Entrée en maternelle : bien gérer cette étape importante

Mis à jour le par Justine Guilhem

Comme votre enfant a grandi ! Dans quelques jours, il rentrera à l’école maternelle. Pour faire ses premiers pas dans le monde des "grands", votre bout de chou aura certainement besoin d’être rassuré. Un tel changement peut l’inquiéter ou l'angoisser et vous aussi d’ailleurs ! À quoi faut-il penser ? Que vaut-il mieux éviter ? On vous accompagne pour que cette entrée en maternelle se passe bien.

Entrée en maternelle : bien gérer cette étape importante

Un événement important dans la vie de l'enfant

Vous ne vous souvenez peut-être pas de la vôtre, mais la première entrée scolaire, en maternelle est un grand événement dans la vie de l’enfant. Finies les journées à se faire chouchouter et place à la nouveauté. Cette période est d’abord marquée par la séparation : l’enfant ne passera plus sa journée aux côtés de ses parents et devra sortir du cocon familial. Et de votre côté vous allez devoir le confier à d’autres personnes. En prenant le chemin de l’école, votre bout de chou fait son entrée dans le monde 😊 ! 

S’il n’a pas connu la vie en groupe, à la crèche ou chez la nourrice, c’est donc à ce moment qu’il va apprendre à se sociabiliser, à s’affirmer, mais aussi à partager. Des valeurs primordiales pour bien vivre en société. Être ainsi « lâché dans la nature » peut paraître à la fois excitant et effrayant pour l’enfant. Vous aurez sûrement perçu quelques changements dans son comportement. En effet, le stress chez l'enfant peut perturber le sommeil, le rendre plus sensible et donc le faire pleurer plus facilement, ou le pousser à poser beaucoup de questions selon son caractère. Tout cela est normal !

 Le saviez-vous ? Selon des études, les enfants sont plus sensibles au stress causé par les changements dans leur vie que les adultes. C’est en partie parce que leur cerveau est encore en formation et qu’ils ont du mal à imaginer à l’avance les événements futurs.

Les parents aussi se posent des questions

Même s’ils ont un rôle d’adulte protecteur à tenir, les parents ont aussi leurs propres peurs et leurs questions :

👉 « Et s’il ne voulait pas manger ? » 

Il se peut que votre enfant refuse de prendre son déjeuner parce que le stress joue sur son appétit, ou parce qu’il n’a pas envie de goûter à des aliments qu’il ne connaît pas. Si c’est le cas, n’hésitez pas à lui faire prendre un petit-déjeuner copieux et à lui laisser ses gâteaux préférés pour le goûter !

👉 « Et s’il ne se faisait pas d’ami ? »

À cet âge, on fait face à beaucoup de découvertes : celle des autres et surtout celle de sa personnalité. Il est normal qu’un enfant mette plus moins de temps à se sentir à l'aise dans un groupe. Surtout s'il n'a pas encore été au contact d‘autres enfants de son âge et qu’il ne connaît personne dans son école. Ne vous affolez pas et n'intervenez qu'en cas de harcèlement scolaire ou autre souci ! Si vous tenez à lui donner un coup de pouce pour qu’il tisse des liens, proposez-lui d’inviter des camarades de classe pour jouer chez vous !

👉 « Et s'il n'aimait pas sa maîtresse/son maître ? »

Question de caractère et de compatibilité… Votre enfant peut tomber sur un enseignant avec qui le contact passe mal. Si cela arrive, ne remettez pas en cause son ressenti et montrez-lui que vous comprenez sa gêne. N’allez pas plus loin en critiquant son maître/sa maîtresse, car vous le conforteriez dans son mal-être. Au contraire, soyez un parent positif et expliquez-lui qu'il aura des professeurs différents chaque année et qu’il faut s’adapter, comme lorsqu’il sera grand dans le monde du travail ! 

📌

En résumé, n’angoissez pas à la place de votre enfant, il le ressentirait et pourrait être contaminé par cette pression. N'en faites pas trop et n'en demandez pas trop à votre enfant. Il est normal qu’il aille à son rythme et que les choses se fassent progressivement. Une dernière fois, rassurez-vous et dites-vous que tout se passera bien… car vous allez bien préparer cette date clé dans la petite vie de votre chère tête blonde !

👋 Cet article peut vous intéresser : Etes-vous un parent hélicoptère, surprotecteur ? Faites le test !

Comment préparer la rentrée en maternelle ?

Afin de rassurer petits comme grands, voici quelques conseils pour bien préparer la rentrée en maternelle :

Avant la rentrée

Une bonne préparation commence par un bon équipement 👇 :

  • Tout commence par l’achat d’un cartable et d’une boîte à goûter. En le faisant participer lors du choix, vous permettrez à votre enfant de se sentir impliqué. Il sera donc tout content d’utiliser un cartable et une lunch box qui lui plaisent !
  • Renseignez-vous auprès de l’enseignant(e), car vous pouvez, éventuellement, lui laisser un doudou ou sa tétine pour qu’il ait tout de même des repères. En plus, le doudou permet de se décrocher de ses parents, si vous n’avez pas vaporisé votre parfum sur ce dernier !
  • Dans son cartable, glissez une tenue de rechange si votre enfant n’est pas propre, ou si son inquiétude lui cause des accidents. Ainsi, il se sentira en sécurité.

Une fois que le côté matériel est assuré, il faut parler à votre enfant 👇 :

  • Pour le préparer en douceur, adoptez une attitude positive et décrivez-lui ce qu’on fait à l’école avec un ton enjoué. Ainsi, vous lui donnerez sûrement envie d’y aller !
  • Rendez-le fier, sans lui mettre la pression. Beaucoup d’enfants fonctionnent à l’affectif ; savoir que ses parents sont fiers qu’il aille à l’école va donc le valoriser.
  • Expliquez-lui le déroulement de la journée. Il doit savoir qu’un autre adulte va s’occuper de lui et d’autres enfants. Aussi, il devra bien écouter et obéir.
  • Si votre enfant appréhende la séparation, pour éviter une blessure d'abandon, insistez sur le fait que vous reviendrez dans quelques heures, que papa et maman sont au travail et que l’un ou l’autre reviendra le chercher. Précisez que ce sera tous les jours pareil.

Vous pouvez aussi lui faire visiter l’école quelques jours avant sa rentrée, ou passer devant plusieurs fois pour que les lieux ne lui soient pas totalement inconnus !

La rentrée : le jour J

Ça y est, le moment que vous redoutiez (ou pas 😬) arrive enfin ! Pour éviter que toute votre préparation tombe à l’eau, voici des exemples d’attitudes à adopter face à son enfant 👇 :

  • Responsabilisez-le : en lui demandant d’accrocher son manteau, de ranger ses chaussures, il sera d’une part distrait, et prendra d'autre part ce rituel, et son rôle d’écolier, très au sérieux.
  • Mettez-le en relation avec les autres enfants : des remarques comme « Oh regarde la petite fille, elle en a un beau cartable » pourront l’aider à faire un pas vers les autres et constater qu’il n’est pas tout seul.
  • Annoncez simplement et fermement son départ, tout en lui répétant que vous le retrouverez ce soir ! Si vous venez le chercher un peu plus tard, prévenez la maîtresse pour qu’elle évite à votre enfant d’avoir peur de l’abandon.
  • Ne revenez pas faire un énième câlin, même s’il pleure, c’est le meilleur moyen pour réactiver le chagrin ou maintenir l’angoisse.
  • Faites tout cela avec le sourire ! Ainsi, vous ne lui transmettrez que des émotions positives, il sera rassuré et saura qu’il est entre de bonnes mains.

Dites-vous que la majorité des écoliers se calme dès que leurs parents sortent de l'école. La maîtresse est là et connaît son métier !

👋 Cet article peut vous intéresser : Comment s'y prendre avec un enfant perfectionniste ?

Et après ?

Ouf ! Le plus dur est passé ! Vous allez pouvoir continuer d’assurer en suivant ces astuces :

  • Au retour de l’école, prenez un moment pour parler de sa journée avec votre enfant. Ce qu’il a aimé ou au contraire ce qui a pu le bloquer. Ensemble, vous partagerez sa joie, trouverez des solutions pour que tout se passe bien.
  • Faites des activités calmes pour préparer votre enfant au sommeil. S’il dort bien, gérer ses émotions et s’adapter à toute cette nouveauté sera bien plus facile pour lui.
  • Le week-end, adoptez une nouvelle routine qui reprenne le même rythme que l’école. Ainsi, il ne sera pas perturbé par l’heure des repas ou de la sieste.
  • Racontez à votre bout d’chou quelques-uns de vos souvenirs d’école. Vous pouvez lui montrer des photos de vous à son âge. Votre enfant sera rassuré de savoir que vous êtes passé par là et que vous comprenez ce qu’il vit.

Après tout, avec cette rentrée en maternelle, votre loulou devient grand, s'épanouit grâce à vous et c'est une très bonne nouvelle 🤗 !

L'avis de la rédaction : ne l'abreuvez pas de questions !

Après sa première journée d'école, votre enfant sera certainement épuisé par toutes ces nouveautés, c'est d'ailleurs souvent l'environnement bruyant qui le fatigue le plus, note la psychologue Christine Brunet. Le soir, évitez de lui poser trop de questions sur sa journée, vous ne feriez que lui mettre la pression en lui demandant le récit précis de sa journée et le prénom de ses camarades. Désormais, il a sa petite vie, rien qu'à lui, au sujet de laquelle il faut accepter de ne pas tout savoir. Échanger avec son institutrice, consulter ses dessins etc. sera un moyen moins intrusif de le suivre dans cette nouvelle aventure.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 

#BornToBeMe

Contacter un coach

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube