Body neutrality : le contre-pied du body positive ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Assume-toi, t'es bien", “tes rondeurs te vont bien”,”les femmes généreuses sont à la mode”... Je n’en peux plus d’entendre ce genre de remarques. Je suis grosse, et je fais depuis plusieurs années un travail pour me sentir bien dans ma “maison corporelle”. Il y a des jours où c’est le cas et d’autres moins. Mais s’il y a bien une chose que je ne supporte plus, c’est l’injonction à s'aimer physiquement. Surtout, on oublie bien souvent qu’on a pas qu’un corps à offrir, c’est pour cette raison d'ailleurs que le body neutrality est né.

Body neutrality : le contre-pied du body positive ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que le body neutrality ?

Le mouvement “body neutrality” a fait son apparition à la suite du mouvement bien connu du “body positive”. Ce dernier a été vidé de son sens et le body positive n’est plus vu comme si positif désormais, écartant les corps trop maigres ou trop gros… C’est pourquoi le body neutrality est né. Il prend le contre-pied en mettant en avant le fait que le physique ne doit pas être une priorité, au détriment de la personne que l’on est.

Le corps au second plan

Le body neutrality est porté par des grandes figures, notamment l’actrice britannique, connue pour la série "The Good Place" Jameela Jamil. Au-delà d’être actrice et présentatrice, elle est militante féministe engagée, elle a d’ailleurs crée “I weigh”. Cela signifie littéralement “je pèse”. Attention, il ne s’agit pas de parler de son poids ou de régime ! Bien au contraire, il est là pour parler de notre véritable valeur à travers des valeurs humaines, intérieures, celles qui nous définissent.


"Ce post a amené une vague de femmes incroyables qui se sont tournées vers moi dans notre révolution contre la honte et la haine de soi, à l’égard de notre apparence, perpétuées par les médias. Je suis fatiguée de voir des femmes ignorer leur valeur, à quel point leurs vies et leurs accomplissements sont incroyables, juste parce qu’elles n’ont pas un put*in d’écart entre les cuisses.”


Photo de Jameela Jamil "la destructrice de régime"

Jameela Jamil "la destructrice de régime" sur I_weigh.

🌿 C’est l’essence du body neutrality, le corps devient secondaire, les accomplissements sont tout aussi importants.

S’aimer, une norme supplémentaire ?

Le body neutrality est apparu en opposition au body positive. Ce dernier n’est plus un mouvement pour montrer les physiques invisibilisés par la société, mais pour accepter son corps. En soi, c’est une excellente chose de booster notre confiance en nous. Cependant, on lit même parfois qu’il faut “s'assumer”, or il est important de rappeler qu’on assume une bêtise, mais certainement pas un corps ! 🙃 En bref, à force d’être déformé et récupéré par les réseaux sociaux, le body positive est devenu une injonction maladroite.

Toujours plus d’injonctions

Les femmes croulent sous les injonctions et malheureusement le body positive en est devenu une aussi. En effet, la positivité peut être toxique, on a le droit de ne pas se sentir bien avec son corps. Dans la vie de tous les jours, le travail d’acceptation de soi est long et fastidieux, il ne peut pas être fait en un claquement de doigts. Il est même inaccessible pour certaines personnes puisqu’il faut être généralement accompagné par un professionnel. C’est donc une pression supplémentaire de vouloir s’aimer illico presto.

🤷‍♀️ Les femmes ont assez d’injonctions : il ne faut pas être trop maigre et encore moins grosse, mais tout de même avoir des seins et des fesses, des lèvres pulpeuses, des yeux de biche, des pommettes saillantes, etc. Et encore, on ne parle que du physique !

Le body neutrality, un mouvement plus sain

C’est pourquoi le body neutrality peut nous aider. Il est le juste milieu entre remise en question de notre corps ET acceptation à travers l’amour de ce dernier. L’idée est d’oser parler ou montrer ses complexes, tout en parlant du fait qu’il est compliqué de s’aimer totalement et entièrement. Le body neutrality, c’est donc différentes choses. On peut parler du fait qu’on ait envie de s’accepter et de montrer quel chemin on a emprunté. La route est longue pour se sentir bien avec son corps dans notre société, c’est pourquoi il faut en parler sans pression ni jugement. 

De plus, au-delà de parler du rapport que l’on entretient avec sa propre image, il est important de penser aussi à ses réussites, à ses émotions, à la personne que l’on est. Le physique ne fait pas tout. Et c’est sain de le dire et de dire que l’on a du mal avec soi. ❤️ Ne pas aimer son corps, c’est OK. Mais quoiqu’il arrive, il est important de le respecter en faisant du mieux qu’on peut.

L'avis de la rédaction : tout est question d'équilibre

Le body neutrality, c'est un peu un cessez-le-feu, un drapeau blanc, une pause entre vous et votre apparence physique. Vous n'êtes pas obligé d'aimer votre corps dans ses moindres facettes et c'est très bien. Cependant attention, encore une fois, ici tout est question d'équilibre. Si votre apparence physique vous handicape, vous freine ou encore vous empêche de faire certaines choses... ce n'est pas bon ! Si c'est votre cas, contactez un psychologue afin de vous réconcilier avec votre corps.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : aufeminin.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube