Le syndrome de la fille aînée, pourquoi est-ce problématique ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Je suis la troisième et dernière née de ma fratrie. Alors du coup, non, je ne suis pas l’aînée de la famille. Je ne suis pas concernée par le syndrome de l’aînée, pourtant j’en ai entendu parler, notamment dans la sphère féministe. Eh oui, parce que c’est un syndrome qui concerne spécifiquement les femmes… Mais qu’est-ce donc que le syndrome de l’aînée ? Pourquoi est-ce problématique ? Je vous explique tout.

Le syndrome de la fille aînée, pourquoi est-ce problématique ?

Qu’est-ce que le syndrome de la fille aînée ?

On sait déjà que la place dans la fratrie a son importance, mais pourquoi l’aînée, en particulier la fille aînée, aurait une particularité en plus 🤔 ? Je parie que les femmes qui sont nées en premier savent déjà où je veux en venir. Généralement, la première-née va avoir plus de responsabilités que les autres enfants de la famille. En effet, l’aînée va s’occuper de ses petits frères et sœurs, faire la vaisselle, les assister dans leurs devoirs… En bref, elle aura une charge mentale dès l’enfance. 

Le syndrome de la fille aînée n’est pas un syndrome psychologique avéré et vérifié, mais il est là pour dénoncer un phénomène de société. C’est pourquoi beaucoup de femmes témoignent sur les réseaux sociaux sous les hashtags #eldestdaughtersyndrome et #oldestdaughtersyndrome pour parler de cet "parentification" de la petite fille 👧. 

Pourquoi cela ne concerne que les filles ?

C’est comme ça que j’ai entendu parler du syndrome de la fille aînée, parce que ce syndrome concerne spécifiquement les petites filles. Pourquoi ? Pour la "simple raison" que nous sommes dans une société qui attend des femmes et des filles qu’elles s’occupent des autres et ce, depuis leur plus jeune âge. 

Comme l’explique la coach Michelle Elman, les petites filles intègrent dès leurs jeunes années qu’elles doivent prendre ce rôle que l’on attend d’elle. C'est-à-dire, le fait d'être là pour les autres, de s'occuper des tâches et de servir les garçons / les hommes. D’ailleurs, c’est ce que montre un petit reportage de l’INA à propos d’Aziza, une fille qui se plaignait de faire toutes les tâches ménagères, y compris celles de ses frères, dans les années 90 👇 :

null

Bon, dans son cas, Aziza était la cadette, mais elle avait trois grands frères qui ne l’aidaient pas. Donc, on comprend bien que c’est bien un problème patriarcal ! La position de fille aînée ne fait que renforcer ce rôle de “petite maman” 😅. 

Les conséquences du syndrome de la fille aînée

Le principal problème, c’est que cela perpétue les stéréotypes de genre. Alors, je suis sûre que la plupart des hommes ne voient pas le problème, bien au contraire. En effet, comme ils ont été éduqués comme des mâles alpha, ils pensent que c’est le rôle des femmes. D’ailleurs, il suffit de regarder certains commentaires sous la vidéo pour lire que certains pensent que les “vraies valeurs” se perdent 🙄… 

Sauf que le syndrome de la fille aînée est problématique, il a de lourdes conséquences sur nos vies de femme. Psychologiquement, cette charge mentale et les responsabilités poussent les femmes à l’épuisement, d’autant plus si c’est quelque chose qui est vécu depuis l’enfance. De plus, il y a souvent un fort sentiment d’injustice, voire de frustration et tout un tas d’émotions négatives qui peuvent naître de ce phénomène de société. 

Sans compter que cela peut pousser certaines femmes dans des relations toxiques. On leur a tellement appris à être là pour les autres qu’elles développent un syndrome du sauveur. Elles veulent aider à tout prix des hommes qui sont parfois maltraitants ou violents 😥… 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Comment reconnaître un pervers narcissique : 10 signaux forts

L’importance de déconstruire le rôle de la fille aînée

Quand on voit les conséquences que cela a sur les femmes qui ont subi ce rôle, il est évident qu’il ne faut pas reproduire ce schéma. Afin de l’éviter, il faut donc apprendre à déconstruire tout ce que l’on a l’habitude de connaître. Remettre en question la société est important, pour aller vers quelque chose de plus juste et plus équilibré. Il faut donc veiller à mettre en place avec ses enfants, une éducation non genrée, pour que tous soient sur un pied d’égalité ⚖️. 

Ainsi, on évite de reproduire les erreurs de ses parents et on fait en sorte que nos filles ne vivent pas la même chose que nous. Par contre, si de notre côté, l’entourage s’appuie encore trop sur nous, il est important de fixer ses limites avant que les conséquences néfastes s’installent véritablement ✋. Il n’est jamais trop tard pour agir et changer les choses, surtout quand ça concerne sa santé mentale !

L'avis de la rédaction : en prendre conscience et déconstruire

Le syndrome de la fille aînée a de sérieuses répercussions sur nos vies de femmes et de mères. Il est important d'en prendre conscience et de déconstruire ces fausses croyances qu'on nous a mises en tête. Ce travail ne se fait malheureusement pas en un claquement de doigts, il faut une prise de conscience et tout un travail sur soi pour parvenir à sortir de ce syndrome. N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin d'en parler et de mettre en place de nouvelles habitudes qui vous rendront plus heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube