Etes-vous prêt à consulter un psy ? Voici 4 signes qui ne trompent pas

Mis à jour le par Camille Lenglet

Vous savez au fond de vous que quelque chose ne va pas et que consulter un psychologue vous serait bénéfique. Cela peut prendre des mois ou des années avant que le déclic ne se produise et que vous vous sentiez enfin prêt à prendre rdv. Et pour savoir si vous êtes prêt ou non, il y a des signes qui ne trompent pas. Explications.

Etes-vous prêt à consulter un psy ? Voici 4 signes qui ne trompent pas

4 signes que vous êtes prêt·e à consulter un psy

De nombreuses raisons peuvent nous faire hésiter à consulter un psychologue : peur de remuer le passé "je connais mes problèmes, je peux m’en sortir seul·e", honte de consulter un psy à cause de l'entourage jugeant, peur de croiser quelqu'un en salle d'attente "je ne veux pas que ça se sache" ou encore "je ne sais pas comment trouver le bon psy, celui qui me convienne vraiment". Pour se lancer dans une thérapie, il faut se sentir prêt·e, sentir que c’est le bon moment ⏰. 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi consulter un(e) psychologue ?

1. Vous sentez que quelque chose ne va pas

Stress, troubles du sommeil, instabilité émotionnelle, trouble du comportement alimentaire (TCA), perte de motivation ou d’intérêt, angoisses, troubles sexuels, idées noires, troubles du comportement... Ce sont autant de signaux que votre corps vous envoie. 

En effet, c'est souvent lui qui est le plus à même de communiquer un mal-être, tant il est difficile de s'avouer qu'il y a quelque chose qui ne va pas 😔. Si vous ressentez le moindre symptôme ou comportement inhabituel comme des insomnies par exemple, il ne faut pas attendre plus longtemps pour consulter un psychologue.

2. Vous avez accepté l’idée de vous faire aider

On est souvent tenté de se dire que l’on va s’en sortir seul, que ça va aller, qu’on va remonter la pente sans aide extérieure mais ce n’est souvent qu’une illusion 🤕. Pas besoin d'être imbu de soi pour se dire ça. S’observer soi-même et se comprendre est extrêmement difficile, en particulier quand il y a des traumatismes non décelés. 

💭

Le psychologue et psychanalyste, Francis Bismuth, explique si la solution n'est pas apparue par elle-même, c'est qu'il est nécessaire de se faire accompagner pour la trouver.

3. Vous avez tout anticipé

La psychologie est le parent pauvre de la médecine. Alors certes, il y a des dispositifs mis en place comme "Mon Psy", mais tout le monde sait pertinemment qu'un suivi, c'est investissement financier coûteux. Alors, si vous avez anticipé le coût des consultations sur plusieurs mois, c'est que vous êtes fin prêt·e à entamer le parcours. 

Bien évidemment, il serait parfait qu'il soit possible de consulter un psychologue gratuitement, mais ce n'est pas encore le cas 😅. Par contre, il ne faut pas hésiter à se renseigner un maximum, notamment auprès de sa mutuelle pour la prise en charge de séances chez son thérapeute. 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Comment parler de dépression à son médecin ?

4. Vous n'avez aucun doute sur l'efficacité du suivi

Parfois, on doute, on se demande si le psychologue pourra faire quelque chose pour nos difficultés. Si vous avez admis que oui, cela va vous faire avancer, que ces séances seront bénéfiques et que votre existence sera plus légère, alors c'est que vous pouvez débuter la thérapie. 

Y aller en étant peu convaincu ne fera que retarder le processus de guérison, alors autant lâcher prise et accepter pleinement que la thérapie peut être salvatrice.


Si vous vous reconnaissez dans ces 4 points, alors vous êtes prêt·e à prendre rendez-vous. Et si vous ne vous sentez pas encore totalement à l'aise avec l'idée, prenez le temps d’en discuter avec votre entourage. Certaines pourront peut être même vous donner des conseils ou une recommandation sur un thérapeute ! 

L’avis de la rédaction : lancez-vous !

Quelle que soit votre problématique ou votre situation, un thérapeute saura vous aider et vous alléger de ce poids devenu trop lourd à porter. Si vous êtes en détresse psychologique, il est primordial de vous faire accompagner rapidement par un spécialiste. Pour les plus timides ou celles et ceux qui ont du mal à franchir la porte d'un cabinet, vous pouvez toujours opter pour la consultation en ligne.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube