Comment et pourquoi parler de sexualité à ses enfants ? 4 conseils à suivre !

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Maman, comment on fait les bébés ?”. Cette question, je l’ai posée à mes parents lorsque j’étais enfant. On m’avait raconté une histoire à base de médicament qu’une “mariée” devait manger lors du repas de noce et que BOOM, ça faisait un enfant 9 mois plus tard. Cette histoire m’a marquée, car elle m’a désinformée sur la sexualité. Des questions, j’ai continué à m’en poser et les rumeurs de l’école ne m’ont pas aidé. Alors s’il y a bien quelque chose que je veux faire plus tard, c’est parler de sexualité à mes enfants, sans tabou.

Comment et pourquoi parler de sexualité à ses enfants ? 4 conseils à suivre !

Comment parler de sexualité à son enfant ?

Je me souviens que les adultes autour de moi n’avaient aucun mal à parler de la mort, mais le sexe, c’était hors de question. Pour moi, il ne doit y avoir aucune honte à parler franchement de sexualité 🤷‍♀️. Certes, cela peut être inconfortable, mais on ne peut décemment pas ignorer les questions de son enfant à propos de cette question centrale. 

L’autrice du livre “Osez en parler ! Savoir parler d’amour et de sexualité avec ses enfants”, Maëlle Challan Belval, explique qu’un enfant curieux qui pose des questions, n’est pas impudique. C’est nous, en tant qu’adulte, qui mettont autant de poids sur une question anodine 😫.

1. Tenir compte de l’âge

Bien sûr, la première chose à faire est de tenir compte de l’âge. On ne va pas parler de sexualité à un enfant de 5 ans comme à un enfant de 10 ans. Pour cela, on interroge pour savoir ce qu’il sait et pour avoir des indications sur ce qu’il comprend. Il faut donner l’information juste, en fonction de sa question. Généralement, d’autres interrogations naissent suite à la première réponse. L’important est d’utiliser des mots simples, surtout s’il est très jeune 🤗.

"Dis maman, comment on fait les bébés ?" The question !

👉 Entre 3 et 5 ans, on entend souvent parler de complexe d'Œdipe, mais le développement psychosexuel est une phase normale. C'est généralement à cet âge-là que les enfants se demandent d’où viennent les bébés !

2. Être honnête

Je sais que le parent parfait n’existe pas, mais j’aurais aimé que les miens soient honnêtes avec moi, plutôt que de me raconter une histoire farfelue. À la question “comment on fait les bébés”, j’aurais aimé une réponse simple et transparente comme celle-ci : “il faut qu’un homme et une femme fassent l’amour”. Bien sûr, j’aurais sans doute eu d’autres questions, comme “c’est quoi faire l’amour”, mais au moins j’aurais su la vérité 😊.

👉 Parfois il arrive qu’on n'ait pas la réponse à la question. Eh oui, les enfants pensent à des choses que l’on n'envisage pas ! Dans ce cas-là, il faut le dire aussi “je ne sais pas, je vais faire des recherches et dès que j’ai trouvé, je t’en parle, d’accord ?”.

3. Utiliser les “bons” mots

Autre chose que j’aurais aimée que l’on m’apprenne, c’est le vocabulaire autour des appareils génitaux. J’ai écouté le podcast “Entre nos lèvres” avec l’autrice de BD Matou qui m’a fait prendre conscience de l’important de cela. Elle expliquait qu’elle avait appris à sa fille le mot “vulve” et “clitoris” notamment et je trouve que c’est une excellente idée. Les enfants peuvent apprendre toutes les parties de leur corps, sans tabou.

⚠️ C’est aussi un moyen de sensibiliser et d’expliquer que certaines parties du corps n’ont pas à être touchées par les autres. Au passage, il existe des livres pour parler de violences sexuelles et d’inceste à son enfant, pour poser les limites.

4. Rester ouverte à la discussion

Comme je l’ai dit, on ne peut pas tout dire et il y a des concepts qui échappent à l’enfant. Cependant, on peut l’encourager à parler et à demander s’il en ressent le besoin. Pour cela, il faut rester ouverte et ne pas se braquer. Plus l’enfant ressentira des émotions négatives de notre côté, plus il aura peur de poser ses questions. En grandissant, il saura qu’il est dans une relation de confiance et il sera plus aisé pour lui de communiquer, surtout au moment de l’adolescence.

 Et si notre enfant ne pose pas de questions 🤐 ?

 Je pense qu’il est important d’éduquer sur ce sujet central de la vie. On évite d’y aller frontalement en sortant le sujet de nulle part, mais on peut être attentive aux situations de la vie quotidienne. Si on relève certaines réactions suivant le contexte, on peut l’interroger pour savoir ce qu’il sait, par exemple.

Pourquoi parler de sexualité à son enfant ?

J’imagine qu’il y a peut-être des parents très réfractaires à l’idée de parler de sexualité à son enfant, mais pourtant, c'est tellement essentiel de le faire ! C’est le meilleur moyen de transmettre des valeurs saines, d’apprendre le consentement et de connaître son corps. Ce sont les bases d’une éducation positive ! En grandissant, il va se sentir dans un espace sécurisé pour découvrir son identité sexuelle et de genre, mais aussi sur ses rapports intimes et amoureux avec les autres.

👉 Besoin de comprendre plus l’identité sexuelle et de genre ? Je vous explique tout cela sur mon article de la signification LGBTQIA+ et sur celui de la non-binarité. Plus on est informé, plus on cultive son ouverture d’esprit, que ce soit pour soi-même ou notre enfant.

Un enfant bien informé sur le sujet de la sexualité aura une image positive du corps 🥰. Cela lui permettra d’imposer ses propres limites aux autres concernant ce dernier. Répondre à ses questions permet aussi d’éviter de s’appuyer sur des fausses croyances, souvent entendues à l’école. Comme dans toutes relations humaines, la communication est la clé d’une vie épanouie, cela vaut aussi avec ses enfants !

L'avis de la rédaction : un exercice pas toujours facile !

Il est très important de parler de sexualité avec ses enfants et de ne pas créer de tabou ou de gêne autour de ce sujet. Pour autant, ce n'est pas toujours facile, certaines questions laissent parfois sans voix, surtout quand on est fatiguée ou que ce n'est pas le moment, qu'on a la tête ailleurs ! Si ce thème est délicat pour vous, qu'on ne vous en a pas parlé pendant votre enfance, ou mal et que vous souhaitez l'aborder dans le bon sens avec votre enfant,n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin d'être conseillée. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : naitreetgrandir.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube