Lunatique et bipolaire, quelle différence ?

Un coup joyeuse, un coup pensive, un coup contrariée… Je suis de celles qui sont lunatiques. Je change souvent d’humeur, parfois de façon soudaine et sans raison apparente. Cependant, est-ce que cela fait de moi une personne bipolaire ? Je sais que la réponse est non pour moi, mais il n’est pas évident de faire la différence entre le fait d’être lunatique et d’être bipolaire. Comment savoir si on est atteinte de ce trouble psychiatrique reconnu ou si c'est notre personnalité ? Explications.

Sommaire : 

Savoir si on est lunatique

Être lunatique signifie changer brusquement et régulièrement d’humeur, voire de caractère. Cependant, c’est à différencier du trouble bipolaire et qui lui aussi correspond à des fluctuations d’humeur. Il est important de définir ce qu’est une personne lunatique, pour comprendre la différence avec le trouble bipolaire. Il s’agit certes de variations d’humeur, mais elles ne dépendent pas du contrôle, de la volonté ou d’événements extérieurs

➜ C’est un trait de la personnalité qui se caractérise par plusieurs facteurs :

  • un changement brutal de l'humeur, pouvant passer de la joie à la tristesse, la colère, ou la peur ;
  • l'impossibilité de contrôler les variations d'humeur ;
  • l'absence de souffrance personnelle ;
  • l'absence de causes évidentes à ces changements.

Les causes

Les causes des changements d’humeur des lunatiques sont méconnues. Pour ma part, je sais que mes changements d’humeur sont influencés par mes émotions. Étant hypersensible, il m’est difficile de faire face à mes ressentis. Néanmoins, attention, ce n’est pas le cas de tous les lunatiques, chacun peut avoir des facteurs qui peuvent influencer l'humeur

⚠️ En revanche les lunatiques, comme moi, ne présentent pas de souffrance psychologique.

La principale différence avec la bipolarité

La différence entre la ou le lunatique et la bipolarité se situe en effet dans la souffrance psychique. C’est la dépression qui permet de distinguer une personne atteinte d’un trouble bipolaire. Ce dernier est donc caractérisé comme maladie psychiatrique et il présente deux phases très distinctes :

  • la phase de manie avec hyperactivité, joie, irritabilité ;
  • la phase de dépression avec la mélancolie, l’isolement social, voire les envies suicidaires.

La rupture sociale

Le professeur et chef de service des Hospices Civils de Lyon, Mohamed Saoud, explique que les périodes d’instabilité de la bipolarité durent plusieurs jours chacune. Une personne lunatique restera sur une courte période de quelques heures ⏲️.

De plus, le trouble bipolaire a des conséquences professionnelles, sociales et familiales s’il n’est pas pris en charge. Les proches ne savent généralement pas comment réagir à la bipolarité puisque les phases de manie et de dépression sont extrêmes. Les personnes lunatiques n’ont pas du tout les mêmes problèmes et arrivent à conserver sans mal des liens sociaux 👩‍👧‍👧.

Cet article peut vous intéresser >>> Les bipolaires et l’amour : leurs relations amoureuses

Une limite fine entre les deux

La personne lunatique va effectivement très bien vivre avec cette caractéristique. Cela peut, certes, se révéler fatigant pour l’entourage qui doit faire preuve de tolérance et patience. De plus, il faut être prudent car la limite entre trait de caractère et une pathologie est fine

😰 En effet, si le lunatique ne présente pas de troubles psychiatriques, il peut suffire d’une période un peu compliquée sur le plan psychologique pour développer un trouble bipolaire.

Se faire aider

Une personne étant déjà lunatique peut donc être plus facilement atteinte de bipolarité, dépression ou cyclothymie. Il est important de prêter attention à son état psychologique et ne pas hésiter à consulter un psychiatre en cas de mal-être ou de doutes. Il existe désormais de nombreux traitements qui stabilisent l’humeur des personnes bipolaires et qui leur permettent d’avoir une vie normale.

😔Sans en arriver jusqu’au trouble bipolaire, les changements d’humeur gâchent parfois nos vies. Le traitement médicamenteux n’est pas la solution dans ce cas, il vaut mieux consulter un psychologue et commencer une thérapie comportement et cognitive également appelée TCC.

L'avis de la rédaction : des changements d'humeur difficiles à vivre au quotidien

Vous l'aurez compris, être lunatique ne veut pas dire être bipolaire. Cependant, ces changements brusques d'humeur et de comportements peuvent être difficiles à vivre, pour soi comme pour l'entourage. 👉 Si ces fluctuations d'humeur sont trop fréquentes et nuisent à votre épanouissement, prenez rendez-vous avec un psychologue afin de trouver ensemble des solutions.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : journaldesfemmes.fr

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Les commentaires