Vous avez le droit de vous mettre en colère au bureau, c'est même très sain

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Calme-toi. Prends sur toi. N'explose pas. Ce sont les trois phrases que je me répète en boucle quand je suis énervée au travail. Parce que c'est bien connu, colère et travail ne font pas bon ménage. On reçoit de nombreux conseils sur la meilleure façon de gérer sa colère et c'est d'autant plus le cas quand il s'agit de la colère au boulot. Pourtant la colère est l'une de nos émotions primaires, elle fait partie de nous et à ce titre, il peut être tout à fait sain de l'exprimer... même au travail. Allez, vas-y, balance ma fille !

Vous avez le droit de vous mettre en colère au bureau, c'est même très sain
Sommaire : 

Moins de place pour la colère

Aujourd'hui, dans nos vies, il y a de moins en moins de place pour la colère. Non pas que nous ne nous mettions plus en colère, bien au contraire, mais elle n'est tout simplement plus accueillie et plus écoutée. L'heure est à la bienveillance, à l'enthousiasme et à la positivité (toxique). Prenant peu à peu conscience que nos émotions négatives peuvent être néfastes, on les a mises sous le tapis pour privilégier les émotions positives. Et si c'est vrai pour toute la société, c'est aussi vrai pour le monde du travail.

Colère = violence ?

Dans le monde du travail, les transitions sont vite faites :

  • 😭 tristesse = faiblesse
  • 😠 colère = violence

🤦‍♀️

>>> Cet article peut vous aider : Comment ne pas transformer sa colère en violence ?

Et s'il y a bien un endroit où on ne veut ni faiblesse, ni violence c'est bien au travail. Sauf qu'accepter sa tristesse permet de faire face à un échec et que faire de la place à la colère aide, par exemple, à surmonter une situation humiliante, honteuse ou injuste, mais ça, le monde du travail n'en veut pas vraiment. 👋 Peut-on pleurer au travail ? La clé pour gérer ses émotions

Être heureux, sourire et apaiser les esprits, voilà ce qui règne dans bon nombre d'entreprises. Il faut être à tout prix heureux au travail et ce, même si ce n'est qu'une façade. Parce qu'avec la colère vient aussi l'idée de protestation, de perte de contrôle et, pour peu qu'on soit une femme en colère, d'hystérie

🤫
Un ou une salariée qui se met en colère, c'est une personne qui ne se contrôle pas, donc qu'on ne contrôle pas et qui par extension pourrait nuire au bon fonctionnement de la machine. Mieux vaut se concentrer sur la joie, même si on frôle l'infantilisation au travail. Sauf qu'une colère disqualifiée ne disparaît pas. On reconnaîtra quand même, qu'en entreprise, la colère peut être dérangeante. Elle peut parasiter l'ambiance de travail, détériorer des relations, détourner d'un but collectif, mais la colère peut aussi être très saine.

La colère saine et juste

Imaginez, vous évoluez dans un univers où les occasions ne manquent pas de se sentir agacée, mais vous prenez cet agacement, vous le roulez en boule et vous l'ensevelissez bien profondément 🧶. Comment ça va finir ? La petite boule va pourrir, prendre de plus en plus de place et finir par exploser démesurément 💥 ou nous rendre malade (parfois jusqu'au burn-out). Pour le dire plus simplement, les colères larvées ne servent en rien l'harmonie dans un bureau, bien au contraire. J'ajouterais aussi que vivre dans une société plus juste, obtenir des droits, tout ça, ça part d'une colère 📣.

colère travail

Vouloir plus de justices, plus de droits et le demander, c'est aussi oser se mettre en colère.

Si une colère est saine et juste, c'est-à-dire qu'elle n'existe pas simplement pour intimider, pour agresser, etc. elle peut être très utile et elle peut même souder les personnes entre elles. Dans le monde d'un travail, la colère peut venir d'un besoin de s'affirmer, d'une ambition, d'une lutte, elle mérite donc d'être entendue.

Entendre la colère, ça ne veut pas dire s'y soumettre, ça veut simplement dire lui faire une place et essayer de la comprendre. Le monde du travail n'est pas peuplé d'individus uniformes, contents, heureux, reconnaissants et bienveillants. Non, il est peuplé d'individus qui ont de multiples facettes. La colère fait partie de nos émotions primaires, nous nous mettrons donc tous un jour ou l'autre en colère, même au travail. Ça ne veut pas dire que nous devons exploser à la face de notre manager, ça veut juste dire qu'on devrait pouvoir exprimer notre colère franchement et qu'on l'écoute intelligemment. La colère est aussi une énergie qui peut être créatrice et permettre de passer à l'action. On ne parle pas ici de râler au travail simplement pour râler, mais de faire part d'une émotion, qui comme les émotions positives, mérite d'être entendue 👂.

L'avis de la rédaction : une énergie à exploiter

La colère est une émotion comme une autre, elle peut être certes moins agréable à ressentir mais elle n'en demeure pas moins un message, une information qu'il faut entendre. Accueillez votre colère, que veut-elle vous dire ? Qu'est-ce qui vous a mis dans cet état ? Qu'est-ce qui doit changer pour que vous ne soyez plus en colère ? La colère peut être une émotion très saine à condition qu'elle soit bien gérée et constructive, alors ne la faites pas taire et servez-vous de son élan au bureau ! Si vous gérez mal cette émotion, que vous agissez trop souvent sous les coup de la colère et que vous le regrettez, il peut être intéressant de contacter un psychologue afin d'en comprendre les raisons et mettre en place de nouvelles habitudes plus valeureuses.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Il y a tout un tas de bonnes raisons d'écouter ses émotions au travail

Et aussi :

Source : Madame Figaro

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Je ne me sens plus désirée, comment faire monter la température ?

C'est l'été et la température va monter... du moins à l'extérieur, parce que chez moi, ce n'est plus trop ça. Quinze ans de relation ont fini par émousser le désir. Un bisou par habitude, une caresse par là et l'amour quand on y pense. S'il existe des relations platoniques et épanouies, je ne veux pas être de celles-ci. Je vais faire monter la température dans mon couple et je vais le faire maintenant ! 🔥

Ma soeur est jalouse de moi... Comment gérer sa jalousie ?

“T’es la préférée de toute manière”. Cette phrase, je l’ai entendue maintes et maintes fois dans la bouche de ma sœur. Sa jalousie nous a longtemps pourries la vie, pourtant je ne souhaitais qu’une chose : qu’on soit proches et unies. Elle m'a déversé sa rancœur au visage pendant de nombreuses années jusqu’à ce que ça devienne ingérable. Je n’en pouvais plus de ressentir à la fois autant de colère et de culpabilité. Apaiser 30 ans de jalousie n’a pas été évident, mais il existe des solutions pour ne pas en arriver à ce point. Je n’ai pas voulu que la jalousie me fasse couper les ponts avec ma sœur !

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Isabelle Vuillemin, coach, explique le Reiki pour calmer les angoisses

Le Reiki, une forme ancienne de thérapie énergétique, a longtemps été reconnu pour sa capacité à équilibrer le corps et l'esprit. En canalisant l'énergie universelle, le Reiki aide à évacuer les émotions négatives, y compris les angoisses qui peuvent souvent nous submerger. Isabelle Vuillemin, coach, nous explique comment le Reiki peut vous permettre de calmer vos angoisses. Retrouvez un sentiment de calme et de sérénité intérieure grâce à cette pratique holistique. Explication.

Comment faire 10.000 pas par jour en étant en télétravail ?

Chères toutes, je suis comme beaucoup d'entre vous, en ce moment je vis et travaille à la maison, sauf que cette année, j'ai décidé de rester en forme et donc de faire les 10.000 pas quotidiens recommandés pour les non-sportives, comme moi (6.000 pour les sportives) Je n'ai pas vraiment le moral et j'ai une activité sédentaire depuis chez moi... Mission impossible ? Pensez-vous !

Faut-il être prêt·e à tout, vraiment tout pour réussir ?

À l’heure où notre société encense la réussite et le pouvoir, nous rêvons tous et toutes de reconnaissance et de succès, mais comment parvenir à garder le cap ? Comment garder les pieds sur terre et la tête froide ? Comment ne pas renier ses valeurs et tout son être ? Faut-il être prête à tout pour réussir ? Même s'il n'y a pas de réponse universelle, je peux vous donner quelques conseils pour éviter que vous vous perdiez en route. Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

La science du bonheur : les secrets du bonheur [ Dr JEAN DORIDOT, Psychologue et hypnothérapeute ] 🥳

8 février · Wengood

9:13


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube