Profiter de la vie, qu'est-ce que ça veut dire au juste ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Depuis que j’ai soufflé mes 30 ans, je me suis fait la promesse de profiter davantage de la vie. Ayant vécu des drames, je me suis rendu compte à quel point notre existence est fragile et que le temps passe rapidement. Confucius l’a d’ailleurs dit : “On a 2 vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une”. Je ne veux pas me dire à 80 ans que je n’ai pas assez savouré et que je suis pleine de regrets. Mais qu’est-ce que cela signifie au juste de “profiter de la vie” ? Cette idée est abstraite, alors par où commencer ? Je vous explique.

Profiter de la vie, qu'est-ce que ça veut dire au juste ?
Sommaire : 

Profiter de la vie, c’est quoi ? Ma définition !

J’identifie très facilement quand je suis heureuse, tant mes émotions et mon hypersensibilité me transmettent un message. Lorsque je suis heureuse, je suis envahie par une sensation de bien-être et d’apaisement. En revanche, quand le stress et l’anxiété m’assaillent, cela s’en ressent sur mon état psychique 😫. Profiter de la vie, c’est mettre de côté toutes les émotions qui nous rendent malheureuses et qui rendent nos journées moins belles. C’est un moyen de savourer d’autant plus les petits bonheurs du quotidien, de profiter de nos proches et des activités qui nous transportent

👉 D’où l’importance de travailler sur soi pour se défaire de nos peurs et de ce qui nous empêche de vivre comme on l’aimerait.

Vivre comme si chaque jour était le dernier

Pour ne pas vivre dans le regret, je pense qu’il est primordial de voir chaque jour comme le dernier. Cela peut paraître macabre, mais ça nous donne une impulsion pour prendre des décisions qui vont contribuer à participer à notre bonheur. Même si ce sont des choix qui peuvent paraître anodins. Avoir conscience qu’on ne vivra plus jamais cette journée fait la différence 😌.

“On a 2 vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une” 

Confucius

Je ne dis pas de tout plaquer du jour au lendemain, ce serait trop risqué ! Néanmoins, même lorsque c’est lundi et qu’on a une journée de travail chargé, on doit savourer les petits plaisirs. Il faut faire en sorte de trouver du temps pour les choses qui comptent vraiment pour nous. J’ai des objectifs et des rêves en tête, que je souhaite atteindre et je fais tout pour les faire progresser un peu chaque jour en dégageant de précieuses minutes.

Fabriquer un moodboard est un bon moyen de ne pas perdre ses rêves de vue !

Les conseils pour profiter pleinement

Il est essentiel de trouver un équilibre entre ne rien faire et vivre de manière irréfléchie. Dans notre monde actuel, on ne peut pas se permettre de vivre comme s’il n’y avait aucune conséquence à nos actes. Sinon, ce serait se mettre en danger et risquer d'être dans des difficultés de plus en plus grandes 😥. Alors voici quelques conseils pour profiter pleinement de notre vie, tout en ne bouleversant par notre avenir :

1. Être alignée avec nos désirs

La première chose dont il faut prendre conscience, c’est : est-ce qu’on est alignée avec nos désirs profonds ? Parfois on fait les choses mécaniquement pour faire plaisir ou parce qu’on a peur de blesser autrui. S’écouter ne signifie pas être une personne toxique, c'est juste donner de l'importance à ce qu'on ressent. On doit aussi pouvoir accorder de l’importance aux activités et aux désirs qui nous importent.

👉 Par exemple : notre conjoint ne désire pas avoir d’enfants, mais nous si. C’est une situation déchirante et épineuse, mais il ne faut pas se forcer à rester ensemble et faire un burn-out amoureux, si les envies de chacun diffèrent à ce point. Bien sûr, ce n’est pas une décision facile, surtout quand l’amour y est mêlé 💔. Pour prendre une décision aussi importante, je dis souvent qu'il faut se demander ce que l’on regretta lorsqu’on sera âgé.

2. Ne pas avoir peur de prendre des décisions

Le plus difficile lorsqu’on décide de prendre sa vie en main, c’est de se débarrasser de la peur. Être effrayé par le changement est normal, cela montre que l’on a conscience des risques. Cependant, rester dans la peur et être paralysée par elle nous bloque et ne nous permet pas de sortir de notre zone de confort. C’est un exercice difficile, alors pour parvenir à se débarrasser de nos craintes, il y faut y aller étape par étape pour instaurer un changement. Comme rentrer dans l’eau de la piscine, c'est en y allant progressivement qu'on évite l’hydrocution 💦 !

>>> Envie d'avancer ? Nos conseils pour savoir comment changer

3. Trouver une activité professionnelle qui nous motive réellement

Qu’est-ce qui nous prend 8h par jour pendant 5 jours sur 7 ? Notre travail évidemment. C’est l’un des piliers de nos vies, alors si on est malheureuse dans notre vie professionnelle, c'est impossible de se sentir épanouie et de profiter pleinement de la vie. Confucius disait d’ailleurs :

“Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie”.

Cette phrase est très vraie, même si elle ne prend pas en compte tout un tas de paramètres comme l'inégalité des chances. Toutefois, il faut tout faire pour parvenir à changer de métier si le nôtre ne nous convient pas. Le travail est une composante essentielle de notre vie auquel on ne peut pas échapper, puisque c’est le moyen d’avoir une stabilité et des revenus. On doit faire notre possible pour trouver les solutions qui nous feront parvenir à un équilibre et une quiétude. 

4. S’entourer de personnes bienveillantes

La famille, les amis, l’amour sont un autre pilier. Il est donc important d’avoir un entourage qui a un impact positif sur nous, on ne peut pas perdre son temps avec des relations toxiques ! Même lorsqu’il s’agit de notre famille, s’il y a un passé traumatisant, c’est d’autant plus une raison valable pour s’en affranchir. Nous détacher de certaines personnes ne signifie pas que l’on ne les aime pas, mais cela veut dire qu’on a assez d’amour-propre pour continuer sans eux. On peut en plus apprendre à profiter de la vie seule, si on ne croise pas le chemin de personnes bienveillantes !

👉 Les personnes que l’on aime doivent nous tirer vers le haut, tout comme à notre tour, nous devons contribuer à leur bonheur.

“L’amour est un phénomène à double sens par lequel le receveur donne et le donneur reçoit”. Scott Peck

5. Profiter de tous les plaisirs

On a parfois le sentiment que les grands bonheurs sont les seuls à retenir. C’est une idée bien fausse ! Tous les plaisirs de la vie comptent, y compris les petits qui peuvent paraître insignifiants. On doit apprendre à être épicurienne et se contenter des plaisirs nécessaires et simples, comme savourer un bon repas. Pour cela, il faut prendre le temps de savourer les choses. Plus on apprend à le faire, plus on saisira la signification de “profiter de la vie”. Construire sa vie tout en jouissant de tous les plaisirs accessibles est un équilibre auquel il faut parvenir pour être pleinement heureuse !

L'avis de la rédaction : merci la vie !

Profiter de la vie, c'est savoir apprécier les petites et grandes joies du quotidien et quoi de mieux qu'un journal de gratitude pour les célébrer ? C'est une philosophie, un art de vivre. Et si vous avez l'impression de passer à côté de votre vie, de vous oublier en cours de route, alors il est temps de réagir. N'hésitez pas à contacter l'un de nos coachs, ensemble, vous mettrez en place de nouvelles habitudes qui vous permettront de vivre pleinement.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici