Comment savoir si j’ai trouvé le bon psy ? Celui fait pour moi ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Il existe plus 400 méthodes thérapeutiques différentes en France. Et selon les statistiques, on compte plus de 66.500 spécialistes. Autant vous dire que j’ai le choix… Mais avant de me lancer il faut trouver le bon psy, celui qui me correspond. Avoir un psy “sympa” ne suffit pas. Une attitude bienveillante, une absence de jugement sont des critères à ne pas négliger. Alors, comment savoir si j’ai trouvé le bon psy ?

Comment savoir si j’ai trouvé le bon psy ? Celui fait pour moi ?

Sommaire :

« Tout comme on doit choisir la terre avant de semer les grains, on doit choisir la personne avant de se confier. » - Proverbe algérien

Comment savoir si j’ai trouvé le bon psy ?

Quand on souhaite prendre rendez-vous avec un psychologue, c'est la panique. Qui choisir ? Comment le choisir ? Faire confiance au bouche-à-oreille ? Prendre le psy le plus près de chez moi ? Et puis un psy homme ou femme ? 🤔 Une chose est sûre, il est primordial de trouver le bon psy, celui qui saura vous accompagner et avec qui le courant passe. Rassurez-vous, c’est juste une question de professionnalisme et de compatibilité… Ces 7 signaux vous indiqueront que vous avez trouvé le bon psy, celui qu vous fera avancer ! 

1. Je me sens rassurée et comprise

L’attitude de mon psy est bonne si elle est sécurisante. Quel que soit le sujet qu’on évoque ensemble, il me donne des signes d’écoute et d’intérêt que je perçois clairement. Plus il accorde de l’importance à mes propos, plus je sens que mes émotions sont considérées. De quoi développer rapidement ma confiance.

2. Il est transparent sur sa façon de travailler

Les méthodes qu’il utilise, leurs objectifs, les bénéfices potentiels : tout doit être clair dans mon esprit. Un bon thérapeute pose également les bases dès la première rencontre concernant son cadre de travail. Je suis au courant de la durée des séances, de la gestion des rendez-vous ratés et des tarifs. Pas de mauvaises surprises !

psy conseils

Aussi, un bon psy est honnête et reconnaît ses limites. S’il pense ne pas être apte à m’aider, il prendra soin de m’orienter vers un confrère de confiance.

3. Il ne doit pas me juger ou me coller d’étiquette

Ce qui sort de la bouche d’un bon thérapeute n’est que bienveillance 🙏. Par exemple, si je lui parle de ma peur des relations amoureuses, il ne me dira jamais que j’ai un cœur de pierre ou qu’il est temps de grandir. Jamais il n’émet de jugement de valeur et me parle comme à un adulte.

4. C’est moi qui choisis de retourner le voir

Il peut sentir que je traverse une mauvaise passe et me conseiller, mais jamais il ne me fait un « devis » du nombre de séances qu’il estime nécessaires pour régler ma problématique. Si j’ai l’impression d’être en face d’un artisan qui estime la durée des travaux de reconstruction, je fuis ! Un psychologue qui se respecte ne maintient pas ses patients dans la dépendance.

5. Je ne dois pas craindre ses réactions

Le bon psy se reconnaît à sa façon d’accueillir mes éventuelles critiques, remarques. Il maîtrise ses réactions émotionnelles et ne s’énerve pas contre moi.

6. Il doit rester à sa place

S’il voit que je n’avance pas dans ma thérapie, il ne doit pas m’attribuer la responsabilité de l’échec de sa supposée prise en charge. Et de façon générale, même si je lui confie quelque chose dont je ne suis pas fière, il ne doit pas me faire culpabiliser. Il ne prendra pas de décision à ma place et respectera mes choix.

7. Après chaque rendez-vous il doit s’être passé quelque chose d’important

A minima, je me sens globalement mieux, rassurée ou soulagée d’une tension interne. Je peux aussi ressentir une amélioration immédiate par rapport au problème visé, comme si j’avais ouvert les yeux et compris quelque chose d’important ! Enfin, je peux carrément avoir retrouvé de l’espoir et avoir l’intuition que quelque chose peut changer avec cette démarche. Même si je ne sais pas encore l’expliquer.

L’un des trois points énoncés suffit amplement pour commencer, parfois il faut du temps pour avoir le déclic. Cependant, si les séances se suivent et se ressemblent, que vous ne ressentez aucune évolution, cela indique que quelque chose ne fonctionne pas. Soyez attentive à ce point.

L’avis de la rédaction : tout se joue au premier rendez-vous

La question "Est-ce que tu connais un bon psy ?" est en réalité une fausse bonne question. Un ami peut vous dire que son psy est efficace, mais il oublie de préciser qu'il l’est pour lui, pas forcément pour vous. La qualité de la relation entre le patient et le psy dépend forcément du profil et du caractère de chaque individu. Nous sommes tous des êtres uniques et nous méritons du sur-mesure. Prenez le temps de vous renseigner sur la spécialité et l'approche que privilégie votre potentiel futur spécialiste. 👉 Quoi qu’il en soit, ne vous mettez pas la pression. Vous avez le droit de vous tromper et de recommencer. D’après les psychologues, tout se joue dès la première séance. N’hésitez donc pas à demander une séance inaugurale, au cours de laquelle vous exposez vos motivations, vos attentes, et voyez comment le spécialiste vous rassure. Vous pouvez aussi vous lancer et discuter au téléphone.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psy

*Source : rtl.fr

Une thérapie est un réel investissement personnel.. mais pas seulement. Découvrez si l'on peut consulter un psy gratuitement.

Nous vous conseillons ces articles :

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube