Quelles sont les 6 émotions primaires ? Peur, joie, et cetera

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Ah les émotions, quel vaste sujet ! On apprend aux enfants à les reconnaître, aux adultes à les contrôler, mais sait-on réellement de quoi on parle ? Pas vraiment, avouons-le. Émotion, la notion est floue, difficilement définissable et pourtant on sait tous de quoi il s'agit : quelque chose d'intense, voire brutal et bref. Toutes nos émotions seraient des mélanges des 6 émotions de base. 6 émotions universelles qui partagent la même expression faciale à travers le monde.

Quelles sont les 6 émotions primaires ? Peur, joie, et cetera

Les 6 émotions fondamentales : notre base commune

Chez l'humain, l'émotion inclut fondamentalement un comportement physiologique il y a une réaction dans notre cerveau, des comportements expressifs (une expression faciale, par exemple) et une conscience (on sait qu'il se passe quelque chose, on a conscience de nos émotions). Nous ressentons tous, quotidiennement, une palette d'émotions et l'on distingue les émotions primaires ou fondamentales et les émotions secondaires ou complexes. Face à la complexité de l'univers affectif, ce sont les psychologues qui ont tenté de classer les émotions en catégories.

Quelles sont les 6 émotions de base, primaires ou fondamentales ?

  • 1. La peur
qui peut aller de l'inquiétude à l’anxiété, la crainte jusqu'à la panique, la terreur ou même les diverses phobies. La peur peut aussi devenir chronique et générer des angoisses, des crises de panique ou du stress.
  • 2. La joie
qui se manifeste à divers degrés allant de la satisfaction, la sérénité à l'extase et toujours par un sourire 😊 qui est un réflexe involontaire que l'on n'imite pas si facilement que ça !
  • 3. Le dégoût
s'exprime clairement par des réactions de rejets (se détourner, se protéger, avoir la nausée, etc.). C'est un sentiment de répulsion, d'écœurement, on est rebuté.
  • 4. La tristesse
c'est un sentiment qui va de la démotivation à l'impression de se sentir vide. On parle de malheur, de mélancolie, mais aussi de désespoir, de cœur brisé, de peine et de moral en berne. La tristesse est associée au repli sur soi et aux pleurs. ⚠️ Attention, durant l'éducation la tristesse est souvent non autorisée et refoulée.
  • 5. La colère
elle se base sur une blessure physique ou psychologique et permet de s'affirmer mais avec agressivité. Elle s'accompagne d'un sentiment d'injustice, d'une montée d'adrénaline et d'une augmentation du rythme cardiaque. Elle va de la simple préoccupation, de la crispation jusqu'à la rage et la fureur.
  • 6. La surprise
c'est une émotion brève qui fait vite place à d'autres émotions comme la colère, la peur, la joie ou encore le dégoût. Tout dépend de ce qui cause la surprise (bonne ou mauvaise ?). C'est donc une émotion plutôt neutre, dont même les expressions faciles et corporelles ainsi que les ressentis s'associent à ceux de la peur.

Ces émotions fondamentales sont déjà présentes chez le bébé, on les retrouve aussi chez les primates et surtout, elles sont universelles. C'est-à-dire que quelle que soit la partie du monde où l'on se trouve, la culture ou l'origine d'une personne, on reconnaît et on identifie ces 6 émotions sur n'importe quel visage.

Le mépris fait aussi partie des émotions primaires

On ajoute parfois le mépris à ces 6 émotions primaires. En effet, après avoir publié les 6 premières émotions, Paul Ekman a fini par ajouter le mépris, ou le dédain, qui est un sentiment de supériorité entre le dégoût et la colère.

Vous aimerez aussi ces articles 👉 Comment gérer ses émotions pour vivre plus sereinement ? - La roue des émotions : je ressens donc je suis !

50 nuances d'émotions

Évidemment, nous ne sommes pas seulement animées par ces 6 émotions primaires, chacune se décline en une multitude de nuances. Nous connaissons bien d'autres ressentis : la honte, la culpabilité, la fierté, le désir, etc. Il s'agit bien d'émotions, d'émotions tout aussi fortes que les émotions primaires, mais elles sont un mélange des 6 émotions de base. Paul Ekman, psychologue américain, pionnier dans l'étude des émotions, indique par exemple, que la honte serait un mélange de peur et de colère

Enfin, ces émotions secondaires, arrivent chez l'humain, au fur et à mesure qu'il grandit. La jalousie et la gêne apparaissent par exemple, chez un enfant âgé de 15 à 24 mois, la culpabilité et la fierté, sont quant à elles plutôt ressenties vers l'âge de 3 ans.

Et pourquoi cette majorité d'émotions négatives ?

Si on analyse un peu les émotions de base, on constate une majorité d'émotions désagréables 😔. Et en effet, selon les études et travaux effectués en psychologie traitant des émotions et des sentiments, nous ressentons bien plus d'émotions désagréables qu'agréables, mais pourquoi ? Tout simplement pour satisfaire notre besoin 😉.

L'humain a besoin d'aller rapidement à son but. Pour être plus rapidement et plus précisément guidé vers notre besoin à satisfaire, il nous faut une émotion désagréable, mais qui est cependant toujours utile. Les émotions sont des guides qui nous mettent en action et nous aiguillent vers la réaction la plus adaptée à notre environnement, c'est pourquoi, par exemple, il peut être nécessaire et important d'écouter ses émotions au travail.

L'avis de la rédaction : une émotion à accueillir

Chaque émotion est porteuse d'un message. Qu'elle soit positive ou négative, gardez en tête qu'une émotion n'est que passagère, c'est une vague qui ne fait que passer. Au lieu de la refouler, de l'ignorer ou de l'étouffer, mieux vaut l'accueillir, l'accepter et entendre ce qu'elle a à dire. Si la gestion de vos émotions est problématique, n'hésitez pas à contacter un psychologue afin de travailler sur ce point.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Émotions encore !

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube