Comment cacher une grosse poitrine : et puis quoi encore ?!

Mis à jour le par Camille Lenglet

À la roulette du corps, je n’ai pas eu la grosse poitrine, mais les grosses fesses et le gros ventre. J’ai longtemps voulu avoir un peu plus de sein, sachant que tout le reste était déjà imposant. Alors quand je vois que la plupart des femmes qui ont une grosse poitrine veulent juste la cacher, je ne comprends pas. Enfin si, j’ai quelques idées sur le pourquoi de cet acte. Cependant, je pense qu’on ne devrait pas avoir à le faire et je vais aussi vous expliquer pourquoi. C’est parti !

Comment cacher une grosse poitrine : et puis quoi encore ?!
Sommaire : 

Pourquoi les femmes devraient-elles cacher leurs grosses poitrines ?

Lors de mes recherches autour du sujet, j’ai vu un tas d’objets pour cacher une grosse poitrine, que je qualifierais “d’objets de torture” 😨. Des brassières qui aplatissent un maximum, des bandages gainants, des bandes adhésives qui doivent bien arracher le duvet… Bref, tout un tas d’objets et de conseils pour camoufler une forte poitrine. Alors attention, si à cause d’un problème de santé, notamment de maux de dos ou encore d'un souci de dysphorie de genre, je comprends que l’on veuille réduire le volume de ses seins, notamment via une opération. Ce n'est en rien une critique de celles qui veulent co-exister avec une forte poitrine qui les dérange. Cependant, ce n’est pas le cas de toutes les femmes, beaucoup font cela à cause du male gaze...

L’érotisation des seins

Eh oui, c’est souvent le vrai problème qui se cache derrière la volonté de minimiser nos seins. J’ai souvent entendu dire qu’une femme qui portait un décolleté en ayant de gros seins était vulgaire. Mais à quel moment 🤯 ? Elle n’a juste pas le choix et elle a le droit de porter les vêtements qu’elle veut. Ce genre de propos me fait bondir, car cela reflète encore une fois la sexualisation de nos seins. Non, une femme qui a une forte poitrine n’est pas vulgaire, elle s’est développée comme ça. Ce n’est pas un organe sexuel fait pour contenter le regard et le désir des hommes ! On doit cacher nos tétons et nos seins, pendant que la gent masculine se promène torse nu. Ces messieurs disposent de leurs corps comme ils le souhaitent, pas nous et c’est rageant 😤.

Se défaire du regard des autres

J’aimerais dire que l’on doit juste apprendre à se détacher du regard des gens, mais ce n’est pas chose facile 😥. Cette problématique autour des grosses poitrines s’ancre dans une société patriarcale et ultra-genrée. Cependant, on ne doit pas hésiter à recadrer les personnes qui font ce genre de remarques. C’est ce que j’ai appris à faire, depuis que j’ai appris la notion de grossophobie. Dès que quelqu’un ose me faire une remarque sur mon corps, je n'hésite plus à lui dire que c'est inapproprié et que c'est un manque de respect. Nos corps et nos seins n’ont pas à être commentés et il faut, malheureusement, encore le rappeler.

Le harcèlement et les remarques déplacées

En revanche, le plus difficile est d’être confrontée aux hommes, à leurs remarques et globalement au harcèlement de rue. Lorsque j’ai un échange avec un homme qui n’est pas déconstruit sur la cause féminine, j’entends encore souvent des phrases abjectes du type : “oh bah moi ça me pose pas de problème que vous vouliez faire du topless hein, au contraire, je suis pour 😏 (me rincer l’oeil)”. *regard lubrique en prime*

En effet, quand on entend ça, on n’a envie que d’une chose : cacher sa poitrine 🤮… Clairement, il faut se protéger un maximum de ce genre de discours misogyne. Il faut pouvoir trouver son propre équilibre dans cette société bancale, mais le mieux pour soi, est de s’accepter comme on est.

Aller vers l’acceptation de soi

Comme je le disais plus haut, il ne faut pas hésiter à répondre, quand on s’en sent capable et que l’on n’est pas dans un contexte dangereux (comme la rue). Toutefois, pour faire cela, il faut avoir une solide construction de soi et avoir un minimum de confiance en soi. Bien sûr, aimer son corps ne se fait pas du jour au lendemain, cela prend du temps. Cela fait plus de 10 ans que j’essaie de faire un travail d’amour et de bienveillance pour mieux m'accepter. Parfois je fais preuve d’autodérision aussi, c’est le moyen que j’ai de me sentir plus en paix. C’est aussi le cas de Lucy, une jeune mère qui vit en Angleterre et qui a décidé de parler avec humour de son bonnet L sur TikTok 🤭 :


Plus qu’un corps

Aussi, comme le body neutrality me l’a enseigné, je ne me focalise pas que sur mon corps. J’ai un gros ventre, vous avez une grosse poitrine, mais cela n’a certainement pas à nous définir ! Nous sommes autre chose que nos corps, nous sommes des personnes avec un caractère, une sensibilité, des compétences… Bref, il est hors de question de nous réduire à notre apparence physique 🙃. Ne cachez pas vos seins, n’ayez pas honte d’eux. Détachez-vous de toutes les images que la société nous envoie du corps parfait. Nos seins peuvent allaiter, nos seins peuvent être malades, nos seins peuvent être asymétriques, nos seins peuvent pendre… Bref peu importe, ce qu’ils sont, une chose est sûre, c’est qu’ils nous appartiennent et que nous en faisons ce que nous voulons.

Besoin d’un peu plus de selflove ? Ma collègue Lauriane nous explique que toutes les vulves sont belles et ça, je suis bien d’accord avec elle 💓 !

L'avis de la rédaction : toutes les poitrines sont belles

75A, 95C, 95F ... Petites ou grosses poitrines, elles sont toutes belles, il n'y a pas de raison de les camoufler, elles font partie de vous alors hors de question de se cacher pour satisfaire certains regards. Après tout, ne dit-on pas que c'est aux plus gênés de partir ? Si le regard des autres vous empêche de vivre comme vous l'entendez, freine votre bonheur, prenez rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La personne caractérielle : la reconnaître et comprendre son origine

Jamais je ne me suis décrite comme caractérielle. Par contre, je n’ai jamais eu de mal à associer ce mot à mon père. En vieillissant, j’ai peur de devenir comme lui, alors vais-je adopter le même comportement que lui ? D'ailleurs, comment peut-on définir la personne caractérielle ? Comment la reconnaître ? Quelles sont ses origines ? Autant de questions que je me suis posées et pour lesquelles j'ai trouvé mes réponses que je vais vous partager. Explications.

Je parle seul⋅e, c'est grave Docteur ? Pourquoi donc ?

Si vous avez lu ce titre à voix haute, alors cet article est fait pour vous ! Dans la rue, au travail ou encore chez vous, vous vous êtes déjà surprise à parler tout haut alors qu’il n’y avait personne d’autre que vous dans la pièce. Cela peut surprendre votre entourage ou provoquer en vous une sensation de gêne, mais pas de panique ! Personne ne s’est jamais fait interner pour avoir parlé toute seule. Il s’agit au contraire d’un comportement normal, et tenez-vous bien : positif ! Alors en quoi est-ce une bonne chose ? Comment se contrôler ? On vous explique tout.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Est-ce grave de ne pas avoir de rêve dans la vie ?

J'ai acheté un journal intime. Un journal qui me donne des thèmes sur lesquels écrire. Ce journal m'a demandé de lui décrire le rêve de ma vie. Et là, page blanche. Impossible de trouver quoi écrire. J'avais quelques trucs qui me venaient : voyager, apprendre ça, travailler ici, mais rien que je ne trouvais assez grand, ni assez important pour être LE rêve de ma VIE. Cette histoire m'a inquiétée. Est-ce qu'il faut absolument avoir un rêve dans la vie ? Est-ce que c'est essentiel ? Et est-ce grave si on n'en a pas ? 🤔

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est difficile de dire en toute transparence si on est humble ou pas. J’ai l’impression que cela est contradictoire : si on l’affirme, c’est que quelque part, on n’est pas humble. 🤔 Alors comment définir l’humilité ? Pourquoi est-ce une qualité précieuse ? Comment faire la différence avec le manque de confiance en soi ? Explications.

Vivre sans se projeter : Est-ce que le Carpe Diem peut être nocif ?

Regardez-nous mi angoissées, mi blasées, mais pleines d'une profonde incertitude. À peine avions-nous envisagé une vie sans virus mortel que la guerre est venue toquer à la porte de nos voisins. Je ne sais pas vous, mais pour moi, impossible d'envisager quoi que ce soit. Je me sens forcée de vivre au jour le jour, d'avancer sans percevoir l'horizon, de ne pas pouvoir me projeter. Si cueillir le jour, sans se soucier du lendemain (le fameux Carpe Diem) peut avoir quelque chose de romanesque, pour un être humain, avancer sans savoir où il va est extrêmement perturbant.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube