Famille toxique, comment la reconnaître ? 5 signes qui ne trompent pas

Mis à jour le par Camille Lenglet

Des montagnes russes. Voilà comment je pourrais définir ma relation avec ma famille, il y a des hauts et des bas. Je ne dirais pas que c’est une famille toxique, enfin du moins, pas sur tous les points. Oui, il y a plusieurs aspects qui peuvent nous montrer que l’on est entouré par une famille qui a un impact négatif sur notre santé mentale. Comment reconnaître une famille toxique du coup ? Voici les 5 signes qui ne trompent pas.

Famille toxique, comment la reconnaître ? 5 signes qui ne trompent pas

Les 5 signes pour reconnaître une famille toxique

1 – Les critiques et moqueries blessantes

Commençons par le premier signe : les critiques et les moqueries. Personnellement, je suis particulièrement touchée par l’infantilisation familiale et les critiques de mes choix, alors que j’ai 33 ans 😅. Il peut y avoir des critiques constructives et bienveillantes, mais lorsque ce sont des reproches et des incompréhensions quant à nos choix, ce n’est pas sain. Pire encore, cela peut aller jusqu’aux moqueries avec des remarques cinglantes 😔. 

Comment on les repère ? 

Pas facile d’identifier des red flags quand on a toujours baigné dans un environnement familial toxique 😥... Généralement, les reproches se traduisent par la question “pourquoi tu as fait ça” ou bien encore par les conseils non sollicités du type “à ta place, j'aurais fait ça, tu devrais donc…”. 

Les moqueries, elles, se font sur tous les plans, autant notre apparence physique (“tu as encore pris du poids non ?”), que notre statut amoureux, voire notre choix de partenaire, que sur notre santé, notre travail ou encore nos difficultés financières… Bref, on ne se sent jamais à la hauteur avec une telle famille. Bonjour le complexe d’infériorité et la mauvaise estime de soi 🥴… 

👋 Cet article peut vous intéresser : Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles

2 – La manipulation émotionnelle

Des parents toxiques feront tout pour nous faire culpabiliser 🤕. “Pourquoi tu ne viens jamais nous voir ? On a acheté une grande maison exprès pour vous accueillir avec ta petite famille”. Voilà une phrase typique qui retranscrit une technique de manipulation où on porte le poids et les émotions de son entourage. 

Sauf que l’on n’est pas responsable des émotions de ses parents et/ou de sa famille. Chacun doit apprendre à gérer ses propres ressentis, mais comme l'explique le psychologue, Murray Bowen, dans une famille toxique, les individus sont tellement enchevêtrés émotionnellement, qui ont du mal à fonctionner de manière indépendante

Cependant, si les parents sont tristes de ne pas voir les enfants, peut-être faut-il qu’ils se remettent en question sur leurs comportements ? Question rhétorique, bien évidemment 😓. Cependant, il sera bien plus facile et accessible psychologiquement de faire culpabiliser les autres que de se plonger en soi. 

Dispute entre un père et sa fille

On ne doit rien à personne, mais la culpabilité est un moyen de parvenir à ses fins pour une famille nocive.

3 – Une volonté de contrôle

Peu importe le type de relations toxiques que l’on rencontre, un point commun à toutes, c’est la volonté de contrôler l’autre.  Avec le cercle familial, cela peut commencer dès l’enfance où les parents peuvent imposer de voir tel camarade ou de pratiquer telle activité, puis se poursuivre à l’adolescence avec l’imposition d’un cursus scolaire ou d’un métier précis. Ce contrôle se perpétue à l’âge adulte évidemment, car l’entourage a en tête que l’on doit toujours apprendre et faire selon leur vision des choses 😟. 

Sauf que voilà, tout le monde est différent et personne ne fonctionne de la même manière. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas les mêmes aspirations ou la même façon de faire, que l’on va mal finir… Cependant, certaines personnes sont tellement butées et obstinées, qu’elles feront tout pour nous contrôler, quitte à nous rendre la vie impossible

4 - Des conflits constants

Une famille toxique, c’est aussi des conflits constants. Cela peut être pour des choses sérieuses comme insignifiantes, tout prend des proportions énormes. Même si les personnes n’ont peut-être pas de profonde volonté de nuire, il y a quand même un problème : elles ne s’écoutent pas. En effet, une relation toxique ne veut pas forcément dire qu’il y a de la manipulation. Cela peut passer par d’autres comportements, dont l’absence d’écoute. Cela prouve qu’il y a un comportement auto-centré, l’entourage est incapable de se mettre à notre place. Si en plus, on a pris la même habitude, car c’est l’éducation que l’on a reçue, la communication devient impossible. 

Écouter, c’est empêcher les conflits de s’installer et montrer une volonté de s’adapter et de trouver des compromis. Cela fait partie de la communication non violente et c’est la seule solution pour apaiser les tensions. À partir du moment où chaque membre de la famille décide de faire preuve d’écoute, il peut y avoir moins de conflits. Encore faut-il que chacun fasse preuve de bonne volonté 😩… 

👋 Cet article peut vous intéresser : Peut-on véritablement couper les ponts avec sa famille ? 

5 – Les émotions négligées

Généralement, le point précédent est lié à celui-ci. Quand on n’écoute pas les autres, cela veut dire que l’on ne prend pas en considération leurs émotions. La négligence émotionnelle est un aspect bien connu de la relation toxique comme l'explique la psychologue, Susan Forward :"Les parents toxiques sont des personnes qui causent des dommages émotionnels à leurs enfants et créent un climat de peur, de rejet ou d'abus."

Cela peut commencer dès la petite enfance avec des phrases comme “Tu t’es fait mal ? Oh ça va, ce n’est RIEN. En apparence, cela peut paraître anodin, mais cela montre juste que les émotions de l’enfant n’ont pas été considérées ❌. À force, cela peut même être considéré comme une violence éducative ordinaire. Bien évidemment, si cela s’est instauré pendant l’enfance, à l’âge adulte, c’est la même chose qui se poursuit : “Tu t’es séparé ? Oh ne t'inquiète pas, t’en retrouveras un·e autre”. Encore une fois, cela montre un manque d’empathie, d’écoute et de volonté d’aider


Jeune femme triste

À terme, la famille toxique peut avoir des conséquences néfastes, comme un déséquilibre émotionnel, des troubles de la personnalité ou encore une dépendance affective. Oui, elle est souvent à l’origine de nos blessures, c’est pourquoi, il faut prendre ses distances pour se protéger 😕.

L’avis de la rédaction : se libérer de sa famille 

L’avantage de l’âge adulte, c’est que l’on n’est plus obligé de supporter sa famille. Néanmoins, se libérer d’une famille toxique se fait difficilement seul·e. C’est pourquoi, il est intéressant de consulter un psychologue pour parvenir à prendre du recul. Au-delà de travailler sur la séparation, c’est un bon moyen de se reconstruire et de guérir de ce qui a pu être traumatisant. Si vous avez reconnu votre entourage dans les points énoncés, n’hésitez donc pas à vous faire accompagner. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Sources : "Toxic Parents: Overcoming Their Hurtful Legacy and Reclaiming Your Life" - Susan Forward, Livre "La différentiation du soi" Murray Bowen

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube