Je veux changer de métier, comment faire ? Par où commencer ? 7 Conseils !

Mis à jour le par Camille Lenglet

“J’en ai ras le bol, je quitte tout !”. Voilà ce qu’on peut se dire après une énième journée de travail. On arrive parfois à un stade de notre vie où on a envie de changement côté professionnel. On s’est lancé dans une carrière qui nous correspondait à un moment donné, mais cela peut finir par ne plus coller du tout. Alors comment faire pour amorcer le virage et changer de métier ? Voici 7 conseils à appliquer pour reprendre la main sur sa carrière !

Je veux changer de métier, comment faire ? Par où commencer ? 7 Conseils !

7 conseils pour changer de métier !

Je sais qu’un jour, je ferais une reconversion professionnelle. Je me lasse assez vite et j’aime bien le renouveau 😬 ! En plus, avec l’âge, on s’aperçoit qu’un métier que l’on a commencé à 25 ans ne nous convient plus pour différentes raisons. Pour éviter le mal-être au travail, on doit écouter notre envie de changement et appliquer ces 7 conseils 👇.

1 - Ne pas tout quitter sur un coup de tête

La première erreur à ne pas commettre, c'est celle-ci : tout quitter d’un coup. C’est la meilleure façon de se mettre en difficulté, tant professionnellement que personnellement. C’est prendre des risques pour soi, mais aussi pour les personnes qui partagent notre vie (conjoint, enfants, parents, etc.). C’est comme si un parachutiste sautait de l’avion sans avoir pris soin de bien préparer son parachute. Le tout risque de mal se déployer et à l’arrivée, ça va faire très mal 😅 !

⚠️ Si on est dans le cas de figure d’un burn out, il faut en parler à son médecin pour avoir un arrêt de travail. Cela permet de temporiser et de prendre du temps pour comprendre d’où vient cette détresse.

2 - Comprendre pourquoi on a cette envie

Comme je l’ai dit, on évolue dans la vie. Je ne suis pas la même personne qu’à 20 ans et je ne serai sans doute pas la même à 50 ans. La vie professionnelle suit le rythme de notre changement. Si on a envie de changer de métier, il faut comprendre pourquoi 🧐 : est-ce le secteur ? Le rythme de travail ? Les missions ? En gros, cela permet de faire un point sur ce qui ne nous convient pas. À partir de là, il est plus facile de savoir ce qu’on veut, d’identifier le secteur et le type de carrière vers lequel se tourner.

Cet article peut vous intéresser >>> Je ne trouve pas ma place au travail, que faire ?

3 - Envisager toutes les possibilités

Il ne faut pas oublier qu’il est tout à fait possible de changer de métier, sans changer d’entreprise. Par exemple, je suis rédactrice, mais j’ai des compétences en graphismes. Peut-être que mes supérieurs ne seraient pas contre l’idée que je fasse un changement de poste 🤔 ? L’important est aussi d’échanger dans sa sphère professionnelle actuelle, si vous sentez que c’est envisageable et que vous n’avez pas peur de votre hiérarchie. On peut aussi négocier une autre manière de travailler s'il y a le besoin d’être digital nomad par exemple ! Il faut tout envisager.

👉 À noter : Si besoin, on peut mobiliser le congé individuel de formation (CIF). Il permet de se former à un autre métier tout en restant dans son entreprise d’origine !

4 - Identifier le secteur

Restauratrice ? Informaticienne ? Infirmière ? Si on n’a pas du tout envie de rester dans le même domaine, il faut savoir vers quel métier se diriger. On peut être attirée pour différentes raisons par différents secteurs. Cependant, une fois nos envies définies, il faut vérifier que le milieu qui nous intéresse est porteur. Certains métiers sont bouchés, car il y a trop de diplômés pour peu de recrutements 😥. Il faut en tenir compte lorsqu’on fait nos recherches. Pour espérer faire un changement réussi, on doit mettre toutes les chances de notre côté 🙌 !

👉 Où chercher les informations ? On se renseigne auprès d’organismes professionnels comme Pôle emploi ou l’Apec. D’ailleurs, cela peut être aussi le bon moyen de faire un bilan de compétences.

5 - Faire le point sur la formation

Qui dit changement de métier, dit nouvelles compétences (à avoir) ! Si on s’est autoformé et qu’on se lance à son compte, là, ça ne pose pas trop de problèmes 🤓. Néanmoins, ce n’est pas le cas de figure de toutes les reconversions professionnelles. Faire un bilan sur ses aptitudes est essentiel pour pouvoir mettre en place son nouveau projet professionnel. On peut s’apercevoir qu’on a un manque de compétences et qu’une formation sera nécessaire pour répondre à cette problématique.

⚠️ Bon à savoir : le bilan de compétences peut être pris en charge par notre compte personnel de formation (CPF). Peu de personnes sont au courant, mais on cumule un certain montant que l’on peut dépenser comme le souhaite (enfin tant que ça reste une formation). 👉 Par exemple : si j’ai cumulé 1.800€, je peux décider de passer un permis de conduire si cela me sert pour mon projet de reconversion. Il faut identifier la formation professionnelle qui sera essentielle dans notre futur métier !

Cet article peut vous intéresser >>> Entretien d'embauche : Pourquoi vous et pas une autre ?

6 - Prévoir les finances

C’est le point qui fait toujours grincer des dents, car je ne suis pas amie avec les chiffres 😣. Cependant, bien prévoir ses finances est le moyen d’éviter de passer du rêve au cauchemar ! À chaque projet, que ce soit pro ou perso, il faut prévoir un budget. Cela se vérifie encore plus avec un changement de métier, qui risque d’impacter fortement notre vie personnelle. Cela permet d’avoir une petite trésorerie, surtout si on a envie de devenir indépendante, de lancer son commerce, etc.

👉 Là encore, il est nécessaire d’être accompagnée et de bien se renseigner auprès des organismes dédiés. On n’oublie pas de prendre en compte son CPF et son CIF dans les calculs de ses finances !

7 - Oser se lancer

Je crois bien que c’est cette étape, la plus difficile. On a beau avoir tout préparé et assurer nos arrières, il est toujours angoissant de prendre un nouveau départ professionnel. Notre métier fait partie intégrante de notre vie, c’est pourquoi c’est un grand changement qui fait peur. J’ai toujours tendance à faire de l’anxiété d’anticipation et à envisager le pire, mais je crois qu’il ne faut pas trop cogiter si on voit que tous les feux sont au vert ✅. Il faut garder à l’esprit que, plus on sera bien préparée et sûre de nous, plus il sera simple de sortir de sa zone de confort.

L'avis de la rédaction : le secret ? Être bien accompagnée !

Changer de vie, de métier, c'est tout à fait possible mais beaucoup en parlent et peu sautent le pas ! Le secret, c'est d'être bien entourée (un conjoint, une famille qui nous soutienne) et surtout, un bon accompagnement pour monter son projet et aller au bout. Si vous avez envie de changement mais que vous ne savez pas vraiment par où commencer ou que le changement vous fait peur, contacter l'un de nos coachs afin d'y réfléchir ensemble, c'est l'assurance de votre réussite.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources : anae-rh.com / psychologies.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici