Comment mieux répartir la charge mentale entre conjoints ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Prendre rendez-vous chez le pédiatre, rajouter des œufs sur la liste des courses, acheter un cadeau pour l'anniversaire de belle-maman, etc. Entre nous, on sait très bien qui pense à tout ça hein. Qui est hanté par cette liste ? Ce sont nous les femmes qui pensons, portons et sommes obsédées par tout ce qu'il y a à faire au quotidien pour la maison et la famille. Il est temps de partager ce poids non ?!

Comment mieux répartir la charge mentale entre conjoints ?
Sommaire :

L'inégalité au quotidien

En France, les inégalités sont encore profondes quand il s'agit des tâches ménagères. Selon l'Insee, les femmes y consacreraient 3h30 par jour contre 2 chez les hommes, et ça fait un moment que ça dure ! En onze ans, le temps consacré aux tâches ménagères par les femmes a baissé de 22 minutes, pour les hommes, il a augmenté... d'une minute. On a vu plus rapide comme progrès ! 

Et ça va plus loin. Les hommes, en général, s'occupent de tâches valorisées, voyantes et durables, type bricolage, quand les femmes passent plus de temps à s'occuper du ménage, de la maison et des enfants. Des tâches moins valorisées et moins visibles. Tellement moins visibles qu'elles restent parfois en pensées : la fameuse charge mentale.

© my familyz

📌 😮
Bon à savoir : La charge mentale est un concept sociologique né dans les années 1980 pour mettre en évidence ce déséquilibre de tâches entre les hommes et les femmes.

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi se marier aujourd'hui ?

Pourquoi équilibrer la charge mentale ? 

Dans un couple, les deux partenaires sont des adultes. Nous sommes donc d'accords pour dire que les deux membres d'un couple sont capables d'avoir des responsabilités et d'agir ensemble, comme une équipe. Nous ne sommes pas dans une relation parent/enfant, prof/élève, ou tuteur/stagiaire. L'homme n'est pas le stagiaire du couple qui attend qu'on lui dise quoi faire et quand passer à l'action. 

Voilà pourquoi demander de l'aide ne suffit pas, il faut partager l'initiative 😒 . Comme le dit Emma dans sa bande dessinée, Fallait demander, "Quand on demande aux femmes de faire tout ce travail d'organisation, et en même temps d'en exécuter une grande partie ça représente au final 75% du boulot". Et ça, ça a des répercussions : les femmes consacrent moins de temps à leurs loisirs (2h45 contre 3h20 pour les hommes), elles sont freinées dans leur vie professionnelle, comme dans leurs engagements associatifs ou politiques.

Et puis, lorsque c'est toujours la même personne qui pense à tout, elle n'a plus de temps, d'espace mental pour profiter de sa famille et de son conjoint, pour rire et s'amuser. C'est aussi un comportement qui a un impact sur les valeurs que nous transmettons à nos enfants. Qui fait toujours les mêmes tâches ? Qui pense toujours à tout ? C'est maman. Impossible de faire évoluer les choses si les garçons et les filles apprennent dès leur plus jeune âge qu'ils n'ont pas les mêmes responsabilités. C'est pourquoi, l'éducation non genrée peut être une solution !

Comment mieux répartir cette charge mentale ?

Alors on fait comment quand on a un homme qui a été éduqué comme un male alpha et qui attend, les doigts de pieds en éventail, que tout soit fait ? Et bien, on met une stratégie en place pour mieux répartir la charge mentale : 

Faire la liste

La liste des choses à faire et donc à se répartir. Et on effectue des rotations chacun son tour pour la planification et l'exécution des repas, pour les prises de rendez-vous, pour faire la liste des courses, etc. On reste ouvert d'esprit et on ajuste au cas où l'un des deux aurait plus de responsabilités au travail par exemple, mais on reste vigilant pour que les deux conjoints organisent et exécutent.

Faire front commun

L'autrice Amélie Châteauneuf (Si nous sommes égaux je suis la fée des dents : Réflexions et outils pour mieux partager la charge mentale) nomme cette pratique "Personne n'est assis jusqu'à ce que tous le soient". Autrement dit, hors de question que l'un se repose pendant que l'autre fait à manger. Non, pendant que l'un prépare le repas, l'autre vide le lave-vaisselle et met la table. Pendant que l'un donne le bain, l'autre se charge des devoirs.

Apprendre

Dans un couple, chaque partenaire devrait être capable de tout faire à la maison. Apprendre ce que l'autre fait, permet de développer sa compassion. En route pour un couple plus harmonieux en apprenant à tondre la pelouse ou à plier les draps, pendant que l'autre perfectionne la recette du risotto aux coquillettes et apprend à déboucher un robinet.

Ne pas demander de l'aide

Il est temps de responsabiliser son conjoint. On arrête donc de lui demander de l'aide, le temps que le changement se fasse, que les habitudes se mettent en place, on dit plutôt que nos draps ont besoin d'être lavés, que le frigo est vide, que ça fait longtemps qu'on n'a pas vu Paul et Virginie, etc. De cette façon, on responsabilise au lieu de déléguer. La tâche devient le devoir de tous, en demandant de l'aide, elle reste notre tâche que l'on n'a pas le temps ou l'énergie de faire.

👋 Cet article pourrait vous intéresser :Les 6 secrets des couples qui sont heureux

L'avis de la rédaction : adieu la perfection !

Adieu au défaut de perfection qui nous guette. Pour que la charge mentale soit répartie dans le temps, il va falloir apprendre à lâcher-prise sur quelques détails. Votre conjoint habille votre enfant n'importe comment, plie les serviettes à l'envers ou range les bols n'importe où ? Laissez tomber ! Il n'y a pas qu'une bonne manière de faire. Tant que la tâche est faite et que la famille s'y retrouve, c'est bon, acceptez-le. Sinon ? Sinon vous commencerez par rouspéter et vous énerver ce qui va décourager votre conjoint, puis vous finirez par le faire vous-même "pour que ce soit bien fait" et retour à la case départ ! 👉 Et si cette charge mentale vous pèse trop, que vous vous sentez mal, que vous avez l'impression de ne plus avoir de temps pour vous, de passion, n'hésitez pas à contacter un coach afin de mettre en place avec lui de nouvelles habitudes qui vous permettront de vous épanouir et d'être plus heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe


Contacter un coach

Mais aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube