Je n’ai pas fait de crise d'ado = explosion à 30 ans ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai eu une adolescence très tranquille. Pas de looks improbables, pas de passion exacerbée pour un groupe de rock, pas de bêtises, pas de portes qui claquent… J’ai vraiment été une enfant sage et je n’ai jamais fait de crise d’ado. Mais j'ai peur que tout remonte et que j'explose à 30 ans. Est-ce que cela veut dire que je vais faire une crise maintenant ? Est-ce forcément lié ou pas du tout ? Je suis sûre que je ne suis pas la seule à me poser la question et à être la seule dans cette situation. Alors explications !

Je n’ai pas fait de crise d'ado = explosion à 30 ans ?

Pourquoi fait-on une crise d’ado ?

Je me souviens que je n’ai jamais été en opposition avec mes parents. C’est justement cette dernière qui est l’ingrédient principal de la crise d’ado, elle est essentiellement marquée par cela. Quand on est ado, on se cherche et on essaie de trouver sa place au sein de sa famille et de son environnement. Cette quête passe souvent par le conflit, c’est pourquoi on emploie ce terme.

Les filles ont tendance à intérioriser leur crise, comme l'explique la psychologue, Lisa Damour, car elles font plus attention au climat familial et elles se font plus discrètes. C’est une construction psychique propre aux filles, tout comme le syndrome de la bonne élève. On nous éduque de façon genrée, pour correspondre à ce qu’on attend d’une fille, qu’elle soit sage et qu'elle ne dise rien. Alors, on va garder en nous les événements sans les dénoncer. 🤬 

Par contre, une fois adulte on va être plus affirmées, surtout, on aura appris à déconstruire. Nous nous “rebellerons” face à une situation similaire !

À noter : 

Dans beaucoup de pays, la notion de “crise d’adolescence” n’existe pas. Le mot même “adolescent” est absent, comme un Afrique de l’Ouest. Il faut donc bien avoir conscience que la société a aussi son rôle à jouer dans la crise d’ado et dans le sens qu’on y met.  

Qu’est-ce qui peut provoquer une explosion à 30 ans ?

Le fait que l’on s'affirme à 30 ans n’est pas la principale raison d’une crise à cet âge-là. Un bouleversement dans notre vie peut être à l’origine de l’explosion, il s’agit alors d’une crise existentielle et identitaire. La thérapeute, Anne Keff, explique qu’on peut être perdue entre notre personnalité et les influences de notre éducation. Il faut donc faire le tri dans notre tête entre l’éducation qu’on a reçu étant jeune et ce qu’on a construit une fois adulte.

💔 En gros, il s’agit d’une dissonance cognitive provoquée par un événement comme une séparation, une reconversion pro, un déménagement, etc. 

De plus, il faut prendre en compte l’évolution de la société. L’adolescence est prolongée, on a beaucoup entendu le terme “d’adulescent”. La frontière entre l'adolescence et l'âge adulte s'efface, donc on peut traverser une crise car on n’arrive pas à s’identifier à un stade (soit ado, soit adulte). La crise a toujours une dimension de rébellion, on souhaite toujours s’affranchir d’une dépendance. Sauf qu’à l’âge adulte, l’autorité impitoyable est bien souvent celle que l’on a dans la tête…

👋 Cet article peut vous intéresser : Crise de la trentaine : le signal urgent pour changer de vie !

Pas de crise d’ado = crise à la trentaine, réellement ?

Il n’y a pas de lien à proprement parler entre la crise d’ado et la crise de la trentaine. Déjà, parce que la crise d’ado est un concept très occidental selon beaucoup de chercheurs. Et parce qu’en plus, avoir une crise correspond au changement d’un état psychique et cela peut être le lot de tout le monde.


La professeure en psychiatrie, Marie-Rose Moro, dit ceci :

L’absence de rébellion à 15 ans ne nous prédispose pas à l’explosion à 30 ans. En revanche, si une crise mal a mal été cicatrisée, elle peut en recréer une plus tard. Ce qui est sous-entendu par crise, correspond en réalité à un mal-être qui n’a pas été soigné ou encore un manque de confiance en soi.


On peut donc avoir été insupportable à l’adolescence et refaire une crise à 30 ans en raison de notre état émotionnel. Tout comme on peut ne jamais faire de crise, que ce soit à l’adolescence ou à la trentaine. En revanche, il faut toujours veiller à garder un équilibre personnel et à bien gérer ses émotions.

L'avis de la rédaction : aucun lien de cause à effet !

Vous l'avez compris, faire ou non une crise d'ado n'a pas d'incidence sur la suite des événements, rassurez-vous ! Cependant, si vous sentez que quelque cloche dans votre vie, que vous ne parvenez pas à vous épanouir ou que vous avez le sentiment de ne pas trouver votre place, n'hésitez pas à contacter un psychologue. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : "Under Pressure: Confronting the Epidemic of Stress and Anxiety in Girls" Lisa Damour // "Guide de psychothérapie transculturelle" Marie Rose Moro

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube