Syndrome de la bonne élève : comment s'en libérer ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai toujours entendu dire que j’étais assidue et bonne élève. Quand j’étais enfant, j’étais fière d’entendre ça et je travaillais encore plus dur. Depuis quelques années, je suis épuisée de donner le meilleur de moi-même et d’être toujours conciliante. Je me suis longtemps interdit d’être imparfaite car je ne voulais pas décevoir les gens. J’ai découvert que ce n’était pas un trait de caractère mais le syndrome de la bonne élève. Les femmes en sont très souvent victimes et il nous empêche de nous épanouir et de nous affirmer. Qu’est-ce que le syndrome de la bonne élève et comment s’en défaire ? Explications.

Syndrome de la bonne élève : comment s'en libérer ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que le syndrome de la bonne élève ?

Les psychologues et sociologues s’accordent à dire que ce syndrome touche majoritairement les femmes. La société accorde le droit aux hommes d’avoir des défauts tandis que nous, les femmes, devons être parfaites. Nos corps doivent correspondre aux diktats de la minceur et de l’éternelle jeunesse, mais notre comportement doit aussi être en adéquation avec ce qu’on attend de nous. Ne pas déranger, être soigneuse et appliquée, c’est ce qu’on m’a appris lorsque j’étais petite. Tandis que les petits garçons autour de moi étaient encouragés à découvrir, s’affirmer, prendre la parole, etc. 👉 Pourquoi demande-t-on toujours aux femmes de sourire ? Je souris si je veux !

C’est une construction psychique dans laquelle on trouve satisfaction à être félicitée par autrui grâce à un comportement docile et zélé. Sauf que ce syndrome est toxique pour notre épanouissement personnel et qu'il nous empêche de développer notre assertivité.  

La construction du syndrome

Ce syndrome se construit depuis la petite enfance. Si mes parents n’ont pas participé au développement des stéréotypes liés aux filles, mon entourage, plus global, le faisait. Il fallait avoir un comportement de petite fille sage ! Et ça s’est consolidé avec la scolarité. Je me suis acharnée à avoir de bonnes notes pour obtenir l’approbation de mes professeurs.

➡ Les victimes de ce syndrome vont associer les félicitations et les encouragements au travail fourni. Le syndrome de la bonne élève, c’est aussi l’impossibilité de remettre en cause l’autorité ou même de penser à oser dire non… Résultat : lorsqu'on est adulte, on ne parvient pas à affirmer nos propres envies. Le syndrome de la bonne élève est un frein à l’épanouissement personnel puisqu’on est habitué à vouloir faire plaisir et à ne pas contredire.  

Comment détecter le syndrome de la bonne élève ?

Pour savoir si comme moi, vous êtes victime du syndrome de la bonne élève, notez le nombre de fois où vous vous êtes reconnue dans les caractéristiques suivantes :

  • Un perfectionnisme exacerbé (si ce n’est pas parfait, ça n’en vaut pas la peine).
  • Impossibilité de dire non ou de remettre en cause l’autorité.
  • Le besoin d’être serviable et utile aux autres.
  • Ne pas oser dire ce que l’on pense (pour avoir l’approbation des autres).
  • La peur de contrarier ou décevoir autrui (et vouloir éviter le conflit).
  • Lutter pour le bonheur des autres quitte à en oublier le sien.
  • Manquer de confiance en soi.
  • Attendre une approbation pour agir (ne pas avoir un libre arbitre).

Comment se débarrasser du syndrome de la bonne élève ?

Tout comme le syndrome de l’imposteur, il faut apprendre à se débarrasser de celui-ci pour s’épanouir. S'effacer à ce point ne peut être que nocif et dévastateur. Pour commencer, désobéir ou dire non a été une première étape vers la libération. Si mon collègue me demandait de l’aide pour la énième fois pour mettre en page son rapport, je lui disais que je ne pouvais pas. L’humour peut-être un solide allié dans ce genre de situation et surtout il faut se rappeler que nous ne disons pas non à une personne mais à une demande.

Remettre l’autorité en cause va être une sorte de crise d’adolescence nécessaire pour s’affirmer. Sans envoyer promener son manager d’un coup, on peut dire à ses amis que la destination des prochaines vacances en groupe ne nous plaît pas. Étape par étape, on va pouvoir dire ce que l’on pense sans avoir peur du conflit. Il est important de se questionner également. Qu’est-ce qui nous ferait vraiment plaisir ? Et pas qu'est-ce qui ferait plaisir aux autres ? Il faut apprendre à se détacher du système de récompense peu à peu pour aller vers son propre système de satisfaction. Se demander régulièrement pourquoi on agit nous aidera à remettre tout en question pour comprendre notre comportement.

➡ Le plus important est d’être accompagnée. J’ai pris la décision d’avoir un suivi psychologique pour m’affirmer et me détacher de ce syndrome. Et si un jour, j’ai une petite fille, je n’ai pas envie de reproduire ce schéma pour l’aider à se construire en tant que femme forte.

L'avis de la rédaction : vous avez le droit à l'erreur !

Derrière le syndrome de la bonne élève, se cache un risque d'épuisement psychologique et physique, surtout quand ce comportement se retrouve dans le monde de l'entreprise. Pour vous en détacher, cessez de croire qu'il faut toujours faire mieux, tout le temps. Plus facile à dire qu'à faire... Commencez par vous mettre en tête que votre boss n'est pas votre professeur. La relation qui vous lie est un véritable échange, il a besoin de vos compétences et vous répondez à ses besoins. 💪 Enfin, créez votre légitimité, donnez-vous le droit à l'erreur et prenez confiance en vous ! Et si malgré tout, vous ne parvenez pas à sortir de ce rôle de bonne élève, n'hésitez pas à contacter un spécialiste.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach

Mais aussi :

Sources : L’impact du syndrome de la bonne élève sur sa carrière - Medium - D'où provient le syndrome de la bonne élève ?Marie Claire - Qu’est-ce que le syndrome de la bonne élève et comment s’en défaire ?Madmoizelle

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La blessure de trahison : pourquoi ça fait aussi mal de se faire trahir ?

S'il y a une chose que j'ai beaucoup de mal à pardonner dans une relation, qu'elle soit amicale, amoureuse ou familiale, c'est la trahison. On se sent sale, diminué. La trahison, c'est la mort brutale de la confiance. Tous les souvenirs heureux semblent salis, factices. On doute de tout, on ne sait plus à quoi, à qui se raccrocher. Pour mieux comprendre cette blessure émotionnelle complexe, j'ai décidé de vous en parler.

5 étapes pour pouvoir surmonter une trahison amoureuse

J'ai déjà été trompée par le passé, par un ex. J'ai vécu cela comme la pire des trahisons, car j'ai eu vraiment la sensation d'être bafouée et que je ne méritais pas d'être respectée. La trahison amoureuse, c'est sans doute la pire, par le biais de la tromperie. Alors comment s'en remettre et se reconstruire ? Il y a 5 étapes à surmonter pour pouvoir avancer avec cette blessure...

Blessure de rejet : la comprendre et l'accepter pour en guérir

Rupture amoureuse, dispute familiale, licenciement… On a toutes vécu un jour la sensation d’être rejetée, exclue ou mise à l’écart. Certaines arrivent à rebondir assez rapidement, quand d’autres en soufre de manière persistante. Pour ma part, j’ai compris comment avancer, car j’ai mis des mots : cela s’appelle une blessure de rejet. Comment peut-on souffrir d’une telle peur du rejet ? Comment en guérir et avancer ? Explications.

Névrose abandonnique : comment gérer le sentiment d’abandon ?

Avoir peur de finir seul·e. Qui n'a jamais eu ce sentiment ? Je crois qu'on a tous et toutes en nous cette crainte d'être abandonné. Cependant, pour certaines personnes, ça va plus loin, au point qu'elles donnent tout à leur proche, même les choses les plus folles et au point de s'épuiser. Ce comportement est révélateur de la névrose abandonnique, c'est-à-dire, la peur d'être abandonné. Alors, voici comment la détecter et s'en défaire.

Les 5 blessures de l'âme : tout savoir pour ne plus souffrir

Rejet, abandon, trahison, humiliation, injustice… Autant de mots qui n'évoquent pas quelque chose de positif et qui correspondent aux 5 blessures de l’âme. L’autrice canadienne, Lise Bourbeau, a publié un livre à ce propos et elle explique en quoi les blessures émotionnelles nous affectent et nous perturbent. À cause d’elles, on s’empêche d’être nous-même, c’est pourquoi, il faut les connaître et les décrypter pour se débarrasser de sa souffrance.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube