Afficher ses convictions et son militantisme en entretien, et pourquoi pas ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Auparavant, lorsque je passais un entretien d’embauche, j’avais toujours l’impression que c’était un interrogatoire et que j’étais en position inférieure comparée au recruteur. Désormais, j’ai compris que c’était plutôt un échange pour voir si cela pouvait matcher entre nous. Je pose donc des questions et je le teste pour voir si ce dernier peut correspondre à mes envies et surtout, à mes convictions. Eh oui, mon militantisme prend une place importante dans ma vie, alors pourquoi ne pas l’afficher pendant ce moment crucial ? Explication.

Afficher ses convictions et son militantisme en entretien, et pourquoi pas ?
Sommaire : 

Montrer une part de sa personnalité

Certaines personnes sont prêtes à tout pour réussir. Et il y a eu moi qui, pendant longtemps, s’excusait presque de prendre du temps au recruteur durant l’entretien. Sauf que j’ai compris que ça ne jouait pas en ma faveur, bien au contraire. Il est important de transmettre une image forte de soi à travers cet échange, car ça donne un signal à l’employeur : cette personne sait ce qu’elle fait et ce qu’elle veut. Alors, affirmer ses convictions n’est pas un mal, car ça permet de donner une part de sa personnalité en entretien. De notre côté, on vérifie ainsi que les valeurs publiquement défendues par l’entreprise sont vraiment incarnées par cette dernière 😬. 

🏳️‍🌈 Je prends l’exemple d’une personne transgenre ou non-binaire. Elle est en droit, pendant l’entretien, de poser des questions relatives au genre. Est-ce que le recruteur serait gêné par le port d’une robe, si le genre masculin est attribué au candidat ? Je ne dis pas qu’il est simple de poser ce genre de questions, mais c’est un bon moyen de savoir si on sera dans une sphère “safe” pour être nous-même. Du côté du recruteur, ça permet de voir qu’il y a une personnalité qui s’affirme et ça dépeint une présentation complète de nous pendant l’entretien. 👋 Peut-on vraiment être soi-même au travail ? Si oui, comment ?

Ne pas se contraindre à être quelqu’un d’autre

S’il y a quelque chose qu’il m’est impossible de faire, que ce soit dans le privé ou dans le milieu professionnel, c’est de me contraindre à être quelqu’un d’autre. Et ça tombe bien, car si le recruteur veut nous rencontrer, c’est pour qui nous sommes ! Je ne dis pas qu’il faut déballer tous nos principes pendant un entretien en mode “moi, je…” ! Non, il faut que cela reste un échange. On dose en posant des questions, en s’intéressant, par exemple, aux engagements de l’entreprise.

C’est une manière d’être soi tout en respectant la distance avec le recruteur et en ne franchissant par une limite en étant dans le “trop personnel”. Faire ainsi permet de montrer qui on est et comment on fonctionne. Ça permet aussi de poser les bases dès le départ pour éviter ensuite de se mettre dans un rôle. Parce qu’il n'y a rien de pire que d’adopter une deuxième personnalité, “celle du travail”, d'autant plus si cette dernière ne nous convient pas 🤕.

👉 Attention, je ne dis pas qu'il ne faut pas s'inventer une autre personnalité au travail ! Il y a des personnes à qui ce mode de fonctionnement convient très bien. L'important est d'être en phase avec soi, peu importe ce qu'on décide de faire. 

Être aligné avec ses valeurs

Je pense qu’une personne écologiste ne pourrait jamais travailler dans un groupe pétrolier ou dans une entreprise de Fast Fashion. Une personne végétarienne ne pourrait pas non plus travailler dans l’industrie de la viande ou dans un abattoir. Pourquoi ? Car cela irait contre ses valeurs et cela créerait une dissonance cognitive qui pourrait occasionner de la souffrance psychologique. S’apercevoir de cela à temps permet de faire le tri dans les entreprises, dès la phase d'entretien 😮.

Il n’est déjà pas simple de vivre cela dans notre vie personnelle, alors je n’imagine pas la souffrance que cela pourrait être d’y être confronté tous les jours, sur son lieu de travail. Si ces exemples peuvent paraître évidents, tout n’est pas aussi limpide. C’est pourquoi, l'entretien d'embauche est un moment crucial pour voir si on va se sentir à notre place dans l'entreprise. Il est donc bon de sonder les engagements RSE, de jauger la qualité de vie de l'entreprise, le rythme de travail, etc. Au-delà des valeurs, on doit aussi prêter attention au langage non verbal, à la façon de répondre du recruteur et globalement, à l'impression que l'on a de cet entretien.

Se démarquer des autres candidats

Enfin, il ne faut pas non plus oublier l’aspect stratégique dans le fait d’affirmer son militantisme pendant l’entretien ! On peut ainsi mettre en avant nos engagements lorsqu’on répond à la question de l’employeur : pourquoi vous et pas une autre ? L’entreprise peut avoir aussi des engagements forts, par exemple, si c’est un groupe de presse. Cela ne fera donc que confirmer qu’on est la bonne personne et qu’on fait la différence avec les autres candidats qui ne mettent pas en avant leurs convictions 👀.

Certes, cela peut être à double tranchant d’oser afficher son engagement ainsi. On peut ne pas être retenue pour un poste qui nous intéressait… Mais on peut aussi éviter de se mettre dans une situation délicate qui va générer un mal-être au travail, car on ne se sent pas en adéquation par ce qu’on vit au quotidien. Dès la phase de recherche, il est bon de candidater aux entreprises qui nous parlent, c’est le meilleur moyen de se démarquer avec nos engagements et que ça fasse “mouche” comparé aux autres candidats. Alors, osons, affirmons-nous par nos convictions et n'ayons pas peur de réussir ✊ !

L'avis de la rédaction : l'honnêteté est toujours une bonne base

Comme le rappelle Camille, pendant l'entretien d'embauche, les deux personnes sont là pour se rencontrer et voir si ça peut matcher, tant d'un côté que d'un autre. Il n'y a pas de mal à afficher vos convictions, si celles-ci collent à l'entreprise tant mieux et sinon, tant mieux aussi ! L'honnêteté est toujours une bonne base et cela vous évitera de travailler dans un environnement qui va à l'encontre de vos valeurs, et ça, c'est important. Si vous vous interrogez sur votre avenir professionnel, n'hésitez pas à contacter un coach afin de faire le point et avancer ensemble.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

On récolte ce que l'on sème, est-ce toujours vrai ?

Pour moi, cette expression a toujours sonné comme quelque chose de négatif. Comme une punition. Je l'entendais comme une menace : "si tu sèmes de mauvaises graines, tu n'auras qu'une mauvaise récolte." Sans doute quelque chose en moi pensait n'avoir rien de bon à semer. Des années plus tard, je comprends enfin que non seulement que récolter ce que l'on sème, ça peut être très positif, mais quand plus, il vaudrait mieux que ça le soit, parce que visiblement, on récolte TOUJOURS ce que l'on sème.

Pourquoi je me sens toujours coupable ? Comment arrêter ?

Le sentiment de culpabilité vous ronge, alors que vous n’avez rien fait de mal. Vous avez souvent l'impression que c'est de votre faute, que vous auriez pu agir différemment, en faire plus, etc. Pourquoi vous blâmez-vous alors que vous êtes innocent ? Comment arrêter de vous auto-flageller sans raison ? On vous explique tout !

9 podcasts érotiques pour faire grimper la température 🔥

Le porno n’a jamais trop été ma tasse de thé. En revanche, j’ai découvert les podcasts érotiques et je dois avouer que ça m’a plu ! Déjà, parce qu’ils sortent du schéma classique très hétéronormé, on explore des points de vue érotiques pour les femmes, pour les personnes LGBTQ+, etc. On retrouve des témoignages, des fictions, des jeux de rôles… Chacun peut vraiment y trouver son compte ! Donc enfilez vos écouteurs et préparez-vous à découvrir des moments auditifs qui vont faire grimper la température !

Je n'ai pas d'amis... Pourquoi ? Est-ce que c'est grave ?

Non pas que je passe mes journées seule, dans mon coin, sans décrocher un mot. J'ai bien deux ou trois personnes à appeler si je veux sortir boire un verre, mais je n'ai pas d'amis. Pas de "deuxième famille" comme on dit. Est-ce volontaire ? Est-ce qu'un trop mauvais caractère repousse tous ceux qui m'approchent ? Ou tout simplement la vie, qui nous éloigne de certaines personnes lorsqu'on grandit ? Je n'ai pas d'amis, est-ce vraiment grave ?

Je ne supporte pas les enfants de mon conjoint, au secours !

Vous avez enfin trouvé l'homme idéal. Il correspond à toutes vos attentes et votre bonheur serait total si seulement... il n'avait pas ses enfants que vous ne supportez pas ! 😤 Pour certains c'est un sujet tabou, mais pour vous, ce rôle de belle-mère est une plaie. Véritables monstres, ils vous insultent ou vous ignorent et c'est mal, mais ses enfants vous ne les aimez pas pire, vous les détestez et vous prenez à rêver d'une vie dans laquelle ils n'existeraient pas ("et si on partait vivre à l'étranger ?"). Tatata on se reprend, belle-mère ou marâtre, on a le droit au bonheur amoureux !

La météo intérieure, un exercice simple et très éclairant

Vers la fin de l'adolescence, j'avais inventé un jeu de mots, avec une partie de mon prénom, que j'écrivais très souvent : Lau rage ⛈️. Très colérique, je trouvais que cette combinaison me correspondait parfaitement. Ça grondait, ça éclatait en moi. C'était l'orage. Sans le savoir encore, je faisais état de ma météo intérieure. La métaphore la plus efficace pour faire le point sur ses émotions.

Votre horoscope directement chez vous

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici