Etes-vous prêt à consulter un psy ? Voici 4 signes qui ne trompent pas

Mis à jour le par Camille Lenglet

Vous savez au fond de vous que quelque chose ne va pas et que consulter un psychologue vous serait bénéfique. Cela peut prendre des mois ou des années avant que le déclic ne se produise et que vous vous sentiez enfin prêt à prendre rdv. Et pour savoir si vous êtes prêt ou non, il y a des signes qui ne trompent pas. Explications.

Etes-vous prêt à consulter un psy ? Voici 4 signes qui ne trompent pas

4 signes que vous êtes prêt·e à consulter un psy

De nombreuses raisons peuvent nous faire hésiter à consulter un psychologue : peur de remuer le passé "je connais mes problèmes, je peux m’en sortir seul·e", honte de consulter un psy à cause de l'entourage jugeant, peur de croiser quelqu'un en salle d'attente "je ne veux pas que ça se sache" ou encore "je ne sais pas comment trouver le bon psy, celui qui me convienne vraiment". Pour se lancer dans une thérapie, il faut se sentir prêt·e, sentir que c’est le bon moment ⏰. 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi consulter un(e) psychologue ?

1. Vous sentez que quelque chose ne va pas

Stress, troubles du sommeil, instabilité émotionnelle, trouble du comportement alimentaire (TCA), perte de motivation ou d’intérêt, angoisses, troubles sexuels, idées noires, troubles du comportement... Ce sont autant de signaux que votre corps vous envoie. 

En effet, c'est souvent lui qui est le plus à même de communiquer un mal-être, tant il est difficile de s'avouer qu'il y a quelque chose qui ne va pas 😔. Si vous ressentez le moindre symptôme ou comportement inhabituel comme des insomnies par exemple, il ne faut pas attendre plus longtemps pour consulter un psychologue.

2. Vous avez accepté l’idée de vous faire aider

On est souvent tenté de se dire que l’on va s’en sortir seul, que ça va aller, qu’on va remonter la pente sans aide extérieure mais ce n’est souvent qu’une illusion 🤕. Pas besoin d'être imbu de soi pour se dire ça. S’observer soi-même et se comprendre est extrêmement difficile, en particulier quand il y a des traumatismes non décelés. 

💭

Le psychologue et psychanalyste, Francis Bismuth, explique si la solution n'est pas apparue par elle-même, c'est qu'il est nécessaire de se faire accompagner pour la trouver.

3. Vous avez tout anticipé

La psychologie est le parent pauvre de la médecine. Alors certes, il y a des dispositifs mis en place comme "Mon Psy", mais tout le monde sait pertinemment qu'un suivi, c'est investissement financier coûteux. Alors, si vous avez anticipé le coût des consultations sur plusieurs mois, c'est que vous êtes fin prêt·e à entamer le parcours. 

Bien évidemment, il serait parfait qu'il soit possible de consulter un psychologue gratuitement, mais ce n'est pas encore le cas 😅. Par contre, il ne faut pas hésiter à se renseigner un maximum, notamment auprès de sa mutuelle pour la prise en charge de séances chez son thérapeute. 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Comment parler de dépression à son médecin ?

4. Vous n'avez aucun doute sur l'efficacité du suivi

Parfois, on doute, on se demande si le psychologue pourra faire quelque chose pour nos difficultés. Si vous avez admis que oui, cela va vous faire avancer, que ces séances seront bénéfiques et que votre existence sera plus légère, alors c'est que vous pouvez débuter la thérapie. 

Y aller en étant peu convaincu ne fera que retarder le processus de guérison, alors autant lâcher prise et accepter pleinement que la thérapie peut être salvatrice.


Si vous vous reconnaissez dans ces 4 points, alors vous êtes prêt·e à prendre rendez-vous. Et si vous ne vous sentez pas encore totalement à l'aise avec l'idée, prenez le temps d’en discuter avec votre entourage. Certaines pourront peut être même vous donner des conseils ou une recommandation sur un thérapeute ! 

L’avis de la rédaction : lancez-vous !

Quelle que soit votre problématique ou votre situation, un thérapeute saura vous aider et vous alléger de ce poids devenu trop lourd à porter. Si vous êtes en détresse psychologique, il est primordial de vous faire accompagner rapidement par un spécialiste. Pour les plus timides ou celles et ceux qui ont du mal à franchir la porte d'un cabinet, vous pouvez toujours opter pour la consultation en ligne.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube