Syndrome du nid vide, quand les enfants prennent leur envol...

Mis à jour le par Justine Guilhem

Vous vous souvenez de ses premières nuits, et donc de vos premières insomnies pendant lesquelles vous vous demandiez, désespérée, pour combien de temps, vous en aviez pris ? Eh bien voilà, c’est l’heure, votre enfant a grandi et ce jeune adulte maintenant envie de quitter la maison. Et maintenant alors ? Entre déprime et bonheur de le voir évoluer, vous vous sentez perdu avec un gros syndrome du nid vide... Parlons-en alors.

Syndrome du nid vide, quand les enfants prennent leur envol...
Sommaire : 

Le baby blues acte II

Les enfants quittent le nid familial de plus en plus tard, vers l'âge parfois de 30 ans. Mais qu'importe le moment où votre enfant est devenu un adulte, ce départ vous fait tout drôle 😣. Oui, cette nouvelle phase est un moment important qui nécessite une préparation en amont pour éviter le syndrome du nid vide.

Tout comme l’arrivée d’un enfant bouleverse la vie de ses parents, son départ est aussi une révolution. Déchirement, tristesse voire morosité, la nostalgie vous agrippe… C’est le retour d’une sorte de baby blues. Les repères disparaissent, le quotidien va changer, mais en plus, vous avez l’impression que vous ne servez plus à rien. Sympa ça, mais alors, on fait quoi pour éviter ça ? D’ailleurs, le syndrome du nid vide, on y passe tous ou pas ?

Les inégalités de ce syndrome

On ne va pas se le cacher, le syndrome du nid vide touche avant tout… les mères (évidemment). Pourquoi ? Eh bien, il semblerait que les pères soient un peu moins impliqués dans l'éducation de leur enfant (ah la société patriarcale 😅!). Sans compter qu'ils montrent moins leurs émotions et veulent être un peu plus pragmatiques. Pour eux, le départ d'un enfant, c'est la suite logique, la fin d'un processus. À eux donc le sentiment du devoir accompli et à nous le sentiment de vacuité ! 

📌

Heureusement, les nouvelles générations de papas sont bien plus proches de leurs enfants et très présents dans l’éducation. Ces nouveaux pères, plus investis dans l'éducation, pourraient donc bien, eux aussi, être en proie au syndrome du nid vide.

👋 Pas envie de reproduire ce schéma ? On peut se pencher sur l'éducation non genrée !

Et les autres parents ?

Votre petit (grand) dernier vient de vous annoncer qu’il part vivre en colocation à 300 km. Aïe, vous sentez déjà ce pique au cœur et ce nœud dans la gorge, vous sentez poindre une grosse déprime… 

Vous savez quoi ? 35% des parents sont comme vous et souffrent du syndrome du nid vide. Les autres ? Les autres ne sont pas d’infâmes monstres sans cœur à la tête d'une tribu de névrosés. Les autres, sont seulement des parents, mais entre autre chose. Ce sont des parents et souvent même de bons parents, on vous rassure, qui ont simplement admis deux choses :

  • 👉 Ce sont des individus à part entière, qui sont aussi parents !
  • 👉 Si être parents est un rôle qui évolue et se modifie, les liens du cœur, eux, restent et demeurent.

La séparation : un savoir-faire

Si vous y réfléchissez, au cours de votre relation parent/enfant vous avez déjà connu des séparations : la naissance, les premières nuits dans sa chambre, la crèche, l’école, les premières colonies de vacances… Toutes ces petites séparations n’avaient pour but que de vous amener ici. Vous avez passé toutes ses étapes, avez donc appris à quitter votre enfant et que les liens du cœur étaient plus solides qu’une séparation. Pourquoi n'y arriveriez-vous pas maintenant ?

Le secret, pour supporter le départ de son enfant, c'est l'anticipation : durant leur enfance, évitez l’hypercontrôle, faites-leur confiance, rappelez-vous toujours que leur départ est inévitable et qu'il est le signe qu’ils sont devenus adultes et que vous avez donc fait du beau travail !

Vous n’avez pas anticipé ? Tout n’est pas perdu !

Oui sauf que vous, votre enfant quitte le nid dans peu de temps, vous ne pouvez plus anticiper et vous le sentez, vous n’êtes pas prête à vivre ce départ. Vous le voyez déjà tapi dans l'ombre ce sentiment d’abandon, d’inutilité, de vide… stop ! Envisagez les choses sous un autre angle. Et si le moment était plutôt venu de dire "chouette" ? Vous serez un parent à vie, mais maintenant, vous êtes libre. Oui on a bien dit libre 🥳 !

Finies les responsabilités liées à l’éducation et la contrainte d'être parent. Vous pensez vide, pensez plutôt temps pour vous. Refaites la déco, finissez enfin un livre ou une série, prenez l’apéro à l’heure que vous voulez et partez en vacances en dehors de vacances scolaires (enfin !). Pensez "chouette" parce que vous pouvez profiter de ce moment pour vous réinventer 🤩. 

S'il n'y a qu'une chose à retenir, c'est que le départ d'un enfant n'est pas une rupture. Vous restez liés et toujours en contact, le moment est juste venu pour vous d'évoluer dans votre rôle de parent et de vous préparer à aimer de nouvelles personnes : les conjoints de vos enfants, leurs beaux-parents, leurs enfants, etc.


L'avis de la rédaction - une résonance avec notre propre enfance

Le départ des enfants se vit à la lumière de notre propre enfance, comme l'explique Béatrice Copper-Royer, auteur du livre Le jour où les enfants s'en vont. "Notre réaction et notre manière de vivre ce déchirement dépendent en effet en grande partie de la manière dont nous avons nous-mêmes vécu notre propre histoire avec nos parents. Quand notre départ a été douloureux ou conflictuel, cela va forcément résonner en nous et réactiver nos souvenirs lorsque nos enfants vont partir de la maison. Il faut alors faire un travail sur soi pour comprendre ce qui est en jeu." Si vous sentez que vous n'arrivez pas à faire ce travail et que l'absence vous pèse trop, n'hésitez pas à consulter un thérapeute. Il vous aidera à vous défaire de vos émotions négatives.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psy

Mais aussi : 

Source : psychologies.com

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Je ne suis pas très famille, est-ce ok ? Suis-je une horrible personne ?

Je n’habite pas très loin de chez mes parents et pourtant je ne les vois pas si souvent. Idem pour mes beaux-parents et quelques-uns de mes oncles et tantes. Nous nous entendons bien et je crois pouvoir dire qu’en cas de besoin, nous serions là les uns pour les autres. C’est simplement que je ne ressens pas le besoin de passer du temps régulièrement avec eux. Cela fait-il de moi quelqu’un de pas « très famille » ? Ou même pire, une mauvaise personne ?! Parlons-en.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube