Le transfert en psychothérapie, qu'est-ce que c'est ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Reporter ma colère, mes affects ou ma rancœur sur mon psy ? Cette curieuse idée paraît malsaine, et pourtant c'est une étape presque inévitable et nécessaire. En psychothérapie, le transfert permet au patient de retraverser ses ressentis, d'en prendre conscience, de les nommer pour s'en débarrasser. Freud lui-même le décrit comme élément essentiel de la cure ! Alors, il est temps de s'intéresser de plus près à ce processus pour en comprendre l'utilité !

Le transfert en psychothérapie, qu'est-ce que c'est ?
Sommaire :

Le transfert en psychothérapie : qu'est-ce que c'est au juste ?

Il s'agit là du moteur de tout le travail analytique. Et il repose sur deux principes essentiels :

Quand le patient se trompe de cible

Les transferts, nous en faisons tous, dans toutes nos relations. Avec nos amis, parfois notre patron ou qui sais-je, certaines situations font écho à notre passé et on déplace sur la personne que l'on a en face de nous des affects vécus et ressentis au moment du traumatisme ou durant notre enfance. Dans un contexte analytique, la réactualisation émotionnelle fonctionne de la même manière. Au fil de mes récits, le thérapeute assume consciemment le rôle d’une « bonne mère » offrant un cadre rassurant, ou d’une « mauvaise », le temps que je défoule mon agressivité. (Si par exemple, ma relation mère-fille n'a pas été satisfaisante). 

🧠 Avec le transfert, le psychanalyste fonctionne comme un miroir, tous les épisodes de ma vie, toutes les personnes qui l'ont marquée vont se refléter. Comme s'il s'agissait d'une reconstitution des faits.

Une relation spéciale entre patient et thérapeute

Ensuite, le transfert repose sur la relation qui s'instaure entre nous. Au fil de nos entretiens, qui deviennent habituels dans mon quotidien, je lui fais une place dans ma vie. Et je compte sur lui, jusqu'à lui prêter un savoir sans faille de mon thérapeute. Persuadée qu'il connaît les réponses à toutes les questions qu'ils me posent, je serais prête à suivre à la lettre le mode d'emploi de ma vie, s'il m'en donnait un. Alors que dans les faits, il n'en sait pas plus que moi, mais j'ai besoin de m'appuyer sur cette illusion pour explorer mon inconscient et trouver moi-même les réponses appropriées.

📌

Cette relation est donc très spéciale, et contrairement aux idées reçues, ne pas être amoureuse de son psy n’indique pas une absence de transfert. Le report se manifeste aussi à travers la sympathie, l’idéalisation, la peur de le quitter, l’anxiété quand il s’absente, le besoin de lui parler, et bien évidemment, la confiance.

« Le transfert, destiné à être le plus grand obstacle à la psychanalyse, devient son plus puissant moteur. » -  Sigmund Freud

Le transfert en psychothérapie : quelle utilité ?

Le transfert est utile pour me comprendre

Frustration, désir, colère ou rancœur, comme beaucoup de patients, il m'est arrivé à un moment donné, d'éprouver l'un ou plusieurs de ces sentiments envers mon thérapeute. Il est nécessaire de prendre du recul et de réfléchir à ces réactions. Avec qui ai-je déjà ressenti une émotion ? Qui d'autre peut provoquer cela ? Dans quel contexte ? Qu'est-ce que cela provoque en moi ? Les réponses à toutes ces questions me permettront de me connaître davantage et de pointer du doigt ma véritable problématique.

Donc utile pour progresser

Le transfert qui s'opère, mon thérapeute l'a détecté bien avant moi et sait s'en servir en ma faveur. Il m'aide à retraverser des émotions négatives, d'en prendre conscience, de mettre des mots sur les maux, pour au final me débarrasser de blocages qui m'empêchent d'avancer.

Mais pour ce faire, je dois parler avec honnêteté et transparence. Même si j'ai peur de lui faire de la peine, je ne dois rien censurer. Chacun de mes doutes, toutes mes appréhensions, mes remarques, et tout ce que je peux nourrir à son égard compte. Car derrière toutes mes réactions se cache quelque chose d'intéressant à creuser.

L’avis de la rédaction : l'importance du contre-transfert

Si le patient déverse ses émotions sur son thérapeute et que ce dernier ne pose pas de limite, la relation perd tout son équilibre et devient malsaine. Pour qu'une thérapie soit efficace, il faut que le patient se sente écouté, compris, tout en bénéficiant d'un cadre. C'est pour cette raison que Claude Halmos insiste sur l'importance du contre-transfert :

"Il s'agit des sentiments que le psychanalyste pourrait éprouver pour son patient en fonction de sa problématique. C'est en quelque sorte l'inconscient de l'analyste qui se met au travail avec celui de son patient. Un bon psy doit repérer ces réactions pour éviter qu'elles perturbent son travail. Les excès de sympathie ou d'agacement doivent le pousser à s'interroger. Car s'il se laisse submerger par ses propres sentiments, il ne pourra plus entendre son patient."

Il incombe donc au thérapeute de toujours instaurer la bonne distance. D'où l'importance de sa formation et de son professionnalisme. Trouver le bon psy est donc la condition essentielle pour faire avancer sa thérapie. Et réussir cet exercice d''équilibriste l'aidera lui aussi à ne pas prendre personnellement certains propos !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

*Source : psychologies.com

Vous l'aurez compris, la relation avec le thérapeute conditionnera tous vos progrès, pour faire le meilleur choix, découvrez homme ou femme, comment choisir son psy ?

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube