"Garçon manqué", ne dites plus jamais ça aux filles !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Quand j’étais petite, je jouais énormément aux Lego et aux jeux vidéo. À mes yeux, ce sont des passions comme d’autres, d’ailleurs, je joue toujours aux jeux vidéo à 33 ans. Cependant, ce qui n’est pas normal, c’est que plus jeune, on m’ait qualifié de “garçon manqué”. En effet, j’ai toujours détesté ce terme et aujourd’hui, il faut arrêter de l’employer. Il est sexiste et colle une étiquette sur les filles qui ne correspondent pas aux clichés de leur genre, alors ne dites plus jamais ça !

"Garçon manqué", ne dites plus jamais ça aux filles !

Une insulte plus qu’une expression

“Comment savoir si l'on est un garçon manqué ?”

“Pourquoi dit-on garçon manqué ?”

“Ma fille est un garçon manqué, que faire ?”

“Comment on appelle une fille qui se comporte comme un garçon ?”

Tous ces propos, je ne les ai pas inventés, il suffit d’ouvrir Google et de taper “garçon manqué” pour voir les questions posées  au moteur de recherche. C’est une grosse préoccupation et c’est notamment les parents qui en sont à l’origine 😥. En effet, eux-mêmes s’interrogent et ont une inquiétude, car ils considèrent que leur fille a des activités qualifiées de masculines ou qu’elle a des comportements traditionnellement associés aux garçons.

Je n’imagine pas les ravages que cela fait lorsqu’on a des parents qui s’inquiètent de cela. Pour ma part, j’ai eu de la “chance” puisque ce n’est pas mon entourage proche qui m’a qualifié ainsi et surtout, mes parents m’ont énormément rassuré, car oui, l’expression est plus proche de l’insulte qu’autre chose 🙃.

Cet article peut aussi vous intéresser : Mâle alpha : plus personne ne veut de ces mascu’ toxiques !

Un enfant “raté” ?!

Effectivement, en disant cela, on sous-entend que l’on a manqué de faire un “vrai” garçon. Cela peut provoquer beaucoup d’interrogations et détruire la confiance en soi de la petite fille qui entend ces mots à son propos. On lui fait comprendre que, si elle n’a pas des comportements assignés au genre féminin, ce n’est pas une femme à part entière. 

📌

Sans compter que l’on a jamais entendu l’expression “fille manquée”. Non, un garçon qui aura des comportements associés à la féminité sera “juste” qualifié de “fille”. Apparemment, être une fille constitue déjà une insulte à part entière 😅...

En gros, en ayant ce discours, on perpétue l’idée que les filles sont moins importantes que les garçons et surtout, on participe à renforcer les stéréotypes de genre. 

La nécessité de rentrer dans le moule

Nul va sans dire que les parents qui s’inquiètent d’avoir un "garçon manqué" n’ont pas donné une éducation non genrée à leur enfant. C’est bien le principal problème 😕 ! “Garçon manqué” est une expression apparue au cours du XXe siècle, dans une société extrêmement binaire et genrée, avec les hommes d’un côté et les femmes de l’autre. Les femmes que l’on considérait à peine… Eh oui, quand on voit que c’est à cette période-là (1944) que l’on a enfin eu le droit de vote ! 

Je vais sans doute être qualifiée de wokiste, mais cette expression traduit combien il faut rentrer dans le moule, c’est archaïque et dégradant. On fait comprendre aux filles que l’on qualifie ainsi qu’elles ont des mauvais comportements et bien sûr, la diversité de genre vole en éclat avec cette idée venue d’un autre temps.

Les ravages des stéréotypes de genre

Peut-être que certaines personnes ne voient pas en quoi c’est un problème de correspondre à son genre assigné à la naissance. Si c’est le cas, il est urgent de se déconstruire et d’ouvrir les yeux, car les stéréotypes de genre provoquent beaucoup de souffrance, c’est un des principaux maux de notre société. En utilisant l’expression “garçon manqué”, on perpétue des idées qui contribuent à renforcer 👇: 

  • Les inégalités sexistes, 
  • Les préjugés et les discriminations, 
  • La répression des émotions,
  • La limitation de l’expression de soi,
  • etc.

Cela limite et enferme les enfants, on leur fait comprendre qu’ils ne peuvent pas être eux-mêmes et que le regard des autres est plus important que leur bien-être. Évidemment, cela provoque encore plus de souffrance lorsqu’on est une personne non binaire ou une personne transgenre. Une dysphorie de genre peut apparaître menant à une dépression ou des tentatives de suicides... 

Cet article peut vous intéresser : Quelle est la signification de LGBTQIA+ 🏳️‍🌈 ? #identite

Une remise en question nécessaire

Je pense que si des parents s’inquiètent, c’est parce qu’ils ont justement peur du jugement d’autrui, sans penser aux conséquences déjà néfastes énoncées plus haut dans cet article. C’est pourquoi, il est bon de prendre du recul et de ne pas transmettre ses angoisses aux enfants, elles-mêmes issus de l’éducation genrée. Au contraire, il est important de mettre en place une barrière protectrice et d’encourager sa fille, son garçon, bref son enfant à être la personne qu’il/elle veut 💪. 

Par conséquent, plutôt que d’utiliser le terme de “garçon manqué”, il est préférable de… ne rien dire 🤐 ! Ainsi, on respecte et on soutient la liberté de chacun, y compris de ses enfants et on met de côté ses préjugés et ses distorsions cognitives. La diversité et l’inclusion sont la clé pour un monde meilleur. C'est-à-dire, un monde qui ne génère pas des souffrances impactant profondément les individus, alors autant changer les choses à notre échelle en remettant déjà en question son vocabulaire, non 😉 ?

L'avis de la rédaction : aux sources de l'enfance

Vous aussi vous avez souffert d'être traitée de "garçon manqué" ? Nombreux sont les troubles adultes qui résultent d'un traumatisme, même minime, de l'enfance. Revenir aux sources aide parfois à avancer et à se sentir mieux dans sa peau. N'hésitez donc à vous confier à un psychologue sur des événements liés à votre enfance qui pourraient encore, aujourd'hui, vous hanter.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Je ne suis pas très famille, est-ce ok ? Suis-je une horrible personne ?

Je n’habite pas très loin de chez mes parents et pourtant je ne les vois pas si souvent. Idem pour mes beaux-parents et quelques-uns de mes oncles et tantes. Nous nous entendons bien et je crois pouvoir dire qu’en cas de besoin, nous serions là les uns pour les autres. C’est simplement que je ne ressens pas le besoin de passer du temps régulièrement avec eux. Cela fait-il de moi quelqu’un de pas « très famille » ? Ou même pire, une mauvaise personne ?! Parlons-en.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube