Vous avez le droit de vous mettre en colère au bureau, c'est même très sain

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Calme-toi. Prends sur toi. N'explose pas. Ce sont les trois phrases que je me répète en boucle quand je suis énervée au travail. Parce que c'est bien connu, colère et travail ne font pas bon ménage. On reçoit de nombreux conseils sur la meilleure façon de gérer sa colère et c'est d'autant plus le cas quand il s'agit de la colère au boulot. Pourtant la colère est l'une de nos émotions primaires, elle fait partie de nous et à ce titre, il peut être tout à fait sain de l'exprimer... même au travail. Allez, vas-y, balance ma fille !

Vous avez le droit de vous mettre en colère au bureau, c'est même très sain
Sommaire : 

Moins de place pour la colère

Aujourd'hui, dans nos vies, il y a de moins en moins de place pour la colère. Non pas que nous ne nous mettions plus en colère, bien au contraire, mais elle n'est tout simplement plus accueillie et plus écoutée. L'heure est à la bienveillance, à l'enthousiasme et à la positivité (toxique). Prenant peu à peu conscience que nos émotions négatives peuvent être néfastes, on les a mises sous le tapis pour privilégier les émotions positives. Et si c'est vrai pour toute la société, c'est aussi vrai pour le monde du travail.

Colère = violence ?

Dans le monde du travail, les transitions sont vite faites :

  • 😭 tristesse = faiblesse
  • 😠 colère = violence

🤦‍♀️

>>> Cet article peut vous aider : Comment ne pas transformer sa colère en violence ?

Et s'il y a bien un endroit où on ne veut ni faiblesse, ni violence c'est bien au travail. Sauf qu'accepter sa tristesse permet de faire face à un échec et que faire de la place à la colère aide, par exemple, à surmonter une situation humiliante, honteuse ou injuste, mais ça, le monde du travail n'en veut pas vraiment. 👋 Peut-on pleurer au travail ? La clé pour gérer ses émotions

Être heureux, sourire et apaiser les esprits, voilà ce qui règne dans bon nombre d'entreprises. Il faut être à tout prix heureux au travail et ce, même si ce n'est qu'une façade. Parce qu'avec la colère vient aussi l'idée de protestation, de perte de contrôle et, pour peu qu'on soit une femme en colère, d'hystérie

🤫
Un ou une salariée qui se met en colère, c'est une personne qui ne se contrôle pas, donc qu'on ne contrôle pas et qui par extension pourrait nuire au bon fonctionnement de la machine. Mieux vaut se concentrer sur la joie, même si on frôle l'infantilisation au travail. Sauf qu'une colère disqualifiée ne disparaît pas. On reconnaîtra quand même, qu'en entreprise, la colère peut être dérangeante. Elle peut parasiter l'ambiance de travail, détériorer des relations, détourner d'un but collectif, mais la colère peut aussi être très saine.

La colère saine et juste

Imaginez, vous évoluez dans un univers où les occasions ne manquent pas de se sentir agacée, mais vous prenez cet agacement, vous le roulez en boule et vous l'ensevelissez bien profondément 🧶. Comment ça va finir ? La petite boule va pourrir, prendre de plus en plus de place et finir par exploser démesurément 💥 ou nous rendre malade (parfois jusqu'au burn-out). Pour le dire plus simplement, les colères larvées ne servent en rien l'harmonie dans un bureau, bien au contraire. J'ajouterais aussi que vivre dans une société plus juste, obtenir des droits, tout ça, ça part d'une colère 📣.

colère travail

Vouloir plus de justices, plus de droits et le demander, c'est aussi oser se mettre en colère.

Si une colère est saine et juste, c'est-à-dire qu'elle n'existe pas simplement pour intimider, pour agresser, etc. elle peut être très utile et elle peut même souder les personnes entre elles. Dans le monde d'un travail, la colère peut venir d'un besoin de s'affirmer, d'une ambition, d'une lutte, elle mérite donc d'être entendue.

Entendre la colère, ça ne veut pas dire s'y soumettre, ça veut simplement dire lui faire une place et essayer de la comprendre. Le monde du travail n'est pas peuplé d'individus uniformes, contents, heureux, reconnaissants et bienveillants. Non, il est peuplé d'individus qui ont de multiples facettes. La colère fait partie de nos émotions primaires, nous nous mettrons donc tous un jour ou l'autre en colère, même au travail. Ça ne veut pas dire que nous devons exploser à la face de notre manager, ça veut juste dire qu'on devrait pouvoir exprimer notre colère franchement et qu'on l'écoute intelligemment. La colère est aussi une énergie qui peut être créatrice et permettre de passer à l'action. On ne parle pas ici de râler au travail simplement pour râler, mais de faire part d'une émotion, qui comme les émotions positives, mérite d'être entendue 👂.

L'avis de la rédaction : une énergie à exploiter

La colère est une émotion comme une autre, elle peut être certes moins agréable à ressentir mais elle n'en demeure pas moins un message, une information qu'il faut entendre. Accueillez votre colère, que veut-elle vous dire ? Qu'est-ce qui vous a mis dans cet état ? Qu'est-ce qui doit changer pour que vous ne soyez plus en colère ? La colère peut être une émotion très saine à condition qu'elle soit bien gérée et constructive, alors ne la faites pas taire et servez-vous de son élan au bureau ! Si vous gérez mal cette émotion, que vous agissez trop souvent sous les coup de la colère et que vous le regrettez, il peut être intéressant de contacter un psychologue afin d'en comprendre les raisons et mettre en place de nouvelles habitudes plus valeureuses.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Il y a tout un tas de bonnes raisons d'écouter ses émotions au travail

Et aussi :

Source : Madame Figaro

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube