Comment mieux répartir la charge mentale entre conjoints ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Prendre rendez-vous chez le pédiatre, rajouter des œufs sur la liste des courses, acheter un cadeau pour l'anniversaire de belle-maman, etc., etc. Entre nous, on sait très bien qui pense à tout ça. Qui est hanté par cette liste ? Ce sont nous les femmes qui pensons, portons et sommes obsédées par tout ce qu'il y a à faire au quotidien pour la maison et la famille. Il est temps de partager non ?!

Comment mieux répartir la charge mentale entre conjoints ?
Sommaire :

L'inégalité au quotidien, 3h30 chez les femmes, 2h pour les hommes !

En France, les inégalités sont encore profondes quand il s'agit des tâches ménagères. Selon l'Insee, les femmes y consacreraient 3h30 par jour contre 2 chez les hommes, et ça fait un moment que ça dure ! En onze ans le temps consacré aux tâches ménagères par les femmes a baissé de 22 minutes, pour les hommes il a augmenté... d'une minute. On a vu plus rapide comme progrès ! Et ça va plus loin. Les hommes, en général, s'occupent de tâches valorisées, voyantes et durables, type bricolage, quand les femmes passent plus de temps à s'occuper du ménage, de la maison et des enfants. Des tâches moins valorisées et moins visibles. Tellement moins visibles qu'elles restent parfois en pensées : la fameuse charge mentale.

© my familyz

📌 😮
Bon à savoir : La charge mentale est un concept sociologique né dans les années 1980.


Pourquoi équilibrer la charge mentale ? Le conjoint stagiaire

Dans un couple, les deux partenaires sont des adultes. Nous sommes donc d'accords pour dire que les deux membres d'un couple sont capables d'avoir des responsabilités et d'agir ensemble, comme une équipe. Nous ne sommes pas dans une relation parent/enfant, prof/élève, ou tuteur/stagiaire. L'homme n'est pas le stagiaire du couple qui attend qu'on lui dise quoi faire et quand passer à l'action. 

😒 Voilà pourquoi demander de l'aide ne suffit pas, il faut partager l'initiative. Comme le dit Emma dans sa bande dessinée, Fallait demander, "Quand on demande aux femmes de faire tout ce travail d'organisation, et en même temps d'en exécuter une grande partie ça représente au final 75% du boulot" Et ça a des répercussions : les femmes consacrent moins de temps à leurs loisirs (2h45 contre 3h20 pour les hommes), elles sont freinées dans leur vie professionnelle, comme dans leurs engagements associatifs ou politiques.

Et puis, lorsque c'est toujours la même personne qui pense à tout, elle n'a plus de temps, d'espace mental pour profiter de sa famille et de son conjoint, pour rire et s'amuser. C'est aussi un comportement qui a un impact sur les valeurs que nous transmettons à nos enfants. Qui fait toujours les mêmes tâches ? Qui pense toujours à tout ? C'est maman. Impossible de faire évoluer les choses si les garçons et les filles apprennent dès leur plus jeune âge qu'ils n'ont pas les mêmes responsabilités.

Comment mieux répartir cette charge mentale ?

Faire la liste

La liste des choses à faire et donc à se répartir. Et on effectue des rotations chacun son tour pour la planification et l'exécution des repas, pour les prises de rendez-vous, pour faire la liste des courses, etc. On reste ouvert d'esprit et on ajuste au cas où l'un des deux aurait plus de responsabilités au travail par exemple, mais on reste vigilant pour que les deux conjoints organisent et exécutent.

Faire front commun

L'autrice Amélie Châteauneuf ( Si nous sommes égaux je suis la fée des dents : Réflexions et outils pour mieux partager la charge mentale) nomme cette pratique "Personne n'est assis jusqu'à ce que tous le soient". Autrement dit, hors de question que l'un se repose pendant que l'autre fait à manger. Non, pendant que l'un prépare le repas, l'autre vide le lave-vaisselle et met la table. Pendant que l'un donne le bain, l'autre se charge des devoirs.

Apprendre

Dans un couple, chaque partenaire devrait être capable de tout faire à la maison. Apprendre ce que l'autre fait, permet de développer sa compassion. En route pour un couple plus harmonieux en apprenant à tondre la pelouse ou à plier les draps, pendant que l'autre perfectionne la recette du risotto aux coquillettes et apprend à déboucher un robinet.

Ne pas demander de l'aide

Il est temps de responsabiliser son conjoint. On arrête donc de lui demander de l'aide, le temps que le changement se fasse, que les habitudes se mettent en place, on dit plutôt que nos draps ont besoin d'être lavés, que le frigo est vide, que ça fait longtemps qu'on n'a pas vu Paul et Virginie, etc. De cette façon, on responsabilise au lieu de déléguer. La tâche devient le devoir de tous, en demandant de l'aide elle reste notre tâche que l'on n'a pas le temps ou l'énergie de faire.

L'avis de la rédaction : chacun à sa façon !

Adieu au défaut de perfection qui nous guette. Pour que la charge mentale soit répartie dans le temps il va falloir apprendre à lâcher-prise sur quelques détails. Votre conjoint habille votre enfant n'importe comment, plie les serviettes à l'envers ou range les bols n'importe où ? Laissez tomber ! Il n'y a pas qu'une bonne manière de faire. Tant que la tâche est faite et que la famille s'y retrouve, c'est bon, acceptez-le. Sinon ? Sinon vous commencerez par rouspéter et vous énerver ce qui va décourager votre conjoint, puis vous finirez par le faire vous-même "pour que ce soit bien fait" et retour à la case départ ! 👉 Et si cette charge mentale vous pèse trop, que vous vous sentez mal, que vous avez l'impression de ne plus avoir de temps pour vous, de passion, n'hésitez pas à contacter un coach afin de mettre en place avec lui de nouvelles habitudes qui vous permettront de vous épanouir et d'être plus heureuse.


🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe


Contacter un coach

Et puis vous savez quoi : le parent parfait n'existe pas, alors arrêtez de culpabiliser

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici