Syndrome de la bonne élève : comment s'en libérer ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai toujours entendu dire que j’étais assidue et bonne élève. Quand j’étais enfant, j’étais fière d’entendre ça et je travaillais encore plus dur. Depuis quelques années, je suis épuisée de donner le meilleur de moi-même et d’être toujours conciliante. Je me suis longtemps interdit d’être imparfaite car je ne voulais pas décevoir les gens. J’ai découvert que ce n’était pas un trait de caractère mais le syndrome de la bonne élève. Les femmes en sont très souvent victimes et il nous empêche de nous épanouir et de nous affirmer. Qu’est-ce que le syndrome de la bonne élève et comment s’en défaire ? Explications.

Syndrome de la bonne élève : comment s'en libérer ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que le syndrome de la bonne élève ?

Les psychologues et sociologues s’accordent à dire que ce syndrome touche majoritairement les femmes. La société accorde le droit aux hommes d’avoir des défauts tandis que nous, les femmes, devons être parfaites. Nos corps doivent correspondre aux diktats de la minceur et de l’éternelle jeunesse, mais notre comportement doit aussi être en adéquation avec ce qu’on attend de nous. Ne pas déranger, être soigneuse et appliquée, c’est ce qu’on m’a appris lorsque j’étais petite. Tandis que les petits garçons autour de moi étaient encouragés à découvrir, s’affirmer, prendre la parole, etc. 👉 Pourquoi demande-t-on toujours aux femmes de sourire ? Je souris si je veux !

C’est une construction psychique dans laquelle on trouve satisfaction à être félicitée par autrui grâce à un comportement docile et zélé. Sauf que ce syndrome est toxique pour notre épanouissement personnel et qu'il nous empêche de développer notre assertivité.  

La construction du syndrome

Ce syndrome se construit depuis la petite enfance. Si mes parents n’ont pas participé au développement des stéréotypes liés aux filles, mon entourage, plus global, le faisait. Il fallait avoir un comportement de petite fille sage ! Et ça s’est consolidé avec la scolarité. Je me suis acharnée à avoir de bonnes notes pour obtenir l’approbation de mes professeurs.

➡ Les victimes de ce syndrome vont associer les félicitations et les encouragements au travail fourni. Le syndrome de la bonne élève, c’est aussi l’impossibilité de remettre en cause l’autorité ou même de penser à oser dire non… Résultat : lorsqu'on est adulte, on ne parvient pas à affirmer nos propres envies. Le syndrome de la bonne élève est un frein à l’épanouissement personnel puisqu’on est habitué à vouloir faire plaisir et à ne pas contredire.  

Comment détecter le syndrome de la bonne élève ?

Pour savoir si comme moi, vous êtes victime du syndrome de la bonne élève, notez le nombre de fois où vous vous êtes reconnue dans les caractéristiques suivantes :

  • Un perfectionnisme exacerbé (si ce n’est pas parfait, ça n’en vaut pas la peine).
  • Impossibilité de dire non ou de remettre en cause l’autorité.
  • Le besoin d’être serviable et utile aux autres.
  • Ne pas oser dire ce que l’on pense (pour avoir l’approbation des autres).
  • La peur de contrarier ou décevoir autrui (et vouloir éviter le conflit).
  • Lutter pour le bonheur des autres quitte à en oublier le sien.
  • Manquer de confiance en soi.
  • Attendre une approbation pour agir (ne pas avoir un libre arbitre).

Comment se débarrasser du syndrome de la bonne élève ?

Tout comme le syndrome de l’imposteur, il faut apprendre à se débarrasser de celui-ci pour s’épanouir. S'effacer à ce point ne peut être que nocif et dévastateur. Pour commencer, désobéir ou dire non a été une première étape vers la libération. Si mon collègue me demandait de l’aide pour la énième fois pour mettre en page son rapport, je lui disais que je ne pouvais pas. L’humour peut-être un solide allié dans ce genre de situation et surtout il faut se rappeler que nous ne disons pas non à une personne mais à une demande.

Remettre l’autorité en cause va être une sorte de crise d’adolescence nécessaire pour s’affirmer. Sans envoyer promener son manager d’un coup, on peut dire à ses amis que la destination des prochaines vacances en groupe ne nous plaît pas. Étape par étape, on va pouvoir dire ce que l’on pense sans avoir peur du conflit. Il est important de se questionner également. Qu’est-ce qui nous ferait vraiment plaisir ? Et pas qu'est-ce qui ferait plaisir aux autres ? Il faut apprendre à se détacher du système de récompense peu à peu pour aller vers son propre système de satisfaction. Se demander régulièrement pourquoi on agit nous aidera à remettre tout en question pour comprendre notre comportement.

➡ Le plus important est d’être accompagnée. J’ai pris la décision d’avoir un suivi psychologique pour m’affirmer et me détacher de ce syndrome. Et si un jour, j’ai une petite fille, je n’ai pas envie de reproduire ce schéma pour l’aider à se construire en tant que femme forte.

L'avis de la rédaction : vous avez le droit à l'erreur !

Derrière le syndrome de la bonne élève, se cache un risque d'épuisement psychologique et physique, surtout quand ce comportement se retrouve dans le monde de l'entreprise. Pour vous en détacher, cessez de croire qu'il faut toujours faire mieux, tout le temps. Plus facile à dire qu'à faire... Commencez par vous mettre en tête que votre boss n'est pas votre professeur. La relation qui vous lie est un véritable échange, il a besoin de vos compétences et vous répondez à ses besoins. 💪 Enfin, créez votre légitimité, donnez-vous le droit à l'erreur et prenez confiance en vous ! Et si malgré tout, vous ne parvenez pas à sortir de ce rôle de bonne élève, n'hésitez pas à contacter un spécialiste.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach

Mais aussi :

Sources : L’impact du syndrome de la bonne élève sur sa carrière - Medium - D'où provient le syndrome de la bonne élève ?Marie Claire - Qu’est-ce que le syndrome de la bonne élève et comment s’en défaire ?Madmoizelle

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Les plus beaux compliments à faire à une personne qu'on aime

Aujourd’hui nous sommes le 1er mars et c’est la journée mondiale du compliment. Cela peut paraître bête, mais on oublie bien souvent de complimenter les gens que l’on aime. Pourtant, c'est important de le faire, c’est tellement gratifiant d’en donner et agréable d’en recevoir. C’est pourquoi je vous ai préparé des compliments à partager avec vos proches, pour vous guider dans les bons mots à dire. 3, 2, 1, c’est parti !

La naïveté, un défaut ou une qualité ?

Je suis clairement naïve. Trop peut-être ? Je ne sais pas. Parfois c'est drôle (pour les autres) et parfois c'est un peu pathétique. Finalement, je crois que j'ai bon fond et il arrive fréquemment que je sois surprise, pour ne pas dire choquée, presque dégoûtée, par les actions ou les décisions des autres. Est-ce que c'est dur à vivre ? Alors oui, parfois je tombe de haut, mais souvent, j'ai tendance à penser que ma naïveté me protège. Est-ce que ça me rend stupide ? En tout cas, ça ne m'empêche pas, je crois, d'avoir de l'esprit. Mais est-ce que j'ai raison ?

Test d’amitié : connaissez-vous bien vos amis ? 50 questions pour le découvrir

Un jour, j'ai appris qu'une amitié sur deux n'était pas réciproque. Ce chiffre est assez perturbant, mais finalement pas si étonnant que ça. Quand on devient adulte, les priorités changent et il arrive qu'on s'éloigne un peu ou que l'on se fasse de nouveaux amis... et qu'on en oublie d'autres ! Pour savoir où on en est de ses amitiés ou apprendre à mieux se connaître, il y a une méthode très efficace : 50 questions pour se connaître par cœur et (re)nouer les liens.

Stress financier : comment y faire face ? Quel impact sur notre travail ?

Ce week-end, j'ai fait l'autruche. Lundi, la réalité est bien là : dans mon frigo un bout de comté tient compagnie à 3 œufs, sur mon bureau deux factures me fusillent du regard et au bout du fil le garagiste m'annonce 2.000 euros de réparation. C'est la fin du mois, je suis à sec et malgré ça je devrais faire bonne figure au boulot. Ça va être tendu !

Comment moins dépenser ? Nos astuces pratiques pour économiser de l’argent

Dépenser moins et constater un impact sur notre budget à court terme, c’est possible. Logement, alimentation, shopping, loisirs, voiture… Comme notre porte-monnaie, nous devons nous plier en quatre pour gérer convenablement nos frais et allouer un juste budget selon le type de dépenses. Aussi, voici quelques astuces touchant à plusieurs domaines de la vie quotidienne. N’hésitez pas à faire grandir cette liste en partageant vos conseils dans la barre de commentaires en bas de cet article.

10 podcasts érotiques pour faire grimper la température 🔥

Le porno n’a jamais trop été ma tasse de thé. En revanche, j’ai découvert les podcasts érotiques et je dois avouer que ça m’a plu ! Déjà, parce qu’ils sortent du schéma classique très hétéronormé, on explore des points de vue érotiques pour les femmes, pour les personnes LGBTQ+, etc. On retrouve des témoignages, des fictions, des jeux de rôles… Chacun peut vraiment y trouver son compte ! Donc enfilez vos écouteurs et préparez-vous à découvrir des moments auditifs qui vont faire grimper la température !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Comment gérer une séparation, une rupture ? Par Laurence Dispaux, psychologue- sexologue

27 février · Wengood

30:02


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube