« Comment se suicider »💻 - Comment prévenir les tentatives de suicide ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Chaque mois, 9.000 personnes demandent à Google "comment se suicider"... Vous ne le savez peut-être pas, mais le taux de suicide est plus élevé en France que dans les autres pays de l'Europe. Chaque année, 9.000 personnes se donnent la mort et 200.000 tentatives sont prises en charge par les urgences. On dit même qu'une personne met fin à ses jours toutes les heures. Ces chiffres inquiétants le sont d'autant plus quand on sait qu'ils datent d'avant la pandémie. Il est urgent de prévenir les tentatives de suicide et de savoir repérer la souffrance psychologique.

« Comment se suicider  »💻 - Comment prévenir les tentatives de suicide ?
Sommaire : 

5% des Français ont déjà pensé au suicide

Une enquête de Santé publique France datant de 2017 déclare que 5% de la population adulte (18-75 ans) a déjà pensé à se suicider au cours de l'année. 7% avaient même déjà fait une tentative de suicide dans leur vie.

2021 et le péril jeune

À l’heure actuelle, les choses ne vont pas mieux, bien au contraire. La dernière enquête d'Ipsos sur la santé mentale des 18-24 ans date du 28 janvier 2021 et elle est très préoccupante. On apprend en effet, que plus d'1 jeune sur 5 a des symptômes de troubles dépressifs modérément sévères ou sévères. C'est la tranche des 22-24 ans qui est le plus touchée. Pire encore, 3 jeunes sur 10 ont déjà pensé qu'il vaudrait mieux qu'ils soient morts ou pensent à l'automutilation. Le phénomène est international puisque, toujours en janvier 2021, une enquête réalisée sur 10 pays, révèle que 22% des jeunes de 18 à 24 ans ont des idées suicidaires. Ils sont 6 fois plus nombreux que les plus de 60 ans.
De retour en France, on constate aussi que la crise sanitaire a altéré la santé mentale des étudiants. Sur 69000 étudiants, 16% sont en dépression sévère et 11% ont déjà eu des pensées suicidaires, ils ne sont pourtant que 6% à avoir déjà consulté un professionnel de santé.

Un accès aux soins difficiles

Parce que c'est bien là que le bât blesse. Si les jeunes sont ceux qui souffrent le plus, l'enquête montre aussi qu'ils sont seulement 46% à se sentir bien informés sur les structures disponibles en cas de problèmes de santé mentale. Ils sont aussi 44% à ne pas se sentir bien informés sur les professionnels de santé à consulter en cas de questions sur leur santé mentale. Un manque de connaissance qui ne rend que plus difficile la prévention.

Qui sont les plus touchés par les crises suicidaires ?

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les crises suicidaires, mais ce sont les hommes qui se suicident en majorité. On note aussi, bien évidemment, que le contexte joue un grand rôle dans le comportement suicidaire. Certains facteurs renforcent les pensées suicidaires.

  • des difficultés financières
  • être célibataire
  • être divorcé(e) ou veuf(ve)
  • l'inactivité professionnelle
  • l'exposition à la violence
  • des événements traumatisants dans l'enfance
  • la dépression

Pour ce dernier point, il est important de noter que la dépression et les troubles anxieux jouent un rôle important dans le passage à l'acte. Ces troubles psychiatriques sont souvent l'une des premières causes de suicide. Enfin, du côté des actifs, 4,5% des femmes et 3,1% des hommes attribuent leurs pensées suicidaires à des raisons professionnelles, notamment dans les secteurs de l'hébergement, de la restauration, de l'enseignement et des arts et spectacles.

>>> Cet article pourrait vous intéresser : 75% des travailleurs français ont vu leur santé mentale se dégrader !

La situation préoccupante des adolescentes

En 2017, une enquête a été menée dans le cadre de la journée d'appel et de préparation à la défense, cette dernière montrait que 3% des adolescents déclaraient avoir déjà fait une TS ayant nécessité une hospitalisation. En allant plus loin dans l'enquête on voit que le nombre de tentatives de suicide et de pensées suicidaires a considérablement augmenté pour les jeunes filles de 15 à 19 ans, depuis 2011. Une dépression sous-jacente en est souvent la cause.

Identifier pour prévenir

Dans notre article Pensées suicidaires, comment réagir ? nous vous indiquions les signes avant-coureurs ainsi que des clés pour aider un proche qui a des pensées suicidaires, c'est très important et essentiel, parce que connaître et reconnaître les personnes vulnérables et à haut risque permet de prévenir une TS ou un suicide.

Retenez surtout que les troubles psychiques sont souvent la première cause de suicide, qu'il ne faut pas prendre à la légère des messages exprimant l'intention de se suicider, que l'isolement ou que certains symptômes physiques comme une fatigue intense, une perte d'appétit ou de sommeil peuvent être des signaux d'alarme. Chez les plus jeunes, attention aussi aux symptômes dépressifs, à l'usage de substances psychoactives ou d'alcool en abondance ou encore au décrochage scolaire. Enfin, une attention toute particulière devrait être portée sur le harcèlement scolaire ou cyberharcèlement, parce que depuis le 1er janvier 2021, 18 mineurs se sont donné la mort parce qu'ils étaient harcelés à l'école. Un harcèlement qui s'est intensifié durant les confinements, se transformant alors en cyberharcèlement et ne laissant donc aucun répit à ces jeunes.

Cyberharcèlement

"Depuis le 1er janvier 2021, 18 mineurs se sont donné la mort parce qu'ils étaient harcelés à l'école."

Suicide et Covid, des signes inquiétants

Lors du premier confinement de mars 2020, la Haute autorité de santé affirmait que le suicide était la deuxième cause de décès chez les 15-24 ans. Et je me souviens de psychologues qui disaient recevoir des patients au bout du rouleau. Certains venaient même consulter avec une corde, signe d'un désespoir profond.

Il est encore trop tôt pour avoir des statistiques solides sur l'impact de la pandémie sur la santé mentale et notamment sur les crises suicidaires, les TS et les suicides. Cependant, plusieurs études indiquaient que le mal-être et le sentiment de solitude avaient augmenté. En janvier 2021, une étude Ipsos montrait que 1 Français sur 5 se sentait toujours ou souvent seuls et surtout que 63% des individus souffrant de solitude avaient eu des pensées suicidaires.

Avec le chèque psy, puis le remboursement, par la sécurité sociale, des consultations chez un psychologue, il semble que les pouvoirs publics aient enfin commencé à prendre conscience de ce mal-être français, mais n'oublions pas, nous aussi, de veiller sur ceux qui nous sont proches. On pense souvent qu'on ne peut rien faire face à quelqu'un qui veut en finir, mais en réalité on peut toujours faire quelque chose : écouter, tendre la main, accompagner.

📱 Besoin de parler ? Contactez Suicide écoute au 01 45 39 40 00 ou SOS amitié au 09 72 39 40 50

L'avis de la rédaction : ne surtout pas attendre...

Si vous ou l'un de vos proches avez des pensées suicidaires, une envie d'en finir, pas de perspectives d'avenir... Il est urgent d'en parler rapidement, à un ami proche, votre médecin traitant ou un psychologue. Il ne faut surtout pas attendre et ne pas laisser ces idées noires s'installer durablement. 

Contacter un psychologue

Sources : Suicide et tentative de suicides : données nationales et régionales - Santé publique France - Après le Covid-19, le spectre d'une épidémie de suicides en France ? - France 24

Découvrez aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici