Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?
Sommaire : 

Pourquoi j’ai le sentiment de ne rien avoir en commun avec ma famille ?

Selon l’Ifop, 53 % des Français associent la famille au bonheur, 44 % au partage et 34 % à la solidarité. Sauf que ce n’est pas le cas pour tout le monde, dont moi 😅 ! J’ai donc fait une petite introspection afin de me demander pourquoi j’avais le sentiment de ne rien avoir en commun avec ma famille.

La distance et un contexte différent

Lorsque j’étais plus jeune, je n’avais pas le sentiment d’être différente de mon entourage. Seulement, à 18 ans, j’ai quitté le domicile familial pour partir faire mes études supérieures. Comme nous habitions à la campagne, je suis partie en ville, à plusieurs heures de route 🚗. Plus le temps a passé, plus je me suis éloignée géographiquement. Cette distance physique a augmenté la distance émotionnelle… Nous nous sommes vus de moins en moins et évidemment, nous avons évolué différemment. 

👉 Nos vies influencent nos caractères et cela peut creuser le sentiment d'écart avec nos familles. C'est encore plus vrai lorsqu'il y a un changement de statut social 😫 ! 

Des conflits familiaux

Parallèlement à mon indépendance, ma grand-mère maternelle est décédée. Ça n’a pas été simple de traverser les étapes du deuil, surtout que combiné à cela, ma famille a implosé 🤯. En effet, ma grand-mère cachait tous les secrets de famille, donc lorsqu’elle nous a quittés, tout est remonté à la surface ! Des histoires vieilles de 30 ans, voire plus, sont réapparues entre les différents membres de la famille, ce qui n’a fait qu’envenimer les choses. Épuisée par cela, j’ai pris de la distance, car je n’arrivais pas à gérer la rancœur des uns et des autres. 

Ce n’est qu’au décès brutal de ma propre mère que les tensions se sont apaisées. Tout le monde a compris que cela ne servait à rien de se quereller pour des vieilles histoires, mais pour moi, il était trop tard 😢.

Cet article peut vous intéresser >>> Parents toxiques : comment je leur ai échappé ?

Un décalage générationnel

Autre point que j’ai constaté avec les années, c’est l’aspect générationnel qui cause l’éloignement. Nos préoccupations sont différentes, mais ce n’est pas le plus complexe. Les plus âgés ont grandi avec une éducation peu bienveillante et n’ont pas été sensibilisés à la santé mentale 😅. C’est l’amour vache qui prime, donc on est loin de l’écoute et de la communication non violente que je m’efforce de mettre en place. Il est vraiment complexe de faire face à cette vieille école qui ne cesse de dire “moi de mon temps, on ne faisait pas comme ça hein, c’était à la dure et puis c’est tout !”. J’ai beau expliquer que ce n’est pas une raison pour gérer les relations ainsi, beaucoup n’en font qu’à leur tête 🤦‍♀️… Difficile de s’investir dans une relation familiale où les valeurs positives circulent peu.

Une incompatibilité réelle

C’est pour toutes ces raisons que je me sens différente des autres membres de ma famille. La psychiatre et psychanalyste Marie-Claude Gavard, explique aussi que des frustrations rencontrées pendant l’enfance peuvent être à l’origine de cette incompatibilité. On n'a jamais eu la sensation d’être compris, ce qui creuse le fossé 😫. À cela s’ajoute la culpabilité d’être celle que l’on est et qui n'a pas forcément suivi le chemin escompté par la famille. Sans compter le changement de statut social dans les familles les plus pauvres... Cela peut provoquer une blessure narcissique, car eux n’ont pas eu la même évolution 😓.

Ne pas être compatible avec sa famille, c’est OK !

On l’a bien compris, il peut y avoir plusieurs raisons légitimes qui font que l’on est incompatible. Le plus complexe est maintenant d’accepter cette différence. Pour ma part, ça m’a pris du temps avant de voir ma famille telle qu’elle est vraiment. J’ai grandi avec les films de Noël où tout était parfait et où les familles étaient fusionnelles 🙃. Le chemin a été long pour comprendre que ce n’était pas ma réalité et que c’était OK. Il est nécessaire d’accepter le fait d’être différente de sa famille et de ne pas se retrouver en eux 🤷‍♀️.

Que faire face à cette incompatibilité familiale ?

Même si on est incompatible, est-ce pour autant une raison de faire une rupture familiale ⚡ ? Le choix dépend de chaque personne et de l’historique familial. Pour ma part, même s’il y a eu un éloignement, des intérêts différents et surtout une incompréhension, j’essaie de conserver le lien. Lorsque j’ai perdu ma mère, ce fut un tsunami dans ma vie 💔. J’ai compris ce jour-là que, peu importent nos différences, j’aimais ma famille et ils font partie de mon identité.

Trouver un équilibre

Il faut donc trouver un équilibre entre le fait de prendre de la distance et de prendre sur soi. La distance géographique est toujours là, par conséquent, ça m’évite d’être toujours confrontée à l’entièreté de ma famille. Cela me permet de choisir le moment où je veux les voir et d’être suffisamment “armée” pour prendre sur moi. J'affronte ainsi plus facilement les conflits ou les remarques désagréables 👍.  Néanmoins, si votre famille est plus ouverte que la mienne en matière de santé mentale, il est toujours possible d'envisager une thérapie familiale. Même s'il y a incompatibilité, cela ne veut pas dire que l'amour est absent et qu'on n'a pas le désir de progresser ensemble 🤗.

⚠️ 
Bien sûr, cela n’est valable que si on a pour désir de rester en contact avec sa famille. Il y a des personnes pour qui il est impossible de maintenir le lien à cause de raisons traumatiques comme des violences psychologiques. Dans ce cas-là, la priorité est de prendre soin de soi et de guérir des événements douloureux 🤕…

La possibilité de choisir sa famille

Il faut garder à l’esprit que la famille ne s’incarne pas uniquement par les liens du sang. On peut choisir de se recréer une famille, surtout si on a lourd passé familial. On entend souvent qu’on ne choisit pas sa famille, mais ses amis oui ! On peut donc s’entourer de personnes bienveillantes qui nous tirent vers le haut et avec lesquelles on a des atomes crochus. Puis en vieillissant, on peut aussi décider de fonder sa propre famille et de se concentrer sur cette nouvelle sphère. Après tout, l’amour familial s’incarne de différentes manières. Le tout est d'être en paix avec soi et ceux qui nous entourent 🙂 !

Cet article peut vous intéresser >>> 11 citations sur la famille, qu'on l'aime ou qu'on le déteste !

L'avis de la rédaction : des relations complexes

Les relations familiales ne sont jamais simples, on ne choisit pas famille alors on fait avec, tant bien que mal. Parfois, ça se passe bien, parfois c'est plus compliqué, c'est alors difficile, comment expliquer qu'on ne s'entend pas avec son propre sang ? Pourquoi sommes-nous si différents ? Pourquoi nous font-ils nous sentir mal ? Ces questions sont complexes et ramènent à notre enfance, à nos expériences passées, à d'anciens traumatismes etc. C'est pourquoi il peut être intéressant de prendre rendez-vous avec un psychologue afin de mieux comprendre cette histoire familiale et d'apprendre à la gérer de la meilleure des façons pour notre bonheur. N'attendez pas pour prendre rendez-vous.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.