Automutilation : quand se faire mal fait du bien

Mis à jour le par Lauriane Amorim

L'automutilation, le fait de s'infliger des blessures à soi-même est un signe de grande souffrance. Coupures, griffures, brûlures sont à prendre au sérieux. L'automutilation ne doit pas être prise à la légère. Elle est la partie visible d'un trouble profond. Pourquoi se faire mal fait autant de bien sur le moment ? Comment réagir quand un proche se mutile ? Comment en sortir ? Eléments de réponse.

Automutilation : quand se faire mal fait du bien
Sommaire : 

Automutilation, le besoin de se faire mal

Une transformation de la douleur

À la base des blessures que l'on s'inflige soi-même, il y a toujours une profonde souffrance. L'automutilation c'est une transformation de la douleur psychique en douleur physique. C'est en quelque sorte une façon de reprendre le contrôle sur une douleur (psychique) que l'on subit. Voilà pourquoi l'automutilation est souvent associée à des troubles comme la dépression, les idées suicidaires ou encore des troubles alimentaires tels que l'anorexie. L'automutilation est un signal de mal-être qui doit alerter. 

Un soulagement éphémère

Se blesser soi-même permet de transformer une douleur psychique en une douleur physique volontaire et contrôlable. Ce peut aussi être une façon d'extérioriser son mal-être. Une façon d'exprimer ce que l'on ressent avec le désir, impossible à combler, de faire sortir par la blessure, le mal qui habite à l'intérieur. L'automutilation, c'est un langage qui exprime ce qu'on ne parvient pas ou que l'on ne peut pas dire avec des mots. C'est aussi bien souvent un appel à l'aide. Si les autres ne perçoivent pas une souffrance intérieure, ils peuvent voir les coupures, les ecchymoses, les brûlures.

En tout cas, la pratique de l'automutilation est toujours vécue comme un soulagement, un lâcher-prise qui fait du bien sur le moment. C'est souvent la raison pour laquelle la pratique est régulière et addictive. Mais, comme pour toutes les addictions, elle finit par faire de moins en moins de bien, elle fait honte, elle exclut.

Un lien avec le suicide ?

Nous serions d'abord tentés de dire que les personnes qui s'automutilent tentent de contrôler leur souffrance, alors que les personnes suicidaires veulent faire taire, à supprimer leur douleur. Pourtant, 8 personnes sur 10 qui s'automutilent font, au moins, une tentative de suicide. Ces blessures auto infligées sont des signaux qu'il ne faut vraiment pas prendre à la légère. C'est un appel à l'aide qu'il faut savoir entendre.

🔴 « Comment se suicider » - Prévenons les tentatives de suicide

L'avis de la rédaction : je suis un proche, j'ai un rôle important

Si vous vous rendez compte que l'un de vos proches se fait mal volontairement, rien ne sert de lui dire d'arrêter. Il faut avant tout éviter de juger et leur montrer que vous êtes là pour eux, tout simplement. On peut proposer une activité intense (presque désagréable) qui procure du bien-être sans se faire du mal : course à pied, boxe, fury room, saut en parapente, bain glacé etc. Et bien sûr, comme ça ne suffit pas, il faut évidemment se rapprocher d'un professionnel, médecin traitant et psychologue, qui sera le plus à même d'aider et de soigner.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Vous aimerez aussi ces articles : 

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube