C'est décidé, j'arrête de râler au bureau et j'agis !

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Avouons qu'au travail, il y a de nombreuses raisons de râler : ennui, manque de motivation, stress de ne pas finir à temps, remarque désagréable d'un supérieur, réunion interminable et ajoutons maintenant le masque que l'on doit porter toute la journée. Franchement, oui, il y a des raisons de se plaindre. Est-ce que ça fait du bien ? Non, pas vraiment en fait. Râler n'arrange rien du tout, et pire, ça nous fait passer une mauvaise journée. Arrêter de se plaindre au boulot, on est sûre que vous pouvez relever le défi !

C'est décidé, j'arrête de râler au bureau et j'agis !
Sommaire : 

Pourquoi se plaint-on au travail ?

Il y a des tas de raisons de râler au bureau et même si l'on est en télétravail. C'est presque normal de se plaindre de son travail, nous y passons nos journées. Nous devons composer avec les autres, tout un tas d'autres. Des collègues qu'on voit toute la journée mais qui ne sont ni des amis ni des proches, des clients, des fournisseurs, des managers. Beaucoup de personnes qui ne réagissent pas toujours et pas souvent comme nous le voudrions et avec lesquelles nous manquons parfois de patience et de tolérance. Et puis, il faut se le dire, le travail enfreint notre désir de liberté 🙄. Même si nous l'avons choisi il peut quand même être trop prenant ou ennuyeux, peu gratifiant ou mal payé. Et surtout, nous devons rendre des comptes à une hiérarchie que, pour le coup, nous n'avons pas choisie. Si s'ajoute à ça des problèmes de communication, d'infantilisation, l'impression de ne pas être écoutée, de ne pas être reconnue, alors le mal-être au travail est bien présent, tout comme les raisons de se plaindre. Et puis avouons-le, se plaindre, ça fait du bien !

Suis-je une râleuse ?

On a toutes en tête l'image de son ou sa collègue râleuse qui ne manque pas une occasion de se plaindre de ci ou de ça, mais on est tous un peu le râleur de quelqu'un. Comment savoir si je suis une râleuse ? C'est facile !

  • 1. Quand je parle d'un sujet, j'ai un ton amer et piquant. Attention je prends la mauvaise pente !
  • 2. Je suis la victime. Mon responsable, le RH, mon collègue, mon client, l'entreprise elle-même, tout le monde m'en veut et essaie de me punir. Là, je file du très mauvais coton !
  • 3. J'exagère le propos ou j'utilise souvent le fameux, "de toute façon, c'est toujours pareil". Là, c'est acté, je suis une râleuse et si j'y prête attention, je m'aperçois que je râle bien plus souvent que ce que j'imagine. Eh oui, râler est souvent une habitude bien ancrée dans notre quotidien, qui entretient un sentiment de fatigue et un besoin de rester sur la défensive.

Arrêter de râler, la clé du bonheur au travail ?

Râler présente quelques avantages. C'est un moyen de décharger, au moins pour quelques instants, sa frustration, mais aussi de fédérer. En effet, on râle souvent en petit groupe, à la machine à café, avec son clan de collègues. Le problème, c'est qu'en râlant, on ne passe pas à l'action, et on tente d'échapper à ses responsabilités. On se victimise, on montre du doigt les coupables et finalement on s'enferme dans une négativité qui pousse toujours plus à se plaindre et à toujours plus de négativité, bref, un petit cercle vicieux bien néfaste ! Rien de bon ne ressort de ce type de comportement. 

On perd de l'énergie, de la motivation. On perd même l'estime de nos collègues qui à force, se plaignent avec nous plus par obligation que par gentillesse ou empathie. Voilà pourquoi il peut être intéressant de changer de stratégie. Essayons quelque temps de voir notre travail comme un lieu de création, d'expression, de collaboration et d'épanouissement. En adoptant une posture plus constructive, deux choses vont se passer :

  • 1. Je parviens à déterminer si je suis seule actrice de mon mal-être au travail ou s'il vient d'autre chose, de quelqu'un d'autre.
  • 2. Je parviens à être plus heureuse dans l'emploi que j'exerce actuellement.

Il n'y a rien à perdre, alors passez à l'action !

C'est décidé, je passe à l'action : je positive !

Maintenant, fini de se plaindre, je deviens plus positive, comment je m'y prends ?

  • Je fais tous les jours quelque chose qui me plaît : 

Du sport, lire un livre, jouer aux jeux vidéo, prendre un bain, etc. Quelle que soit l'activité qui vous fait du bien, pratiquez-la tous les jours. Votre bien-être ne dépend pas uniquement des autres, il vient aussi de vous.

  • Je lâche prise

Arrêtez de penser que vous pouvez tout contrôler, vous savez que c'est impossible, surtout dans le monde du travail. Au lieu de râler continuellement sur des choses dont vous ne pouvez rien, concentrez-vous sur ce qui dépend de vous, ce que vous pouvez changer.

  • Je donne du sens à mon travail

Votre métier ne vous intéresse pas plus que ça ? Si vous y êtes, c'est qu'il correspond tout de même à quelques-unes de vos valeurs, à un besoin. Trouvez quelque chose qui nourrisse votre travail et vous conforte dans l'idée que vous avez fait le bon choix.

  • Je fais preuve de gratitude : 

Au travail on manque souvent de reconnaissance, ne rentrons pas dans ce jeu. Entre collègues ou pour soi-même, on se dit merci et on se félicite. Ainsi, on prend peu à peu conscience de ce que l'on est capable de réaliser et on incite les autres à moins se plaindre.

L'avis de la rédaction : se faire aider pour voir la vie du bon côté

Le monde en général et le monde du travail en particulier ne sont pas que douceur et gentillesse. Même en arrêtant de se plaindre, on a encore le droit d'être blessée, en colère, triste et de le faire savoir. Voir la vie du bon côté n'implique pas de tout voir en rose, mais de faire le choix d'avancer, de se réapproprier sa vie et ses choix plutôt que de s'enfermer dans une position de surplace infernal. Pour faire ce travail, il est presque indispensable d'avoir de l'aide. Ce peut être un projet de groupe entre collègue ou alors l'aide d'un thérapeute ou d'un coach professionnel.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

Découvrez maintenant comment améliorer votre bien-être au travail ?

Mais aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici