Guide de la séparation : les premières démarches à faire

Mis à jour le par Camille Lenglet

Des séparations, ça, j’en ai vécu ‬ ! Certaines ont été faciles sur le plan organisationnel, d’autres étaient plus compliquées parce que je vivais avec la personne, que nous avions un animal, un crédit, etc. Au-delà de l’aspect émotionnel, il est difficile de se séparer, car cela demande beaucoup de démarches. C’est d’autant plus vrai lorsqu’on a des enfants et qu’on est mariés… C’est pourquoi, nous avons décidé de vous faire un guide de la séparation, avec les premières démarches à enclencher une fois que la rupture est décidée.

Guide de la séparation : les premières démarches à faire
Sommaire : 

La première chose à faire : maintenir le dialogue

La première chose à faire après la décision de séparation, c'est de maintenir la communication avec son ex-conjoint. Je sais que c’est particulièrement difficile, surtout dans le cadre d’une rupture amoureuse brutale. Cela peut prendre du temps, mais il faut garder en tête qu’à partir du moment où la décision a été prise, ça ne pourra aller que vers le mieux. En effet, il y a une bonne raison qui se cache derrière une séparation, donc il faut s’accrocher à l’idée que la reconstruction et le bonheur ne sont pas loin.

Néanmoins, avant de penser à sa nouvelle vie, il faut mettre en route toutes les démarches et pour cela, il faut échanger avec son ex-conjoint. Il faut entendre ses souhaits et exprimer les siens pour que la séparation se passe bien et rapidement. Ça évitera ainsi toutes formes de litiges, en particulier s’il y a un mariage et des enfants…

⚠️ 
Ce conseil (et tous les autres par la suite) vaut en dehors d’une situation délicate où il y a, par exemple, des violences conjugales (physiques et/ou psychologiques). Dans ce cas-là, le plus important est de porter plainte, de quitter le domicile et de se réfugier chez un proche. N’hésitez pas à consulter le violentomètre pour déceler les signaux.

Cet article peut vous intéresser >>> Je veux divorcer : comment l'annoncer à mon conjoint sans perte ni fracas

Les démarches de la séparation au cas par cas

Maintenant qu’on est sûr de notre décision, il va falloir entamer toutes les démarches administratives. Plus on est engagé dans la relation, plus il y en a malheureusement… Alors procédons au cas par cas :

👉 Si on est mariée

On ne peut pas divorcer sans avoir un avocat, donc la première chose à faire est d’en contacter un. Il sera le seul à pouvoir rédiger la requête de séparation pour lancer la procédure. On ne doit pas quitter le domicile conjugal le temps de recevoir la première ordonnance du juge. Elle permettra en effet de vivre séparément ! Eh oui, sinon on est considéré comme démissionnaire… La loi est bien faite, ou pas 😅 !

👉 Si on est pacsé

On peut souffler, le pacs est beaucoup moins engageant qu’un mariage 😮‍💨. Il suffit que les deux conjoints fassent une déclaration écrite de séparation. Une fois rédigée, il faudra la remettre au greffe du tribunal d’instance, soit à un notaire.

👉 Si on habite ensemble

  • Dans le cas d’une location

Il est nécessaire de faire un courrier recommandé à l’agence ou au propriétaire pour donner le préavis, dans le cas où les deux conjoints veulent quitter le domicile. Dans le cas où un des deux souhaite garder l’appartement, il est quand même nécessaire de faire un courrier avec accusé de réception.

  • Dans le cas d’un achat

Il faut se mettre d’accord pour savoir si on vend le logement ou si l'un des deux souhaite racheter la part de l’autre. La vente du logement doit se répartir le montant de la vente équitablement. Si la part est rachetée, la personne devient l’unique propriétaire. Et en cas de désaccord ? Le tribunal doit être saisi pour qu’une vente aux enchères soit fixée. Le montant de la vente sera réparti entre chacun.

👉 Si on a des biens en commun

Évidemment, si on vit avec notre conjoint, il y a forcément des biens en commun, ne serait-ce que les meubles ou les véhicules. Si on est marié, ils sont sous le régime matrimonial, du coup, il faut les faire évaluer avant de les répartir. Sinon, il suffit d’un accord avec son ex-conjoint pour la répartition.

👉 Si on a un ou plusieurs animaux de compagnie

N’oublions pas nos amis à poils. Là encore, il va falloir prendre la décision de qui va garder l’animal (ou les animaux) entre les deux conjoints. En principe, le propriétaire est la personne qui apporte une preuve comme une facture vétérinaire. Il peut y avoir cession de l’animal et que le conjoint en devienne la ou le détenteur.

🐕 À savoir que si l’animal cause un préjudice, c’est le détenteur ou la détentrice qui en est légalement responsable, pas le propriétaire.

👉 Si on a des enfants

Le plus délicat pour terminer 😔… Tous les enfants ne sont pas en âge de comprendre la séparation. S’ils sont suffisamment grands cependant, il faudra leur annoncer et prendre du temps pour dialoguer avec eux afin de réduire le stress lié à cet événement. Ils pourront peut-être même exprimer leur souhait quant à leur lieu de résidence.

En revanche, s’ils sont jeunes, il faut établir avec le conjoint le droit de visite et d’hébergement, ainsi que le versement de la pension alimentaire.

Et côté administratif ?

Lorsque les finances s’en mêlent, c’est là où la séparation peut être la plus délicate ! Quand il y a un compte joint, il y a plusieurs possibilités qui s’offrent à nous 💰 :

  • On peut clôturer ensemble le compte,
  • On peut demander une désolidarisation et demander à le transformer en compte individuel (avec signature des deux conjoints),
  • On peut se retirer (nous ou l’ex-conjoint). L’autre reste seul titulaire du compte.

Il faut bien évidemment ne prélever que la moitié du fond commun pour ne pas être en tort par la suite. Et si on a donné procuration sur notre compte individuel à notre conjoint, il ne faut pas oublier de révoquer ce pouvoir.

Cet article peut vous intéresser >>> Comment moins dépenser ?

Prévenir tous les organismes

Il faut prévenir tous les organismes de la séparation, à commencer par les impôts. En effet, il faut prévenir les impôts dans les deux mois qui suivent la fin de la vie conjugale. Il ne faut pas oublier de mettre à jour notre situation si on perçoit une des aides sociales suivantes :

  • Revenu de solidarité active (RSA)
  • Allocation de solidarité spécifique (ASS)
  • Allocation équivalent retraite (AER)
  • Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa)
  • Allocation supplémentaire d'invalidité (Asi)
  • Allocation adultes handicapés (AAH)

Bon à savoir ❗ Il ne faut pas hésiter à contacter la CAF pour demander le RSA. Il permet en effet de combler les revenus la première année de la séparation. L’aide est majorée quand on se retrouve seul.e avec un enfant à charge, même s’il y a une garde alternée. Cela peut considérablement aider, donc il ne faut pas hésiter à se renseigner !

>>> La rubrique “Je me sépare” du site du gouvernement est très bien fait pour accompagner lors d’une séparation. Il y est noté les diverses démarches à faire selon sa situation. Un support utile pour être accompagnée pas à pas 👍 !

Se reconstruire dès les premières démarches

Ouf, ça y est toutes les premières démarches ont été enclenchées. Cependant, cela ne veut pas dire pour autant qu’il ne faut pas aussi prendre soin de soi. Une séparation peut être un gros coup au moral et se reconstruire après une rupture peut prendre du temps. C’est pourquoi, il faut s’y prendre tôt, même s’il y a beaucoup d’organisation à gérer à côté.

Aude nous livre son témoignage sur sa séparation 🗣️ 

“Quand j'ai pris la décision de me séparer de mon conjoint, j'avais l'impression que la tâche était aussi difficile qu'impossible. À 37 ans, propriétaire d'une maison, un enfant, pacsée, un chien, un chat et deux voitures, tout avait l'air parfait sur le papier. J'avais coché toutes les cases et pourtant j'étais malheureuse. Il m'a fallu presque un an pour passer de l'envie de le quitter à la fameuse phrase : c'est fini. 1 an à hésiter, à pleurer et à me dire que je ne serais jamais capable de le faire, je me sentais coincée physiquement et mentalement. Je crois que le plus dur est de passer à l'acte. On s'en fait toute une montagne, on cherche le bon moment, alors qu'il n'y en a pas. Et le soulagement lorsque c'est dit. C'est fait, c'est acté, on passe à la suite.

Et je dirais que le plus important est d'être entourée, accompagnée, que cela soit par la famille, des amies, voire des rencontres sur des forums de discussion où l'on peut échanger avec des personnes dans le même cas. Je ne peux que conseiller d'y aller étape par étape. Voir l'objectif final fait peur et semble insurmontable. Mais si on se fait des listes de choses à faire par thématiques, c'est beaucoup plus simple. Un pas à la fois.

On s'imagine souvent le pire scénario, mais cela se passe bien en fait. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de coups durs, mais ils seront remplacés par la sérénité et la fierté d'avoir été au bout.

Quand je regarde tout ce que j'ai fait en si peu de temps, je suis heureuse, j'ai un appartement à moi, mon petit garçon est en garde alternée, 1 semaine sur deux, j'ai retrouvé un compagnon formidable et j'ai gagné en indépendance. Mon ex est même aussi heureux, plus que lorsque nous étions ensemble, car ce n'étaient que conflits et disputes.

Si je devais finir par une seule phrase, je dirais : tu peux le faire !

Prendre soin de soi

Aude le décrit si bien, la séparation est une période particulièrement fragilisante et bouleversante 😔. C’est un moment perturbant à bien des niveaux, c’est pourquoi il faut prendre du temps pour soi. Cela peut paraître complexe de trouver du temps alors qu’il y a ce bouleversement si vaste, mais s’aménager des moments de bien-être est possible. On en profite pour s’offrir un massage, une nouvelle coiffure, un week-end au bord de l’océan avec une amie, etc. Bref, tout ce qui peut nous faire du bien au corps et à l’esprit, pour pouvoir se revitaliser.

👩‍👧‍👦 Si vous avez des enfants, il ne faut pas hésiter à solliciter vos proches pour les faire garder afin de s’accorder au moins un après-midi de repos de temps en temps. On a le droit de demander de l'aide ! 

S’entourer

Comme dans toutes les épreuves de la vie, rester seule n’est pas une bonne idée. Nos proches peuvent nous accompagner dans le deuil de la relation. Il faut compter sur la bienveillance de ceux qui nous entourent pour soulager notre peine, mais ce n’est pas tout.

En parler aux gens que l’on aime est déjà très bien, mais le mieux reste d’être accompagné psychologiquement. Lors d’une séparation, on peut tout remettre en question, y compris nous-même 😥. Alors pour éviter d’être en souffrance, il faut s’appuyer sur l'aide d'un psychologue. D’autant plus que, prendre soin de sa santé mentale est un bon moyen de s’armer pour tous les changements qu'il reste à faire

Cet article peut vous intéresser >>> Comment parler de dépression à son médecin ?

L'avis de la rédaction : racontez ce qui se passe en vous !

Une séparation est un tsunami dans nos vies, tout change, il faut faire de nombreuses démarches, courir dans tous les sens, à tel point qu'on ne trouve pas vraiment de temps pour soi, pour se poser et réfléchir. C'est pourtant une étape complexe qui mérite qu'on prenne le temps de s'attarder dessus, d'analyser ce qu'on ressent et de verbaliser tout ce qui nous traverse. On ne le répétera jamais assez : tout ce qu'on ne dit pas, s'ancre en nous. C'est pourquoi il ne faut pas hésiter à en parler à vos proches ou mieux encore, un psychologue. N'hésitez pas à prendre rendez-vous pour être accompagnée dans cette transformation. Dans tous les cas, si vous lisez cet article, c'est que vous avez passé le cap alors félicitations à vous et belle nouvelle vie ! 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Justifit Premières démarches - Etapes et procédure / service-public.fr / domaine-legal.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

On récolte ce que l'on sème, est-ce toujours vrai ?

Pour moi, cette expression a toujours sonné comme quelque chose de négatif. Comme une punition. Je l'entendais comme une menace : "si tu sèmes de mauvaises graines, tu n'auras qu'une mauvaise récolte." Sans doute quelque chose en moi pensait n'avoir rien de bon à semer. Des années plus tard, je comprends enfin que non seulement que récolter ce que l'on sème, ça peut être très positif, mais quand plus, il vaudrait mieux que ça le soit, parce que visiblement, on récolte TOUJOURS ce que l'on sème.

Pourquoi je me sens toujours coupable ? Comment arrêter ?

Le sentiment de culpabilité vous ronge, alors que vous n’avez rien fait de mal. Vous avez souvent l'impression que c'est de votre faute, que vous auriez pu agir différemment, en faire plus, etc. Pourquoi vous blâmez-vous alors que vous êtes innocent ? Comment arrêter de vous auto-flageller sans raison ? On vous explique tout !

9 podcasts érotiques pour faire grimper la température 🔥

Le porno n’a jamais trop été ma tasse de thé. En revanche, j’ai découvert les podcasts érotiques et je dois avouer que ça m’a plu ! Déjà, parce qu’ils sortent du schéma classique très hétéronormé, on explore des points de vue érotiques pour les femmes, pour les personnes LGBTQ+, etc. On retrouve des témoignages, des fictions, des jeux de rôles… Chacun peut vraiment y trouver son compte ! Donc enfilez vos écouteurs et préparez-vous à découvrir des moments auditifs qui vont faire grimper la température !

Je n'ai pas d'amis... Pourquoi ? Est-ce que c'est grave ?

Non pas que je passe mes journées seule, dans mon coin, sans décrocher un mot. J'ai bien deux ou trois personnes à appeler si je veux sortir boire un verre, mais je n'ai pas d'amis. Pas de "deuxième famille" comme on dit. Est-ce volontaire ? Est-ce qu'un trop mauvais caractère repousse tous ceux qui m'approchent ? Ou tout simplement la vie, qui nous éloigne de certaines personnes lorsqu'on grandit ? Je n'ai pas d'amis, est-ce vraiment grave ?

Je ne supporte pas les enfants de mon conjoint, au secours !

Vous avez enfin trouvé l'homme idéal. Il correspond à toutes vos attentes et votre bonheur serait total si seulement... il n'avait pas ses enfants que vous ne supportez pas ! 😤 Pour certains c'est un sujet tabou, mais pour vous, ce rôle de belle-mère est une plaie. Véritables monstres, ils vous insultent ou vous ignorent et c'est mal, mais ses enfants vous ne les aimez pas pire, vous les détestez et vous prenez à rêver d'une vie dans laquelle ils n'existeraient pas ("et si on partait vivre à l'étranger ?"). Tatata on se reprend, belle-mère ou marâtre, on a le droit au bonheur amoureux !

La météo intérieure, un exercice simple et très éclairant

Vers la fin de l'adolescence, j'avais inventé un jeu de mots, avec une partie de mon prénom, que j'écrivais très souvent : Lau rage ⛈️. Très colérique, je trouvais que cette combinaison me correspondait parfaitement. Ça grondait, ça éclatait en moi. C'était l'orage. Sans le savoir encore, je faisais état de ma météo intérieure. La métaphore la plus efficace pour faire le point sur ses émotions.

Votre horoscope directement chez vous

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici