Psy homme ou femme : comment faire mon choix ?

Si je suis une fille, alors je devrai consulter une psychologue femme, pleine de douceur et plus à-même de me comprendre. Les hommes eux, sont moins dans l’émotionnel et conviendraient plus à des patients de sexe masculin. Est-ce vraiment comme cela que ça fonctionne ? Car le choix ne s’impose pas toujours comme une évidence, chaque être humain étant une exception. Mon passé et ma problématique sont des éléments à prendre en compte dans ce choix. Psy homme ou femme, comment choisir ?

Sommaire :

« Il n'est aucun problème humain qui ne puisse trouver sa solution, puisque cette solution est en nous. » - Alfred Sauvy

Choisir son psy : homme ou femme ?

Au fond, je suis la seule à détenir la réponse…

Je réfléchis à ma problématique : gare aux transferts

Personne ne choisit de consulter un psychologue par hasard. Suite à des conseils ou autres constats, j’ai senti que c’était le moment de débuter une psychanalyse. Même si je ne sais pousser l’introspection trop loin (je laisse ce travail au spécialiste) je saurai mettre le doigt sur ce qui ne va pas. Je sais ce qui m’angoisse et cela va m’aider à choisir mon ou ma thérapeute.

De la même manière que je ne vais pas aller voir un spécialiste des phobies si le travail que je veux effectuer concerne l’estime de soi, je ne vais pas choisir UN psychologue si, dégoûtée des hommes, l’objet de ma colère est un père absent ou un mari infidèle. Fragilisée, je risquerais de reporter ma colère sur lui, et le dialogue serait difficile. Les séances doivent se dérouler dans une atmosphère paisible, face à quelqu’un de neutre en qui j’ai confiance. Je me place donc dans des conditions idéales pour éviter de me braquer. Inutile de remuer le couteau dans la plaie, je suis là pour avancer.psy

Peur de faire le mauvais choix ? Rien ne vous empêche de faire appel à un psychologue de sexe différent, pour commencer une seconde thérapie. Changer peut aider à faire son choix. Beaucoup de patients changent de thérapeutes selon la période de leur vie et ce qu’ils veulent régler.

Je repense à mon enfance

Car c’est à cette période de ma vie que j’ai commencé à me construire. Les liens vécus durant l’enfance peuvent donner lieu à des débordements transférentiels ou à des préférences. Si par exemple j’ai une relation mère-fille particulière et conflictuelle, j’aurai envie de m’adresser à un homme. Mais le cas contraire est également possible, si j’ai toujours été proche de ma mère, je serais plus à l’aise si je devais m’exprimer devant une figure féminine. Même si le psychologue ne doit pas prendre une place malsaine, il représente quelque chose.

Bien choisir son psy : au final, j’ai juste besoin d’être comprise

Je sais que j’ai réussi à trouver le bon psy quand je sors d’une séance avec le sentiment d’avoir été comprise et rassurée. Comme dans la vie, mon caractère n'est pas compatible avec tout un chacun. Je peux être dans l'émotionnel et avoir besoin de ressentir de la chaleur humaine, ou au contraire préférer quelqu'un qui va m'aider en me secouant. 

Aussi, j’ai tendance à penser que les femmes incarnent la sensibilité et la douceur, donc plus à même de comprendre quelqu’un qui va mal. Aussi, j’ai entendu dire qu’un patient garçon peut se sentir en rivalité avec un thérapeute du même sexe. Mais les hommes donnent pourtant cette impression de rationalité. Les idées reçues se bousculent, et au final le choix n’est pas si différent que celui d’un médecin traitant. A moi de savoir si j’ai envie d’être soutenue et comprise par quelqu’un du même sexe, ou si  au contraire un point de vue différent serait plus parlant pour moi.

➡ Ce qui compte au fond, c’est que mon besoin d’être comprise soit comblé. Je dois trouver le spécialiste qui me fera ressentir ça.  Au-delà du genre de mon thérapeute, c’est une histoire de mise en confiance et de feeling.

L’avis de la rédaction – Qu’est-ce que je veux ? Voici la véritable question

Je ne dois pas oublier que JE suis le sujet principal de ma thérapie. Je dois donc me mettre dans les meilleures conditions pour la mener à bien. C’est pour cette raison qu’avant de me lancer, je réfléchis à ce dont j’ai vraiment besoin. Être comprise, me sentir à l’aise, ou approcher le sexe opposé pour apprendre davantage ?

Passé outre ce questionnement, il ne faut pas négliger l’importance du premier entretien. Rappelez-vous de l’importance du feeling et de la relation de confiance. Ainsi, je n’hésite pas à demander une séance inaugurale ou à discuter par téléphone avec mon potentiel futur psy, histoire de prendre la température et de cerner sa personnalité.

Contacter un psy

Réfléchissez à ce que vous voulez vraiment et n'ayez pas peur de vous tromper ! Et si cela ne suffit toujours pas, découvrez la psychologie en direct.

Article proposé par
Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Les commentaires

Nos derniers articles

Equicoaching, quand le cheval nous montre la voie

Les animaux ont depuis longtemps montré leur capacité à soigner les hommes, le cheval...

Lire

10 citations sur la solitude : en tête à tête avec moi-même

La solitude peut être la cause d'une grande souffrance. Se sentir seule, face à soi-m...

Lire

Le complexe de supériorité ou l'illusion de la supériorité

C'est une personne qui semble n'aimer personne plus qu'elle-même. Elle parle souvent ...

Lire

L’horreur des thérapies de conversion

S’il y a bien quelque chose que je trouve normal, c’est d’aimer qui on veut, peu impo...

Lire

Mauvaise foi : à petite dose oui, sinon on oublie !

Ahh la mauvaise foi, je pense que tout le monde en a fait preuve un jour ou l’autre. ...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici