Comment punir son enfant efficacement ? Ces astuces qui marchent

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

« Il est si mignon… Quand il dort !» Rien à faire des punitions, votre enfant désobéit et enchaîne les bêtises ! Conséquences : vous ne vous sentez ni respectée, ni efficace, et vos mains souffrent à cause de toutes ces fessées. Mais, bonne nouvelle, il existe des solutions pour reprendre le pouvoir ! Comment punir efficacement un enfant ? Explications.

Comment punir son enfant efficacement ? Ces astuces qui marchent

Inutile de se fatiguer ! Avant ses 1 an et demi/ 2 ans, un enfant ne comprend pas la punition : froncez les sourcils, lâchez fermement votre plus beau « non » et ça fera l’affaire. Après, c’est une autre histoire. Votre bambin grandit et son cerveau se développe… 

Parents, nous avons le choix en matière de sanctions ! A nous d’être inventifs et pertinents. Une bonne punition apprend quelque chose à l’enfant, et l’empêche de recommencer. Alors fini les fessées ! Transformez vos petits monstres en véritables anges. 

10 astuces pour punir efficacement votre enfant

1. « Pardon, tu demanderas »

C’est la première et la plus importante des étapes ! S’excuser demande un réel effort aux enfants mais constitue une punition très éducative. Le plus : vous lui apprenez la remise en question, le respect. Les enfants d'aujourd'hui sont les adultes de demain, et personne n'aime les gens qui ne savent pas ravaler leur fierté.  

2. « Un service tu rendras »

Passer l’aspirateur, nettoyer la table, il y a tellement de tâches à lui montrer ! En payant sa dette, il réalisera que ces dernières prennent du temps et qu’elles méritent d’être respectées. 

3. « Intéressant tu ne seras pas »

Si plus personne ne fait attention au clown, il comprendra qu’il n’est pas drôle et stoppera ses blagues. Avec les enfants c’est pareil. L’ignorance est la meilleure des sanctions. 

4. « Isolé, tu réfléchiras »

Cette astuce fonctionne surtout avec les plus petits qui peuvent souffrir de trouble d’anxiété de séparation. Ne plus voir ses parents (pas trop longtemps non plus) suffit pour qu’il se rende compte qu’il a mal agi. Seul avec ses bêtises, il sera bien obligé de se calmer.

5. « Ta faute, tu comprendras »

Une bonne punition s’accompagne d’explications. Si ça se trouve, votre enfant ne sait même pas pourquoi il s’est retrouvé, tout d’un coup, puni au coin (D’accord, il doit sûrement s’en douter…). Expliquer à votre bout d’chou ce qui n’allait pas dans son comportement, lui permettra de connaître les règles de la maison et les limites de ceux qui la dirige. 

6. « Tes bêtises, seul tu répareras »

Recoller ce qui a été brisé, nettoyer ce qui a été souillé… Voilà qui va responsabiliser votre mini-délinquant. Si tout son argent de poche passe dans le budget réparation, on vous garantit qu’il fera plus attention. 

7. « De ce que tu aimes, on te privera » 

Si vous le privez de dessert et que les tartes aux fruits ne l’intéressent pas, vous ne serez pas crédible. Il s'agit de toucher à quelque chose qui ne lui provoque pas de stress mais qui a une réelle importance pour lui. Vous êtes sûr que votre punition aura du sens.

8. « Le bon timing, papa/maman aura »

Une punition efficace se loupe aussi facilement qu’un train. En réagissant dans les 10 secondes qui précèdent la bêtise, à quel moment vous réfléchissez à la punition la mieux adaptée ? Il ne faut pas trop attendre non plus, car 3 heures après, votre enfant ne saura plus ce qu’il a fait de mal (merci la mémoire sélective !)


 Le saviez-vous ?

En France, une loi interdisant la fessée a été récemment votée. Eh oui, quand on blesse un enfant, il n'apprend pas !


 9. « Plus tard, on en reparlera »

Une fois que tout le monde est calmé, discutez ensemble ! Pourquoi il a désobéi ? Pourquoi cela ne vous a pas plu ? Les parents modèles utilisent la communication puisque c’est constructif ! En plus, votre petite terreur sera responsabilisée sans culpabiliser. Les rancœurs amènent souvent au conflit, alors si l’on pouvait l’éviter.. 

10. « Diviser, tu ne pourras pas »

Les sourires et les bouilles d’ange ne doivent pas vous faire craquer ! Vous vous voyez sortir un gâteau du four alors qu’il n’est pas cuit ? Non ! Vous finissez toujours ce que vous avez commencé. Allez jusqu’au bout de votre punition. Et si votre conjoint est dans les parages, assurez-vous qu’il reste de votre côté ! 


L'avis du psy : 3 règles d'or pour une punition efficace

Tout enfant a besoin de cadre, de limites pour se construire mais attention, une punition mal perçue ou trop d'autorité peuvent avoir l'effet inverse. Nuria Casanovas, 
psychologue pour enfants et adolescents nous offre 3 conseils simples pour une punition efficace. 


1. Parlez de "conséquences" plutôt que de "punitions", le mot punition est trop négatif. Expliquez à votre enfant que ces conséquences sont là pour l'aider à prendre conscience de ses actes et devenir une personne responsable.
2. Anticipez ! Énoncez clairement les règles et mettez-vous d'accord sur ce qu'il se passera si l'enfant les transgresse.
3. Des "conséquences" adaptées aux "comportements". Ajustez votre réponse en fonction du comportement de votre enfant, par exemple s'il a dessiné sur les murs, faites-lui nettoyer. S'il frappe son frère ou sa sœur, faites-lui prendre conscience de la douleur qu'il a provoqué et demandez-lui de réparer, avec un bisou magique par exemple. N'hésitez pas à faire appel à un coach si vous vous sentez débordée.

Contacter un psy


► D’autres astuces vous attendent ! Découvrez : 

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici