Être non-binaire : qu’est-ce que ça veut dire ? #identite

Mis à jour le par Camille Lenglet

Dernièrement le pronom “iel” est rentré dans le dictionnaire en ligne “Le Robert”. Un acte que je salue et qui permet aux personnes non-binaires d’avoir un peu plus de légitimité dans notre société. Cela normalise aussi le fait de ne pas se reconnaître et de s’apparenter à un genre. Je suis heureuse de constater que les choses évoluent un peu et qu’on ne s’enferme plus totalement dans une binarité. Cependant, qu’est-ce que ça veut dire exactement être non-binaire ? Je vous explique.

Sommaire : 

Qu'est-ce qu'une personne non binaire ?

Le concept de binarité, c’est lorsque quelque chose est noir ou blanc. Rapporté au genre, c’est lorsqu’on est femme ou homme. Néanmoins, pourquoi il n’y aurait pas un peu de gris 🤔 ? Une personne non binaire, c’est une personne dont le genre n’est ni femme ni homme. Lorsqu’on est non binaire, on peut être à la fois masculin et à la fois féminin, mais aussi entre les deux et… aucun des deux. La non-binarité remet en cause le principe de genre et des stéréotypes liés, tout comme le fait d'être transgenre

👉 Quand on naît, nous sommes cisgenres, c'est-à-dire homme ou femme. Cependant, des personnes ne se reconnaissent pas dans cette binarité.

Les stars non-binaires : Elliot Page, Cara Delevingne, Amandla Stenberg, Sam Smith, Ezra Miller, Miley Cyrus, etc. En France, Bilal Hassani a parlé de son homosexualité, mais il déconstruit le genre en portant des perruques, en se maquillant… On peut apparenter cela a être genderfluid, qui est encore différent. Néanmoins, il ne l’affirme pas ainsi, il ne s’identifie à aucune case comme il l’explique dans cette vidéo :

Quel est la différence entre genderfluid et non binaire ?

Le mouvement LGBTQIA+ prend de plus en plus de visibilité et on voit davantage les termes de non-binarité et de genderfluid. Quand on ne connaît pas la communauté, mais que l’on veut bien faire, il est important de connaître la signification des mots. Être non binaire et être genderfluid ne signifie pas la même chose.

Une personne genderfluid navigue entre la masculinité et la féminité, ce n’est pas forcément le cas d’une personne non binaire. Comme je l’ai dit, la non-binarité signifie aussi s’identifier à aucun des deux genres. Par conséquent, une personne genderfluid peut être non binaire, mais l’inverse n’est pas possible.

Le drapeau de la non-binarité

Le drapeau de la non-binarité

Non-binarité et queer

Autre terme que je ne connaissais pas il y a quelque temps, c’est “queer”. Je pensais qu’il s’agissait aussi d’une autre manière de désigner la non-binarité, mais il y a une différence. Dire que l’on est non-binaire, c’est parlé de son identité de genre. Dire qu’on est queer, c’est faire référence à son orientation sexuelle.

👉 “Queer”correspond  à la lettre Q dans LGBTQIA+, cela désigne donc les personnes ayant une sexualité différente de l’hétérosexualité. Il est important de faire la distinction entre orientation sexuelle et identité de genre 🧐 !

Cet article peut vous intéresser >>> Je suis attirée par une femme, suis-je bisexuelle ?

Comment savoir si on est non-binaire ?

Ce que je trouve beau dans la non-binarité, c’est la déconstruction du genre 👏. Cela m’a conduit à m’interroger aussi sur mon genre et la façon dont je me percevais. Je suis cisgenre (née féminin et je me sens femme), mais j’aime que les frontières se brouillent de plus en plus. On n’a pas à être un “sexe” ou un “genre”, mais une personne, un être humain 🙌.

Cependant, comment savoir si on est non-binaire ? C’est vrai que c’est une question délicate, car à cause des constructions sociales, on associe des stéréotypes à un genre. Il existe des femmes aux cheveux courts, qui ne portent pas de jupe et détestent le rose. Est-ce pour tant des femmes non-binaires ?

Ni femme ni homme

En réalité, il n’y a pas de réponse toute faite. Cela dépend de la façon dont on perçoit son genre assigné à la naissance et si on ressent une dissonance cognitive à ce propos. Par exemple, si on est très mal à l’aise avec les clichés associés à son genre, il faut pouvoir se demander si c’est parce qu’on ne s’identifie pas à ce dernier.

Il y a des jours où on peut se sentir plus masculine ou plus féminine, sans pour autant être transgenre. Et cela n'empêche pas d'être aussi transgenre non-binaire. En gros, il n'y a plus de frontières à cause de la construction sociale ! L'important est d’être à l’écoute de soi, de faire une introspection, pour savoir ce qui nous convient le mieux et de comprendre ce à quoi on s’identifie… ou justement, ce à quoi on ne s’identifie pas ou plus 🤗.

L’incompréhension de la non-binarité

En France, 13% des 18-30 ans ne s’identifient pas comme homme ou femme, d’après une enquête de 20 minutes. 8% d’entre elles sont “no-gender”, 11% genderfluid et 36% se reconnaissent dans le terme non-binaire. Cela provoque de nombreux débats de société, notamment avec le prénom “iel”, comme je l’ai dit en introduction 🤦‍♀️. La non-binarité ne laisse pas indifférente, elle questionne, voire, elle choque certaines personnes.

Néanmoins, il n’y a rien de choquant à vouloir déconstruire les problématiques et les stéréotypes de genres 😅. Tout le monde a le droit de s’affirmer comme iel l’entend ! Cela ne fait en rien du mal, puisqu’il s’agit d’une affirmation de soi dans une identification différente 💪. Depuis longtemps la différence fait peur, mais il faut l’accueillir avec bienveillance et cultiver son ouverture d’esprit pour respecter autrui.

L'avis de la rédaction : ne pas hésiter à se faire accompagner

L'orientation sexuelle et l'identité de genre sont deux concepts à ne pas confondre. Pour autant, ils sont tous deux sources de nombreuses interrogations et peuvent occasionner des souffrances. 👉 C'est pourquoi il est intéressant de se faire accompagner par un psychologue durant cette phase de recherche de soi. N'hésitez à contacter l'un de nos spécialistes. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : madmoizelle.com / positivr.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Comment surmonter une rupture amoureuse brutale ?

L'amour brille, et du jour au lendemain, votre partenaire vous quitte sans que vous ne l'ayez vu venir. L'effet de surprise est total, la douleur vive. Une rupture amoureuse brutale peut rouvrir des blessures profondes ou d'anciennes peurs. Vous êtes alors très vulnérable face au monde. Dévastée, il est ensuite très compliqué de vous reconstruire. Voici comment surmonter une rupture brutale.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je suis trop solitaire pour être en couple ! Une idée fausse ?

Je suis une personne solitaire, mais je n’ai jamais considéré que je l’étais trop pour être en couple, notamment parce que ma solitude, je ne la subis pas. Du moins, je ne l’ai pas tout le temps subie et ça m’a permis de trouver un équilibre à travers mes différentes expériences, que ce soit en amour ou en solo. J’ai aussi compris les aspects qui étaient essentiels pour qu’une histoire marche, même si on a un caractère de solitaire. Je vous explique !

Le Lykke : ouvrir son cœur serait la clef du bonheur

Concernant la philosophie de vie, le Danemark a tout compris. Après le hygge, et le nisken, vient le lykke, un nouvel ingrédient à ajouter à la recette du bonheur ! Cet art de vivre scandinave nous invite à nous épanouir au contact des autres, à travers des idées simples. Définition et application, découvrez le Lykke et retrouvez le sourire !

Ces femmes qui n'osent pas réussir : des préjugés qui ont la peau dure

Dans une société où la plupart aspirent à la réussite et au succès, la gent féminine semble, elle, être plus frileuse et mise à l’écart des responsabilités économiques. Une crainte de réussir, née du poids des stéréotypes, semble aujourd’hui les freiner dans leur réussite. Pourquoi certaines femmes n’osent-elles pas réussir ? Autosabotage ? Comment réussir malgré tout ?

Comment parler de dépression à votre médecin ? Par où commencer ?

Vous n’avez plus d’énergie, des troubles du sommeil, de l’appétit et un sentiment d'apathie ? Alors vous faites peut-être une dépression. Face à cette détresse, vous ne pouvez pas rester seule. Il faut en parler, et comme souvent le médecin généraliste est en première ligne, il pourra poser un diagnostic et proposer un traitement. Oui, mais comment en parler à son médecin ? Comment mettre les mots justes sur le mal qui vous ronge ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici