ai rarement vu un plan Q dormir chez moi, cela fait justement partie des comportements qui ne se produisaient pas.

2️⃣ Communication

Si on s’aperçoit que notre plan Q est tendre, qu’il est présent et qu’il manifeste de l’intérêt autre que charnel, on peut se dire qu’il s’attache aussi. Dans ce cas-là, on peut décider de laisser les choses se dérouler naturellement. Néanmoins, si le sentiment amoureux nous tenaille et que l’on voit qu’il manifeste de l’intérêt pour d’autres personnes, je pense qu’il est bon d’avouer ce qu’on ressent. Avouer son attirance n’est pas une preuve de faiblesse, mais de courage. Bien sûr, cela peut signifier se prendre un râteau, mais il n’est pas bon de garder des émotions si fortes en soi.

Cet article peut vous intéresser >>> Le pouvoir de la communication positive dans le couple

S’engager ou se séparer

Une fois que les mots sont posés, il peut y avoir 3 types de réactions :

👉 Soit c’est réciproque, la personne s’est aussi attachée à nous,

👉 Soit ce n’est pas réciproque, elle n’a pas de sentiments,

👉 Soit elle ne sait pas et elle est perdue. (Il ne sait pas ce qu'il veut : partir ou attendre ?)

Le dernier cas de figure conduira forcément aux deux premiers. Il suffit de laisser le temps de la réflexion à la personne pour qu’elle fasse à son tour le point. Dans le premier cas, c’est une bonne nouvelle, voire une explosion de joie. Rien de mieux qu’un amour réciproque et sincère !

😥 Attention cependant à ne pas se faire manipuler par un pervers narcissique qui joue sur plusieurs tableaux en nous disant qu’il s’est aussi attaché alors que ce n’est pas le cas…

Quand ce n’est pas réciproque

Pour tout dire, je suis passée par là. Après avoir avoué mon attirance, je me suis pris un sacré vent. C’est douloureux, voire incompréhensible, puisqu’il y a déjà une intimité installée. C’est donc aussi difficile à gérer qu’une rupture brutale, il faut en avoir conscience. Toutefois, la seule solution est de prendre sur soi et d’accepter la réponse de l’autre, on ne peut pas s’imposer.

À partir de là, il faut réfléchir à ce qui nous convient. Certaines personnes continuent à se fréquenter, mais pour moi, cela a été impossible. Je n’arrivais pas à gérer le sentiment de malaise ainsi que la tristesse de savoir que je n’aurais rien de plus. Ce n’est pas simple d’oublier quelqu’un, mais c’est la meilleure option pour aller de l’avant.

Rester avec une personne qui ne nous aime pas en devient toxique. C'est pour cela que je pense qu’il vaut mieux arrêter de voir le plan Q. Une relation amoureuse mutuelle est bien plus saine, c’est ce que je me suis dit. Aujourd’hui je vis ma plus belle histoire avec une personne bienveillante, alors il ne faut rien lâcher 🥰!

L'avis de la rédaction : des bases claires pour tout le monde

Pour qu'une relation fonctionne, y compris un plan fesse, il faut que les bases et les règles soient claires pour tout le monde. Les tenants et les aboutissants doivent être connus de tous, sans quoi l'un des deux sera blessé. Si vous commencez à éprouver des sentiments, il faut les exprimer à la personne concernée pour que tout le monde ait la même grille de lecture. Si vos relations amoureuses sont compliquées, qu'un même schéma se répète, n'attendez pas pour contacter un psychologue. Ensemble, vous pourrez comprendre ce qui se joue en vous et mettre en place de nouvelles habitudes qui vous permettront de vivre la vie affective que vous méritez.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici