VAKOG pour mieux communiquer ? Tout savoir sur cette technique

Mis à jour le par Camille Lenglet

Je me rends compte que les problèmes relationnels sont à l’origine des problèmes de communication. Que ce soit dans notre couple, avec notre famille ou avec nos amies, ce sont souvent des incompréhensions qui font naître les tensions. Alors comment mieux communiquer avec les autres ? Le VAKOG est une technique de communication qui peut justement être la clé pour mieux faire passer ses idées et échanger. Comment est-ce que ça fonctionne ? Explications.

VAKOG pour mieux communiquer ? Tout savoir sur cette technique
Sommaire : 

Qu’est-ce que le VAKOG ? Définition

La première chose que l’on peut se demander, c’est quelle est la définition de VAKOG ? Il s’agit d’un acronyme qui correspond à nos 5 sens :

  • Visuel 👀 (la vue) : tout ce que l’on voit,
  • Auditif 👂 (l’ouïe) : tout ce que l’on entend,
  • Kinesthésique 🤲 (le toucher) : tout ce que l’on ressent, physiquement et émotionnellement,
  • Olfactif 👃 (l’odorat) : ce que l’on sent,
  • Gustatif 👄 (le goût) : tout ce que l’on goûte.

Pour la technique VAKOG, nos réactions sont liées à ces sens, ce qui établit nos relations extérieures. On reçoit un message et l'un de nos sens va prendre le dessus pour l’interprétation, ce qui provoquera une réaction en fonction de ce sens. À son tour, notre interlocuteur interprétera le message en fonction de son canal principal 🧐.

👉 La technique VAKOG est particulièrement utilisée dans la programmation neuro-linguistique (PNL) pour régler un problème de communication 💬.

Pourquoi le VAKOG nous aide à mieux communiquer ?

Le VAKOG est une technique qui nous aide en réalité à identifier notre canal principal (l’un de nos sens) de communication. On peut aussi isoler celui des autres et ainsi adapter notre échange. Lorsqu’on se met sur le même canal de communication, cela permet de mieux se faire comprendre. Nos idées passent mieux, la mémorisation est plus forte et la personne va mieux recevoir le message que l’on souhaite transmettre. Par conséquent, le risque d'incompréhension et les potentielles tensions qui en découleront, seront diminués.

Il faut donc apprendre à repérer le sens que l’on utilise le plus et celui que les autres utilisent. Toutefois, pas besoin de s’attarder sur tous, il existe en réalité 3 canaux sensoriels principaux.

Quels sont les 3 canaux sensoriels ?

Effectivement, il y a 3 canaux sensoriels importants, le VAK, car ils enregistrent le maximum d’informations dans notre subconscient : Visuel, Auditif, Kinesthésique. Eh oui, il est plus difficile d’obtenir des données importantes sur notre environnement et les autres via la bouche et le nez. À moins que l’on ait des relations particulières avec les autres en les léchant pour communiquer 🤭 !

Les 3 canaux sensoriels du VAK

Les 3 canaux sensoriels du VAK.

⚠️ Il est important de considérer qu’aucun canal sensoriel n’est supérieur à un autre. Ce n’est pas parce qu’une personne utilise la vue comme canal de communication qu’elle aura moins d’informations qu’une personne qui utilise le canal kinesthésique. De même, une personne qui souffre d’aphantasie ou qui a un handicap (malvoyant ou surdité) ne sera pas moins en capacité d’échanger et de retenir une information qu’une autre.

Comment identifier un canal sensoriel principal ?

Chaque personne aura tendance à privilégier 1 canal sensoriel pour obtenir des informations. Cela permet de se représenter nos expériences et le monde qui nous entoure. On apprend aussi à décrypter comment les autres interprètent les informations, ce qui permet une communication non violente et d’être plus à l’écoute en s’adaptant à leur canal sensoriel. Voici comment l’identifier :  

Le test n°1 du VAKOG : la parole

Le meilleur test pour savoir quel est notre canal sensoriel et celui des autres est de prêter attention au langage. Par exemple, lorsqu’on demande à une personne de nous raconter ce qu'elle a vécu en soirée, voici les mots qui peuvent nous donner un indice :

👉 Une personne visuelle dira 👀 : "J’ai vu Marie et Pierre, ils avaient l’air en forme tous les deux, ça fait plaisir à voir !"

👉 Une personne auditive dira 👂 : "L’ambiance était folle, j’ai adoré la musique et j’ai dansé toute la nuit !"

👉 Une personne kinesthésique dira 🤲 : "Il y avait du monde, ça m’a fait du bien de voir autant de gens !"

⚠️ Attention à ne pas utiliser certains verbes dans la question qui pourraient l’orienter (comme voir, entendre, ressentir). Il vaut mieux dire “Comment s’est passée la soirée ?” plutôt que cibler “tu as vu du monde ?” par exemple. Cependant, si on a envie d’utiliser un type de vocabulaire particulier, cela peut nous donner un indice sur notre propre canal sensoriel.

Le test n°2 du VAKOG : le mouvement des yeux

Le mouvement des yeux serait aussi un excellent moyen d’identifier le canal sensoriel d’une personne.

👉 Une personne visuelle aura des mouvements d’yeux 👀 : de haut en bas ou bas en haut ↕️.

👉 Une personne auditive aura des mouvements d’yeux 👂: de gauche à droite et droite à gauche ↔️.

👉 Une personne kinesthésique aura des mouvements d’yeux 🤲 : vers le bas ⬇️.

Ce n’est pas à 100% sûr, mais il n’y a jamais rien à perdre que d’observer les yeux de notre interlocuteur, ils en disent beaucoup ! Cela peut même nous aider à détecter un mensonge, notamment si le regard est fixe. Un regard fuyant peut être le signe que la personne essaie de se remémorer son souvenir !

Le test n°3 du VAKOG : le comportement

La communication non verbale et notre comportement en disent beaucoup sur la manière dont on traite une information. Il faut savoir prendre du recul pour observer d’un point de vue extérieur tout ce que l’on remarque en premier dans une nouvelle situation. Il en va de même pour une autre personne 😉 !

Par exemple, on rentre dans un magasin

👉 Une personne visuelle va remarquer 👀 : l’harmonie des couleurs, la luminosité, la décoration, l’agencement des présentoirs, etc

👉 Une personne auditive va remarquer 👂 : l’ambiance sonore, les conversations des autres clients, la musique qui passe à la radio, le bruit des emballages-cadeau, etc.

👉 Une personne kinesthésique va remarquer : la texture des objets à vendre, ce que le lieu lui procure comme sensations, etc.

Ce dernier test marche particulièrement bien chez les enfants. Les parents peuvent ainsi repérer le sens dominant pour s’adapter à lui. Cela s’inscrit dans l’éducation positive, puisque la communication est respectueuse du mode de fonctionnement de l’enfant. 

Au-delà de la parentalité, la technique VAKOG (ou VAK) est un moyen d'éviter les conflits. On prête plus attention aux comportements des autres pour décrypter son mode de fonctionnement et ainsi avoir le même type de communication. C'est un moyen de se comprendre et d'être plus à l'écoute de notre entourage ! 

L'avis de la rédaction : la communication est la clé de toute relation

La communication est la clé de toute relation, mais bien se faire comprendre et entendre ce que les autres ont à dire, c'est important de se mettre sur le même canal et c'est là que cette méthode a tout son intérêt ! Nous vous donnons ici quelques clés mais rien ne remplace un échange avec un professionnel. Si vos relations sont tendues, conflictuelles, que les mêmes schémas se répètent et que cela vous mine, alors il ne faut pas attendre pour prendre rendez-vous avec un psychologue pour en parler. Des blessures d'enfance, des croyances limitantes ou de mauvaises habitudes vous empêchent sans doute de vivre de belles relations.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : vakog.net / penser-et-agir.fr / parentsinvestis.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici