Arrêtons de projeter nos propres peurs sur les autres !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Lorsque je fais part de mes projets à mon entourage ou ma famille, j’ai l’impression de ne récolter que des avis négatifs et des inquiétudes. "Mais tu n'as pas peur de finir seule ? ", "Tu ne retrouveras jamais un emploi si tu démissionnes "etc. Je sais parfaitement qu’ils se font du souci pour moi, mais je pense qu’il y a autre chose. Il y a une projection de leurs propres peurs sur ma vie et mes envies ! On fait tous ça, mais c'est épuisant, pour soi-même et pour les autres. Alors comment faire pour ne plus projeter nos propres peurs sur les autres ?

Arrêtons de projeter nos propres peurs sur les autres !

Un mécanisme de défense

Il est important de comprendre pourquoi on s’inquiète pour sa sœur ou qu’on juge le comportement d’une collègue. Intimement lié au syndrome du sauveur, on projette nos inquiétudes inconscientes sur autrui. Et ce n’est pas un mal de se préoccuper des autres, mais en réalité, c’est lié à nous. D’après la théorie freudienne, la projection est un mécanisme psychique de déplacement de notre personne sur un objet, une situation ou une personne extérieure 🧠.

Il y a deux types de projections 👇 :

  • Quand on attribue à l’autre nos propres affects que l’on n’assume pas,
  • Quand on ne perçoit pas les autres objectivement, mais à travers notre propre grille de lecture émotionnelle.

🤔

Par exemple : une amie me dit qu’elle va sauter en parachute. Dans le premier cas, il s’agit des choses que l’on aimerait faire et que l’on ne fait pas, mais que l’autre fait. Dans le deuxième cas, il s’agit de se référer à nos propres ressentis. Toujours avec le même exemple, si j’ai une réaction négative comme “tu ne devrais pas faire ça, c’est dangereux”, c’est que j’ai une difficulté à gérer mes émotions comme la peur.

Expulser ses craintes

Le psychanalyste français, Jean Laplanche, explique que la projection est un moyen d’expulser de soi les qualités, les sentiments et les désirs que l’on méconnaît ou qu’on refuse. Et on le sait bien, tout ce qui est nouveau ou inconnu nous effraie. C’est donc un mécanisme de défense, puisque c’est un moyen de rejeter les anxiétés de notre subconscient. On n’est pas toutes en mesure d’affronter nos démons, donc on préfère projeter sur les autres ce qu’on n’est pas capable de faire ou de combattre.

😨 Projeter ses peurs sur les autres ne fait pas de nous une personne toxique. Il s’agit d’un moyen de se rassurer sans pour autant être totalement néfaste pour les autres.

👋 Cet article peut vous intéresser : J’ai peur d’avoir peur, comment sortir de cette boucle infernale ?

Ne pas affronter notre propre réalité

Oui, on projette sur les autres. Non, ce n’est pas conscient. Ce mécanisme se produit parce qu’il est toujours difficile d’affronter notre propre réalité. Il est toujours difficile de se voir tel que l’on est vraiment. Par conséquent, il est plus facile de s’inquiéter pour les autres que remettre en question ce dont on a peur ou nos envies refoulées. Il est beaucoup plus intolérable de faire face à soi, que de se projeter sur autrui.

💬

Lorsque j’ai annoncé quitter la région dans laquelle je vis depuis 10 ans, les réactions de mon entourage ont été vives. Tout le monde a été préoccupé : comment j’allais faire, comment j’allais nouer de nouvelle amitié, comment j’allais trouver un nouveau logement, etc. Je sais qu’il y a une réelle inquiétude pour moi, mélangé à ce mécanisme de projection. J’ai cru me laisser happer par la transmission de leur crainte, mais je me suis accrochée au fait que si je voulais le faire, c’est que j’en avais besoin. Je leur ai expliqué ainsi.

👉 Agnès Verroust, psychologue clinicienne, explique qu’on peut se remettre en question, mais remettre en question les émotions négatives procurées par les autres est beaucoup plus difficile.

Comment arrêter de projeter ses peurs ?

Certes, projeter ses peurs sur les autres nous évite d’être dans un inconfort émotionnel. Cependant, cela signifie qu’on est moins à l’écoute de ses propres envies et de ses désirs. C’est pourquoi il faut prendre conscience de ce mécanisme de défense pour reconnaître tous les aspects de qui on est. Cela nous évitera de nous poser en victime d’une vie injuste et peu clémente, tel le syndrome de Calimero. En plus de cela, ça nous évitera de nous mettre à dos notre entourage, qui pourrait nous reprocher des inquiétudes constantes.

Sortir de la projection

La première étape est la prise de conscience. Que ce soit par soi-même ou avec l’aide des autres (grâce au dialogue). Par définition, le mécanisme de projection de nos peurs sur les autres est inconscient au moment où il se déroule. C’est après coup qu’on peut faire une analyse de soi pour comprendre les peurs que l’on a. C’est le processus le plus compliqué à faire, de comprendre les peurs ancrées dans notre inconscient. 

💪 Cela se fait par l’écoute de nos émotions, par la compréhension des choses qui nous font peur ou par l’acceptation de qui on est vraiment...

Se libérer des projections des autres

S’il est essentiel de faire un travail sur soi-même, il faut aussi pouvoir se libérer des projections des autres pour ne pas s’empêcher de réaliser ses rêves. Il faut faire un travail de confiance en soi, pour se libérer du regard des autres. Plus on aura tendance à ne pas croire en soi et en nos capacités, plus il sera facile de se laisser changer par les croyances et les peurs des autres.

👉 La prise en compte de nos mécanismes de défense et ceux des autres permettent de ne pas fonder une relation sur des doutes, mais sur la confiance et de la prise en compte des chemins différents. Certes, la vie est toujours imprévisible, peuplée d’aventures inconnues, mais il faut raisonner sans le prisme de nos craintes pour aider les autres à évoluer, afin d’évoluer à notre tour.

L'avis de la rédaction : et vous ?

Nous avons tous tendance à projeter nos peurs sur les autres quand on nous annonce une nouvelle ou un changement. Nous espérons que cet article vous aura permis d'en prendre conscience et ainsi d'éviter de blesser vos proches à l'avenir. Comment avez-vous réagi quand votre meilleure amie vous a annoncé changer de région ? Quand votre collègue vous a dit qu'elle se séparait après 20 ans de couple ? 👉 Ce n'est pas un exercice facile, c'est pourquoi il peut être intéressant de réaliser ce travail sur soi avec un psychologue. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube