Le topless : enlever le haut, bronzer seins nus, j'adore !

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Alors que le maillot une pièce revient en force, on revoit pointer la tendance du no-bra. Nos seins se baladent nus, tranquillement sous nos t-shirts, mais de là à les exposer à la plage… Eh bien moi, je dis oui ! Vive ce vent de liberté qui souffle sur nos poitrines et qu'importe si ce n'est plus vraiment à la mode tant que ça nous plaît à nous 😊.

Le topless : enlever le haut, bronzer seins nus, j'adore !

Pourquoi j'aime pratiquer le topless

Le topless est de moins en moins populaire et il y a plusieurs bonnes raisons à cela mais malgré tout, j'aime bien, de temps en temps, bronzer seins nus. Dans les années 60, le topless, sur les plages de Saint-Tropez, c'était tendance. Le bronzage seins nus, c'était même presque la norme dans les années 80 et 90. À présent l'époque a changé et en France, on voit de moins en moins de seins nus sur les plages. Pudeur, peur de se faire harceler ou craintes pour sa santé, toutes les raisons sont bonnes pour garder nos seins à l'abri des regards et des rayons du soleil.

🏖️ D'un autre côté, si l'on fait bronzette sur la plage, il y a autant de risque en exposant ses seins que son ventre. Une bonne protection solaire fait toujours l'affaire. Et puis, on ne va pas se le cacher, les marques de maillots, ce n'est pas vraiment ce qu'il y a de plus chic. Reste la question du complexe…

Adieu les complexes, vive la liberté !

Je devais avoir une vingtaine d'années la première fois que j'ai fait du topless. En fait, j'en avais juste vraiment marre de voir ces deux seins blancs, qu'on aurait presque dits phosphorescents, quand je sortais de la douche. J'avais toujours eu un problème avec ma, trop petite, poitrine, mais finalement, j'ai compris que si je devais me montrer nue devant quelqu'un, à cet instant, j'aurais plus honte de la couleur de mes seins que de leur taille. C'était ridicule et sans doute pas une très bonne raison pour commencer le topless, mais c'est ainsi. On devrait juste arrêter de se voir à travers le regard des autres, et notamment des hommes, mais faire les choses pour nous.

😎 Aujourd'hui, si je bronze seins nus, ce n'est pas pour plaire à l'homme qui bouquine sous le parasol à mes côtés ou pour éviter que l'on se moque de mes seins trop blancs, mais parce que j'aime ça. J'aime cette sensation de liberté. 

Un jour, au travail, j'ai dû me rendre aux toilettes pour retirer mon soutien-gorge tant il me faisait mal. Il était pourtant bien à ma taille. Je me suis aperçue que je vivais très bien la situation. J'étais à l'aise et je me sentais bien. Sur la plage c'est pareil. J'aime la sensation de ne pas être entravée. Ne pas avoir un nœud dans la nuque, une bretelle qui me rentre dans l'épaule ou une baleine dans les côtes. Et surtout, j'assume enfin pleinement mes seins, tels qu'ils sont.

👉 Comment cacher une grosse poitrine : et puis quoi encore ?!

En topless, je revendique ✊

Oui, quand je suis seins nus sur la plage, j'ai un peu la sensation d'être une Femen. Une mini Femen, mais quand même ! 😂 Personne ne semble s'offusquer du fait que les hommes nous mettent sous le nez leur torse en entier, tétons compris, qu'ils soient poilus, gras, squelettiques ou très musclés. Alors moi, en topless, j'ai un peu l'impression de dire non au patriarcat et de refuser de cacher mon corps parce que mes seins seraient bien trop sexuels pour être vus. 👉 Cachez ce téton ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

👙 Évidemment, mes belles pensées sont souvent douchées face aux quelques regards baladeurs, mais après tout, que l'on soit sur la plage, dans le métro ou dans la rue, les regards baladeurs sont toujours là, les réflexions et les insultes aussi. Le harcèlement de rue existe quelle que soit notre tenue.

Les seins ne sont pas (que) érotiques

Alors pourquoi je ne suis pas naturiste, si j'aime tant ne pas être entravée par un vêtement ? (👋Naturisme : Pour la confiance en soi, quittez le haut et le bas) Tout simplement parce que je distingue les seins et les organes génitaux. Je n'ai absolument rien contre les naturistes, mais je ne pourrais jamais bronzer nue parce que je place mon sexe dans le domaine de l'intime, pas mes seins.

De toute façon, le problème, ce ne sont pas vraiment les seins. Les seins, on en voit partout, tout le temps, sur les réseaux sociaux, dans certains décolletés... non, le problème c'est le téton et plus particulièrement le téton féminin. C'est injuste et sexiste ! Pourquoi le sein et le téton de la femme, qui sert aussi, parfois, soit dit en passant, à l'allaitement maternel, devient donc un objet sexuel ?

Cet été encore, certains jours, je ferai du topless sur la plage, ce sera mon petit acte révolutionnaire à moi et ma façon de me réapproprier mon corps. Personne n'est après tout, mieux placée que moi pour me dire où doivent se situer mes complexes et ma pudeur.

Le topless n'est plus à la mode #SeuleAuMonde

Dans mon combat pour des seins en toute liberté à la plage, il semblerait que je sois bien seule. En effet, les chiffres semblent montrer que les femmes pratiquent de moins en moins le topless... et elles ont toutes d'excellentes raisons. Une enquête réalisée par Ifop en Juilet 2021 nous renseigne sur les freins qui empêchent les femmes d'exposer leurs corps et leurs seins sur la plage en été. L'enquête a été réalisée sur 1510 femmes représentatives de la population féminine et toutes âgées de plus de 18 ans.

Une question de génération ?

Quel que soit leur âge, les femmes osent de moins en moins bronzer seins nus à la plage. Comme le montre l'enquête, 16 % des femmes de moins de 50 ans font du topless, contre 43 % en 1984. Concernant les femmes de moins de 25 ans, elles ne sont que 15 % à montrer leurs seins sur la plage, contre 23 % des femmes de 50 à 64 ans. 

Proportion de femmes pratiquant le topless

© Ifop

Les jeunes sont donc moins enclines à dénuder leur poitrine sur la plage et plusieurs raisons expliquent ce phénomène :

  • La santé pour 53 % des femmes
  • Les réseaux sociaux et la peur que les seins nus y circulent pour 38 % des femmes
  • Le regard concupiscent des hommes sur leur poitrine pour 38 % des femmes
  • Le risque d'être agressée verbalement ou physiquement pour 35 % des femmes
  • La sensation de manquer de respect pour 31 % des femmes

D'autres craintes sont aussi notées, comme celles d'être perçue comme une femme indécente (26 %), celles de recevoir des critiques négatives sur ses seins (22 %) ou encore celle d'avoir une réaction négative de la part de son conjoint ou partenaire sexuel (21 %).

Concernant la crainte d'être agressée verbalement ou physiquement, il se trouve qu'elle est malheureusement réelle. En effet, l'enquête de l'ifop montre que 49 % des femmes ont été victimes d'au moins une forme de harcèlement voire d'atteintes sexuelles sur une plage ou un site dédié aux bains de mer ou de soleil.

pression ou harcèlement à caractère sexuel

Atteintes à caractère sexuel

© Ifop

Et la confiance en soi dans tout ça ?

Impossible de nier que faire du topless demande un minimum de confiance en soi et l'enquête de l'ifop appuie ce propos. Ainsi, on constate alors que les femmes qui pratiquent du topless à la plage sont le plus souvent des cadres (21 %), plutôt citadines, qui se définissent comme féministes, voire très féministes pour 27 % d'entre elles et ont une haute estime d'elles-mêmes et de leur corps. En effet, 36 % des femmes qui ont fait du monokini ces 3 dernières années se trouvent "très jolies" et 18 %, la majorité, sont satisfaites de leur poitrine. Notons tout de même que 42 % de ces femmes ont eu recours à la chirurgie mammaire.

Torse-nu à la plage comme en ville ?

Selon l'article 222-32 du Code pénal qui dit que "l'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est passible d’une peine d’un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende". À l’instar des Femen une femme à la poitrine apparente en public peut être condamnée. Cependant, à la plage, le topless, reste quand même toléré et dans le même temps, de nombreuses villes de bords de mer interdisent également aux hommes de circuler torse nu, en dehors de la plage. Vous voilà prévenus !

L’avis de la rédaction : la seule chose qui compte, profiter du moment présent

Topless, bikini, maillot une pièce etc. peu importe ! L'important, c'est de vous sentir bien, de profiter du moment, du contact du soleil, de l'eau salée et du sable sur votre épiderme. Et si vous vous sentez mal dans votre peau, que certains complexes ou pensées limitantes vous empêchent d'enfiler un maillot de bain, alors il est temps d'en discuter avec un professionnel afin d'identifier les raisons de ce malaise et de trouver des solutions.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Sources : Santé, réseaux sociaux, regard des autres… : Le topless n’est plus en vogue - Sud Ouest
Enquête auprès des Françaises sur les freins l’exposition de leurs corps sur les plages et dans les lieux publics en été - Ifop

Allez plus loin et découvrez comment vaincre vos complexes, mais aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Bravo Cande, j'ai toujours fait du topless quand j'en avais envie. mon mari n'a jamais rien eu à redire. dans les années 90 1 femme sur deux étaient seins nus et il y avait bcp moins de violence en tout genre. Certaines personnes agissent pour faire reculer la liberté des femmes. Pauvre Yty tu fais pitié. En effet une femme n'est pas faire comme un homme, mais cela ne doit nous interdire de vivre comme on l'entend. je suis pour le respect de chacun; je ne me promène pas nue en ville mais le fait de pouvoir être seins nus et en string sur la plage est une avancée pour tout le monde personne n'est obligé mais tout le monde a droit et ça ne fait de mal à personne.

laure il y a 2 ans

Nos derniers articles

La personne caractérielle : la reconnaître et comprendre son origine

Jamais je ne me suis décrite comme caractérielle. Par contre, je n’ai jamais eu de mal à associer ce mot à mon père. En vieillissant, j’ai peur de devenir comme lui, alors vais-je adopter le même comportement que lui ? D'ailleurs, comment peut-on définir la personne caractérielle ? Comment la reconnaître ? Quelles sont ses origines ? Autant de questions que je me suis posées et pour lesquelles j'ai trouvé mes réponses que je vais vous partager. Explications.

Je parle seul⋅e, c'est grave Docteur ? Pourquoi donc ?

Si vous avez lu ce titre à voix haute, alors cet article est fait pour vous ! Dans la rue, au travail ou encore chez vous, vous vous êtes déjà surprise à parler tout haut alors qu’il n’y avait personne d’autre que vous dans la pièce. Cela peut surprendre votre entourage ou provoquer en vous une sensation de gêne, mais pas de panique ! Personne ne s’est jamais fait interner pour avoir parlé toute seule. Il s’agit au contraire d’un comportement normal, et tenez-vous bien : positif ! Alors en quoi est-ce une bonne chose ? Comment se contrôler ? On vous explique tout.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Est-ce grave de ne pas avoir de rêve dans la vie ?

J'ai acheté un journal intime. Un journal qui me donne des thèmes sur lesquels écrire. Ce journal m'a demandé de lui décrire le rêve de ma vie. Et là, page blanche. Impossible de trouver quoi écrire. J'avais quelques trucs qui me venaient : voyager, apprendre ça, travailler ici, mais rien que je ne trouvais assez grand, ni assez important pour être LE rêve de ma VIE. Cette histoire m'a inquiétée. Est-ce qu'il faut absolument avoir un rêve dans la vie ? Est-ce que c'est essentiel ? Et est-ce grave si on n'en a pas ? 🤔

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est difficile de dire en toute transparence si on est humble ou pas. J’ai l’impression que cela est contradictoire : si on l’affirme, c’est que quelque part, on n’est pas humble. 🤔 Alors comment définir l’humilité ? Pourquoi est-ce une qualité précieuse ? Comment faire la différence avec le manque de confiance en soi ? Explications.

Vivre sans se projeter : Est-ce que le Carpe Diem peut être nocif ?

Regardez-nous mi angoissées, mi blasées, mais pleines d'une profonde incertitude. À peine avions-nous envisagé une vie sans virus mortel que la guerre est venue toquer à la porte de nos voisins. Je ne sais pas vous, mais pour moi, impossible d'envisager quoi que ce soit. Je me sens forcée de vivre au jour le jour, d'avancer sans percevoir l'horizon, de ne pas pouvoir me projeter. Si cueillir le jour, sans se soucier du lendemain (le fameux Carpe Diem) peut avoir quelque chose de romanesque, pour un être humain, avancer sans savoir où il va est extrêmement perturbant.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube