Friendzone : Qu’est-ce que c’est ? Comment en sortir ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Je te vois comme une amie tu sais “. Bam ! La phrase qui fait mal. C’est ce qui s’appelle être dans la friendzone. Mais avant ça, il se peut qu’on soit dans une zone de flou, amour ou amitié ? Pas toujours facile de savoir si l’individu qu’on a en face de nous est tout aussi attiré par nous, qu’on ne l’est par lui. Alors comment savoir si on fait partie de la friendzone ? Comment en sortir si c’est le cas ? Explorons ensemble la friendzone (juste pour cet article, on vous rassure) !

Friendzone : Qu’est-ce que c’est ? Comment en sortir ?
Sommaire : 

Friendzone : en plein dedans ?

Qu’est ce que c’est la friendzone ?

Je pense qu’on a tous et toutes connu cette situation : on se rapproche de quelqu’un, on le voit régulièrement et pour le moment, c’est amical. Cependant on ressent une attirance bien au-delà de l’amitié ! Or, on ne sait pas si la personne en face de nous éprouve la même chose … C’est une des configurations de la friendzone. Toutefois, il se peut que l’autre personne soit au courant de nos sentiments, mais ne souhaite pas aller plus loin. C’est aussi être frienzoné ! Quand les sentiments amoureux ne sont pas réciproques, c’est un moyen d’éconduire quelqu’un en douceur.

Les indices de la friendzone

Cette zone de flou n’est pas simple à gérer mais il faut être attentif aux comportements de l’autre personne pour savoir si on est dans la friendzone. Voici quelques petites choses qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille pour se rendre compte si la personne n’est pas intéressée par vous 

  • Elle vous parle de ses conquêtes ou de ses “crushs” (attirances envers d’autres personnes),
  • Elle s’intéresse à vos relations sentimentales,
  • Elle essaie de vous trouver quelqu’un,
  • Il n’y a pas de gestes qui créent un contact physique (se toucher le visage par exemple),
  • Il n’y a pas de contact visuel long,
  • Elle ne cherche pas à vous voir plus que ça,
  • Elle change de sujets si vous faites des sous-entendus,
  • etc.

🕵️ Il faut être vraiment attentif à l’autre pour pouvoir décrypter le comportement et comprendre si la personne est attirée par nous. Mais il y a toujours moyen de se sortir de la friendzone et de l’éviter.

Cet article peut vous intéresser >>> Pourquoi je tombe amoureuse d'hommes qui ne m'aiment pas ?

Comment éviter la Friendzone ?

Sortir de la friendzone

Florence Escaravage est spécialiste en coaching amoureux et elle a quelques conseils pour sortir de la friendzone, quand on ne sait pas si l’attirance est réciproque. C’est important de le souligner, il faut changer son comportement quand on ne sait pas encore si on plait à l’autre personne.

Voici ce que la coach conseille de faire :

  • Mettez-vous dans une posture de séduction et non plus de bonne amie,
  • Dites à vos amis en commun que vous avez une attirance pour cette personne afin qu’elle vous perçoive autrement,
  • Faites quelques changements de look,
  • Ne vous rendez pas tout le temps disponible,
  • Ne dites pas tout ce qui se passe dans votre vie pour conserver un peu de mystère.

Désamorcer en avouant ses sentiments

Ce n’est pas simple, mais c’est le meilleur moyen de sortir de la friendzone lorsqu’on ne sait pas si la personne en face de nous est attirée. En effet, exprimer ses sentiments est la méthode la plus saine pour sortir de la friendzone. Et surtout, cela évite d’être sous l’emprise de quelqu’un type pervers narcissique qui se sert de nous pour flatter son égo. Car si la personne dit qu’elle n’est pas intéressée, c’est le moyen de passer à autre chose. En revanche si elle envoie des signaux contradictoires et vous disant un coup oui et un coup non, c’est très mauvais signe.

💔 Si la réponse est négative, il faut pouvoir prendre de la distance avec la personne pour, soit passer à autre chose, soit s’éloigner d’une personne toxique.

Accepter la Friendzone ?

Rester amis

Une fois que l’on a exprimé ce qu’on ressentait, ce qu’il faut faire, c’est aussi un travail sur nous-même. En effet certaines personnes trouvent “injuste” que la personne ne réponde pas positivement aux sentiments et préfère rester amis. Or, ce n’est pas à elle de se forcer car un non est un non. Il faut accepter cette amitié si elle n’est pas toxique pour nous. En revanche, si on souffre trop de ce rejet, il faut pouvoir prendre de la distance pour passer à autre chose. Une fois que cela sera fait, on sera bien plus en capacité d’accepter l’amitié avec la personne.

La personne n’est pas responsable de nos sentiments

Il faut toujours garder en tête que la personne n’est pas responsable de ce qu’on ressent. Si ce n’est pas un ou une manipulatrice, il faut accepter qu’on ne puisse pas plaire à tout le monde. De plus, les femmes sont souvent accusées de mettre les hommes dans la friendzone. Mais la friendzone ne nous est pas inconnue non plus ! Les femmes ne doivent rien aux hommes. Il est nécessaire et important de rappeler que la misère sexuelle n’existe pas et que les femmes n’ont pas à se plier au désir des hommes.

➜ Être “rejeté” peut diminuer notre confiance en nous. En effet, être dans la friendzone peut être source de souffrance pour certaines personnes. C’est pourquoi il est important de parler à un professionnel pour retrouver confiance et être à nouveau boosté !

L'avis de la rédaction : offrir l'amitié à qui veut l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif

Recevoir de l'amitié quand on attend de l'amour peut être très douloureux. D'autant plus quand on voit cette même personne souvent, très souvent même, puisque vous êtes "amis". Continuer d'entretenir cette relation déséquilibrée est dangereux et peut vous faire souffrir très longtemps. Il vaut mieux dans ce cas prendre vos distances ou contacter un professionnel afin de discuter ensemble de la situation et trouver des solutions.

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Source : Femme Actuelle

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici