Peut-on coucher le premier soir ? Et pourquoi pas ?

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

« Jamais le premier soir !» on a tous déjà entendu ou prononcé cette phrase. Mais voilà, vous êtes face à quelqu’un de séduisant, il y a des jeux de regards et la température monte peu à peu. C’est à ce moment que l’ange et le démon sur vos épaules lancent le débat : Est-ce mieux d’attendre avant de coucher avec cet inconnu ? Ou peut-on succomber à la tentation ? Vous n’aimeriez pas être pris(e) pour quelqu’un aux mœurs légères, mais en même temps on a qu’une vie. On vous dévoile sans plus attendre dans quelle mesure on peut, ou pas, faire preuve de patience !

Peut-on coucher le premier soir ? Et pourquoi pas ?

Il nous énerve, nous colle à la peau et nous empêche de nous lâcher, mais ce préjugé est-il encore d’actualité ? Refuser de coucher le premier soir peut être justifié ou non, selon le désir de chaque homme et chaque femmeCe choix ne doit appartenir qu’à la personne concernée, et puisqu’il est parfois difficile à faire, on vous éclaire sur le sujet.

Des différence hommes - femmes bien ancrées

Elles sont bien réelles et on en fait souvent les frais ! Les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas seulement anatomique. Si l’on se fie aux idées reçues une femme qui couche le premier soir sera perçue comme légère, alors qu’un homme sera qualifié de « champion » par ses pairs.

On attend donc des femmes qu’elles maîtrisent leurs pulsions et leurs élans fougueux qui, tout au long de l’histoire, ont été pris comme de la voracité par les hommes, et comble de tout par les autres femmes. Plus encore, ce passage à l’acte retardé place au premier rang le sentiment amoureux, une femme n’aurait donc pas lieu de connaître l’excitation et d’avoir une sexualité épanouie hors relation. Un homme peut d’ailleurs se baser sur les agissements d’une femme pour déterminer si elle sera la mère de ses enfants ou juste un coup d’un soir. Alors qu’à contrario, si un homme choisit d’attendre avant de coucher avec quelqu’un, il serait perçu par les autres comme faible et dénué de virilité. 

Face à ces préjugés qui ne sont en rien des indicateurs, on a envie de dire stop ! Marre d’être esclave de principes qui nous semblent dépassés. Marre de ne pas tomber sur quelqu’un d’assez intelligent pour comprendre qu’une femme qui couche le premier soir n’est pas plus coupable qu’un homme qui fait de même, c’est juste la nature ! Attendre ou non avant de passer à l’acte, ce choix n’appartient qu’à nous et doit être respecté.

Qu’est-ce qu’on gagne à attendre ?

En refusant de se donner tout de suite, on évite de se voir coller une étiquette de filles faciles, aux mœurs légères, voire de nymphomanes ou tout autre terme connoté vulgaire commençant par la lettre « S » ou « P ». Les garçons peuvent également passer pour des Don Juan dont on finit par se méfier. C’est donc dans un premier temps une question de conscience, car à vos yeux, coucher avec quelqu’un a une certaine importance et vous ne le faites pas avec n’importe qui. Votre réputation pourrait également en pâtir car quand les gens aiment les ragots et en apprenant certaines choses ils ont malheureusement le jugement facile !

Depuis votre enfance, on vous a appris à ne pas monter dans la voiture d’un inconnu alors dans son lit… Cela ne vous ressemble pas car votre méfiance vous empêche de vous jeter dans les bras de la première personne venue qui pourrait très bien cacher sous son beau sourire des comportements pervers ou dignes d’un psychopathe. Attendre pour une femme permet également d’être sûre de ne pas tomber sur un homme qui ne recherche pas que du sexe, si ce n’est pas votre cas. En prenant votre temps, vous constatez que votre crush s’intéresse réellement à vous, et pas seulement à votre beau fessier comme tous/toutes les autres [email protected]#*! que vous avez pu croiser par le passé. En somme, vous mesurez sa motivation et cela vous rassure !

Succomber immédiatement à la tentation peut également être rédhibitoire pour une relation durable. Votre date risquerait de vous voir seulement comme un coup d’un soir déjà consommé, et rien de plus. Il peut même aller jusqu’à s’imaginer que vous agissez de la sorte à chacune de vos rencontres, ce qui pourrait grandement le refroidir s’il avait envie de se projeter à long terme avec vous.

La séduction est avant tout un jeu, et personne ne dira le contraire : se faire désirer est quelque chose de flatteur. On sent le désir et la température monter, mais on attend encore un peu pour que ce soit meilleur. Notre égo et notre confiance nous remercieront !

« Jamais le premier soir » : ne serait-ce pas une arnaque ?

Quand on y pense, premier, deuxième ou troisième, c’est du pareil au même. Seulement 72h séparent ces trois dates, alors si vous comptiez chipoter sur le moment parfait, prenez conscience que quoi qu’il en soit, le moment choisi sera tôt dans la relation. Mais qu’importe ! Imaginez le scénario suivant, sans en rire :

« On se connaissait depuis deux semaines donc j’avais le droit…
- Ah non, normalement c’est deux semaines et un jour ! » 

A notre connaissance, personne n’a déjà déterminé un chiffre minimum ! Faire l’amour c’est s’abandonner à ses envies, c’est donc l’un des seuls moments où on oublie les règles. Certains diront que ce n’est pas en se donnant au premier rencard qu’on apprend à connaître la personnalité de notre (futur/e) partenaire (potentiel/le). Mais qui a besoin de savoir la date de naissance de sa mère ou le prénom de son poisson rouge pour prendre du plaisir au lit ? Surtout que bien connaître quelqu’un prend du temps. Cela se compte en mois voire en années, et encore ! Vos grands-parents ignorent peut-être encore certaines choses à leur propos, car on en apprend tous les jours. Alors les petits anges, on a toujours envie d’attendre ? Aurez-vous la foi de patienter ?

En plus de ménager votre capacité à vous montrer patient, coucher avec votre date va vous permettre d’évacuer toute la tension du premier rendez-vous. Et qu’elle soit sexuelle parce qu’il s’avère que vous avez tous les deux un très bon feeling, ou nerveuse parce qu’on stress toutes avant de rencontrer quelqu’un, elle est présente et peut user votre organisme ! Personne ne peut résister éternellement sous la pression, alors n’hésitez pas à lâcher priseUne autre raison qui justifie le fait de vite céder à la tentation, c’est l’investissement à long terme. Tester si vous êtes compatibles sexuellement peut vous éviter bien de mauvaises surprises si vous souhaitez aller plus loin avec cet individu ! Il/elle est d’une grande beauté, d’une extrême, drôle de surcroît, mais c’est une catastrophe au lit... Et il est trop tard car vous êtes déjà bien attaché(e) à cette personne que vous voyiez comme le/la partenaire idéal(e). Vous voilà bien embêté, coincé avec un mauvais coup vous auriez voulu être prévenu plus tôt.

Pour certaines, le sexe a une grande importante, et avouons-le : les inconnus sont excitants et peuvent faire l’objet de nos fantasmes ! Certains diront qu’avec quelqu’un que l’on ne connaît ni d’Adam ni d’Eve on peut plus facilement se lâcher. En étant spontané, vous serez naturel, et c’est là que vous brillez le plus. Qui sait, cet(te) inconnu(e) ne le restera peut-être pas longtemps, car si vous voulez en apprendre plus sur lui/elle comme évoqué précédemment, il existe un moyen très efficace qui porte le nom de « confidences sur l’oreiller ». Eh oui, grâce à l’hormone d’ocytocine qui procure une sensation de calme et de bien-être après le sexe, nous sommes plus à même de nous confier que lors d’un interrogatoire autour d’un café !

Enfin, trêve de bavardage, vous pouvez coucher le premier soir tout simplement parce que vous en avez envie. En cédant à son désir vous ne rendrez le moment que plus intense et meilleur. Vous êtes maintenant adulte, responsable (protégez-vous), consentant et libre de gérer votre sexualité comme vous l’entendez. C’est votre corps et vous en faites ce que vous voulez, tant qu’il y a du respect, que personne ne vous force à faire quelque chose que vous ne désirez pas.

L'avis de la rédaction : c'est votre choix et celui de personne d'autre !

Coucher ou non le premier soir, on s'en moque ! C'est votre histoire, votre feeling du moment, alors faites ce que vous avez envie sur l'instant sans vous poser de questions. Parfois, il faut laisser la magie de l'instant opérer et vivre sans penser à l'avenir... Vous verrez de toute façon ce qu'il vous réserve tôt ou tard ! C'est un choix intime, il ne concerne personne d'autre que vous. 

Contacter un psychologue


Alors pourquoi se priver ? N’écoutez que ce que vous dicte votre instinct, pas ce que disent les autres !

Continuez de casser les codes en lisant cet article : J'ai choisi mon célibat

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici