“Je ne me sens pas bien”, la nécessité de comprendre pour avancer

Mis à jour le par Camille Lenglet

De la fatigue, des douleurs, une perte de motivation, des troubles du sommeil… Bref, autant de petits signes qui montrent que l’on n’est pas bien. Repérer cette souffrance est déjà un grand pas, mais encore faut-il comprendre pourquoi on est dans cet état. Quoi qu'il en soit, il est important de ne pas rester avec ce sentiment, au risque de le voir s’installer ou même empirer. Alors essayons de comprendre pour se sortir de cette phase.

“Je ne me sens pas bien”, la nécessité de comprendre pour avancer

Pourquoi je ne me sens pas bien ?

Il y a deux types de douleurs que l’on peut expérimenter : la souffrance physique ou psychique. Dans le cas de la première, on va consulter un médecin pour comprendre d’où vient le problème. Tout est fluide : on a mal au dos, le médecin nous palpe, voit où se trouve la douleur, émet des hypothèses, propose des examens complémentaires comme une radio ou une IRM. La cause est confirmée et un traitement est appliqué. Bon, certes, tout n’est pas aussi simple, mais ce n’est rien comparé à la difficulté de soigner la souffrance psychique 😔. 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Mal-être : ces signaux qui doivent absolument vous alerter

Quand on ne se sent pas bien, c’est notre moral qui est affecté. Pour reconnaître une déprime d’une dépression, il faut savoir que la première est un mal-être passager. On peut être déprimé suite à des événements difficiles comme un échec scolaire et professionnel, une dispute dans son couple, etc. Parfois, cela peut même se produire sans raison apparente, à cause de la saison 😕. Eh oui, en hiver, on a moins de soleil, ce qui fait baisser notre sérotonine, on parle même de trouble affectif saisonnier (TAS). Néanmoins, cette phase où on ne se sent pas bien finit par passer, ce qui n’est pas le cas de la dépression

Un mal-être qui s’installe

Si on remarque que le sentiment de mal-être s’installe dans le temps, qu’il s’approfondit jusqu’à devenir handicapant et qu’on coche ne serait-ce qu’un symptôme de la dépression, c’est sûrement que l’on est atteint. C’est une maladie qui empêche les neurotransmetteurs de notre cerveau, de faire circuler correctement des hormones essentielles à notre bien-être 👇:  

Schéma des neurotransmetteurs

Source : Institut du cerveau

La dépression s’explique par différents facteurs qu’il est difficile de lister tant ils peuvent être nombreux : un trouble anxieux généralisé, un événement traumatisant, une enfance compliquée, une forme de harcèlement, une perte d’emploi, une maladie grave, la naissance d’un enfant, etc. Bref, il y a beaucoup de choses qui peuvent déclencher un état dépressif qui nous conduit à cette phrase “je ne me sens pas bien”

📌

Le Baromètre santé menée en 2021 par Santé publique France a montré une accélération sans précédent de la dépression entre 2017 et 2021. Elle est passée de 9.8% à 13.3% chez les adultes de 18 à 75 ans… 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Je me sens vide : comment remplir ce gouffre intérieur ?

Que faire quand on ne se sent pas bien ?

Tout comme lorsqu’on se casse une jambe et qu’on va aux urgences pour avoir un plâtre et laisser les os se ressouder, il faut consulter quand on va mal. Certes, ce n’est pas simple de parler de dépression à son médecin, pourtant il est crucial de le faire pour éviter que la souffrance ne grandisse 😥.

Verbaliser sa souffrance

Bien sûr, il ne s’agit pas de venir avec son auto-diagnostic, mais plutôt de parler de ce que l’on ressent. Cette phrase “je ne me sens pas bien”, on peut d’ailleurs la dire. Il faut verbaliser ses ressentis ainsi : “je ne me sens pas bien, j’ai tout le temps envie de pleurer et rien ne me motive. J’ai l’impression de broyer du noir et que je n’arriverais pas à me sentir heureux·se”. Bref, on décrit ce qu’il se passe en nous, on en parle, même s’il ne s’agit que d’une déprime. À la longue, elle peut finir par se transformer en dépression.

D’ailleurs, on peut aussi en parler à son entourage, afin d’expliquer un changement de comportement. Échanger avec ses proches peut aussi être un bon moyen de comprendre ce qui est à l’origine de ce sentiment. Néanmoins, un accompagnement par un professionnel de santé est essentiel. En effet, tout comme lorsqu’on se casse une jambe et qu’on ne la soigne pas, il y a des séquelles qui demeurent. Cela fonctionne de la même manière avec le cerveau 🧠. 

Suivre une thérapie 

En parler, c’est bien, c’est le début de la guérison, mais la vraie solution pour se sentir mieux, c’est la thérapie. Suite à une consultation chez un généraliste, on est réorienté vers un psychiatre, notamment dans le cas d’une dépression avéré. Un traitement médicamenteux peut être proposé pour rétablir le déséquilibre chimique du cerveau ⚖️. 

Il est possible que l’on nous renvoie directement vers un psychologue, afin de comprendre plus clairement les origines de ce sentiment de souffrance. Que ce soit pour une déprime, une dépression, un trouble anxieux, un trouble du comportement, une insatisfaction sur notre vie, bref, toutes les affections psychiques, la thérapie est le véritable moyen de s’en sortir et de ne plus prononcer “je ne me sens pas bien”. 

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Psychologue, psychiatre, coach, … Vers qui se tourner ?

L'avis de la rédaction : ne pas laisser le mal-être s'installer 

Se rendre compte et accepter qu'on ne va pas bien, en ce moment ou depuis plus longtemps, c'est important. C'est la première étape. Il est important de ne pas sous-estimer ce sentiment de mal-être, de mettre des mots dessus, de verbaliser ce qu'on ressent et d'en traiter la cause. Mais pour en traiter la cause... encore faut-il la connaître et la comprendre... Si vous vous sentez mal, que vous avez l'impression que quelque chose cloche, qu'un grand vide s'empare de vous, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Le trouble d'adaptation : causes, symptômes et traitement

La vie est faite de choses inattendues. Parfois, on a des jolies surprises, parfois, on vit des événements traumatisants. Ces derniers peuvent aboutir à ce qu’on appelle un “trouble d’adaptation”. Je l’ai vécu lors du décès de ma mère, le choc était tellement immense que je n’arrivais plus à gérer. Si vous avez l’impression d’être dans une période très difficile après un choc, peut-être que vous êtes concerné aussi par le trouble d’adaptation. Parlons-en.

Femmes cougars, oui et alors ? Fichez-nous la paix !

“Toi t’es une cougar !” Oui enfin… Mon mec et moi, on n'a que 5 ans de différence. On me dit ça, car évidemment, je suis la plus vieille. Et ça me rend dingue qu’on me mette cette étiquette de cougar, même si au début ça pouvait me faire sourire. En fait, je me suis aperçue à quel point ce terme était sexiste et mal venu. Alors quitte à être comparées à un prédateur sans pitié, sortons les griffes et montrons à quel point il faut nous foutre la paix !

La lettre d'amour, la plus belle des déclarations que l'on puisse faire

Si j'avais une devise dans la vie, ce serait sûrement : "puisque je t'aime, alors je te l'écris." A mon mari, à mon fils, j'écris des lettres d'amour à ceux que j'aime, mais je dois bien reconnaître que parfois, même si les sentiments sont sincères et profonds, les mots ne viennent pas et on reste muets. Pas de quoi en faire un drame, il faut seulement s'inspirer... et lâcher-prise. L'amour c'est naturel, écrire une lettre d'amour l'est aussi, croyez-moi !

"On mange quoi ce soir ?" L'application Jow a la réponse !

Tout à coup, il est 16h et ça me prend, comme une urgence : "qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Et aussi demain à midi, tant qu'on y est". Et je me retrouve à visualiser mon butternut, mon sachet de parmesan râpé et mes 3 œufs, en quête d'une inspiration soudaine... Sauf que je ne suis pas dans Top Chef. Si mon jury reste intraitable, les idées fusent moins vite dans mon cerveau de cheffe à domicile...

Pourquoi faire le ménage peut (vraiment) nous faire du bien ?

Pendant ma vingtaine, je n'aimais pas faire le ménage. Je trouvais que c'était pénible et une perte de temps ! Bien sûr, je le faisais quand même, car il n'était pas question de vivre dans la saleté. Maintenant que je suis trentenaire, j'adore ça ! Il faut dire que j'ai appris à voir les aspects positifs du ménage en vieillissant. Alors pourquoi le ménage peut vraiment nous faire du bien et être en quelque sorte, une thérapie ? Je vous explique !

Coucher avec un collègue ou son boss, jeu dangereux ?

Ça m’est déjà arrivé d’avoir un crush au travail. Franchement, si je n’avais pas appris par la suite qu’il était en couple, j’aurais mis le paquet pour le séduire. Sauf que voilà, on connaît bien la règle du “No zob in job”, qui veut littéralement dire que c’est une mauvaise idée de coucher avec un collègue, voire pire, son boss ! Est-ce que c’est vraiment un jeu si dangereux que ça ? Qu’est-ce qu’on risque si on est pris la main dans le sac ? Je vous explique tout (eh oui, je m’étais renseignée avant de foncer) !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi je prends tout mal ? Comment Gérer sa Susceptibilité ? - Conseils du Dr Jean Doridot 🧠💬

15 avril · Wengood

8:57


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube